Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Naseux de Nooksack (Rhinichthys sp.)

Taille et tendances des populations

Bien que la répartition du naseux de Nooksack au Canada soit restreinte, on peut penser, d’après les spécimens de musée récoltés dans les années 1960, que l’espèce a déjà été abondante dans cette aire. Il n’existe malheureusement aucune estimation officielle de l’effectif passé ou présent de l’espèce. Cependant, un relevé effectué en octobre 1993 dans cinq radiers du ruisseau Bertrand a révélé une densité moyenne de 1,4 adulte au mètre carré (e. t. = ± 0,24). Les populations des ruisseaux Bertrand, Cave, Fishtrap et Pepin semblent toutes saines : plusieurs classes d’âge sont représentées dans chacune, et chacune compte un nombre considérable de jeunes de l’année; en 1993, la classe des individus de un an (1+) était cependant sous-représentée autant dans nos relevés que dans ceux réalisés à l’été pour le compte du Habitat Conservation Fund (S. Inglis, ministère de l’Environnement, des Terres et des Parcs de la Colombie-Britannique, Victoria, comm. pers.). Bien que les populations actuelles soient apparemment saines, les données montrent que l’aire de l’espèce se rétrécit. Ainsi, l’espèce est disparue du cours supérieur des ruisseaux Bertrand et Fishtrap ainsi que de certains de leurs petits tributaires, notamment le ruisseau Howes, alors qu’elle y était présente dans les années 1960. L’urbanisation rapide des régions d’Aldergrove, de Clearbrook et d’Abbotsford a aggravé l’envasement, la pollution et les fluctuations de débit de ces cours d’eau, de sorte qu’en aval la qualité des eaux se dégrade et les milieux susceptibles d’abriter le naseux de Nooksack diminuent. Les sections de ces ruisseaux qui s’écoulent en milieu rural près de la frontière canado-américaine ont été un peu plus épargnées. Toutefois, le déboisement et l’extraction de gravier causent là aussi l’envasement du lit et l’affaiblissement du débit en été. Les années normales, la plupart des petits cours d’eau sont asséchés à la fin d’août, et les années de sécheresse, même les plus gros (Bertrand et Fishtrap) sont réduits à un filet d’eau.

Comme les adultes se nourrissent et se reproduisent dans le gravier meuble des radiers (voir les sections Habitat et Biologie générale), l’envasement du lit et la diminution du débit en été sont particulièrement néfastes pour l’espèce. La diminution du débit en été rétrécit la superficie de radiers favorables aux adultes, justement au moment le plus productif de l’année, et les particules fines en suspension dans les eaux se déposent entre les roches et colmatent les interstices, réduisant les lieux où les adultes peuvent s’abriter et se nourrir. Lorsque le niveau des eaux baisse, les adultes se réfugient parfois dans des fosses; cependant, ces milieux marginaux sont probablement moins favorables à la croissance et la survie des individus que les radiers. Comme le marché de l’habitation et la demande de gravier sont à la hausse dans la vallée du bas Fraser, les milieux pouvant abriter le naseux de Nooksack continueront de se rétrécir, et l’espèce disparaîtra probablement du Canada avant dix à vingt ans.