Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la lasthénie glabre (Lasthenia glaberrima) au Canada

Répartition

Aire de répartition mondiale

Le Lasthenia glaberrima se rencontre depuis l’île de Vancouver jusqu’au centre de la Californie, principalement à l’ouest de la chaîne des Cascades (figure 2) (Hitchcock et al., 1955; Ornduff, 1993). La localité américaine la plus proche pour laquelle l’espèce est répertoriée est le comté de Klicktat, dans l’État de Washington (Björk, comm. pers., 2005). Il existe également une mention historique pour le comté de Clark, dans l’État de Washington. Ces deux populations américaines sont situées à plus de 300 km au sud de la population canadienne, et ni l’une ni l’autre ne se trouve près de la côte (Washington Natural Heritage Program, sans date). En Oregon, l’espèce est répertoriée pour la vallée de la Willamette, mais non pour la côte (Segotta, comm. pers., 2004).

Figure 2. Aire de répartition mondiale du Lasthenia glaberrima.

Figure 2. Aire de répartition mondiale du Lasthenia glaberrima.

Aire de répartition canadienne

Au Canada, il y a une seule population connue de Lasthenia glaberrima; elle se trouve près de Victoria, dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique (figure 3). Elle y occupe une superficie de moins de 40 . Comme il n’y a qu’une population, cette superficie est à la fois la zone d’occurrence et la zone d’occupation de l’espèce. L’aire de répartition canadienne du L. glaberrima correspond ainsi à beaucoup moins de 1 p. 100 de son aire mondiale. La zone d’occurrence et la zone d’occupation, calculées selon la méthode du COSEPAC, sont chacune de 1 km² lorsque fondée sur l’utilisation d’une grille de 1 km carré.

Figure 3. Aire de répartition canadienne du Lasthenia glaberrima.

Figure 3.Aire de répartition canadienne du Lasthenia glaberrima.

Bien qu’au Canada le L. glaberrima ait été signalé pour la première fois en 2003, rien n’indique qu’il s’agissait alors d’une introduction récente. Avant 2003, le secteur où pousse l’espèce avait été relativement peu exploré par les botanistes, et les recherches y avaient été menées surtout tôt au printemps, au moment où les annuelles hivernales, dont le Limnanthes macounii (espèce menacée), sont en fleur. En outre, le L. glaberrima, même en période de floraison, n’attire pas beaucoup l’attention, car ses inflorescences sont peu voyantes. Dans la région de Victoria, le L. glaberrima n’est pas la seule espèce qui soit représentée par une seule population très isolée. L’Orthocarpus bracteosus, espèce des mares printanières, est également présent dans une seule localité canadienne, et, pour cette espèce comme pour le L. glaberrima, la population américaine la plus proche se trouve dans le sud de l’État de Washington, dans la gorge du fleuve Columbia. Pour ces raisons et en l’absence de preuve du contraire, il est prudent de considérer le L. glaberrima comme espèce indigène au Canada.