Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Naseux de Nooksack (Rhinichthys sp.)

Facteurs limitatifs

La principale menace qui pèse sur la population canadienne de naseux de Nooksack est la destruction de son habitat par l’activité humaine. Dans les régions d’Aldergrove, de Clearbrook et d’Abbotsford, les ensembles d’habitations, les centres commerciaux et les parcs industriels remplacent les champs et les boisés à une allure vertigineuse. Cette urbanisation effrénée s’accompagne des habituels problèmes écologiques, d’autant plus menaçants pour le naseux de Nooksack qu’ils touchent le cours supérieur des ruisseaux abritant l’espèce. Les ruisseaux Bertrand et Fishtrap ainsi que leurs tributaires risquent de subir le sort généralement dévolu aux cours d’eaux traversant des milieux urbains : remodelage du tracé, envasement, pollution par des produits chimiques d’origine domestique ou industrielle, dépôt d’ordures, ou encore « embellissement » par la création d’étangs et de parcs pour le plus grand agrément de la population humaine, au détriment de l’habitat naturel des poissons. Dans le passé, la destruction accidentelle de sujets de l’espèce dans les sections canadiennes des tributaires de la Nooksack aurait été compensée par l’immigration naturelle de sujets de la population de la Nooksack. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les sections des ruisseaux Bertrand et Fishtrap se trouvant en territoire américain ont été recreusées et se sont envasées. On n’y trouve plus le naseux de Nooksack, ni les conditions dont l’espèce a besoin pour vivre. Les populations canadiennes de l’espèce, déjà en déclin, sont ainsi prises entre un milieu en voie de dégradation en amont et, en aval, un milieu qui ne répond pas à ses exigences écologiques.