Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la dalée velue au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Stabilisation des dunes, broutage et suppression des feux

Les dunes de Dundurn, près de Saskatoon, en Saskatchewan, sont en grande partie fixées par la végétation. Il subsiste encore des zones restreintes où le vent remanie le relief dunaire, les zones perturbées par un pâturage intensif en période de sécheresse, par exemple. D’anciennes photographies aériennes (1944) montrent que les étendues de dunes actives ont été plus importantes dans le passé (Pylypec, 1989). Hudson (1977) avait signalé que la survie de l’espèce à Mortlach-Caron était menacée par l’établissement de graminées dans les creux de déflation de ces dunes. Le même phénomène a été constaté dans les champs de dunes voisins (Harris Sand Hills et Great Sand Hills) (Epp, 1980, 1982) ainsi qu’en Alberta (Middle Sand Hills, lac Pakowki et Dune Point) (Wallis, 1988). Cette évolution s’est produite à la grandeur des provinces des Prairies. Les milieux propices à l’espèce se sont considérablement rétrécis, et il n’en subsiste plus que des îlots dispersés au sein des champs cultivés. On trouve des zones restreintes de sables mobiles à Dundurn, à Mortlach-Caron et dans le parc provincial Spruce Woods. Les dunes de Lauder constituent pour l’espèce un habitat potentiel plus vaste, mais celui‑ci se limite aussi à des zones restreintes dans le champ de dunes. Les précipitations, qui sont presque le double de celles d’un désert au sens strict, y sont suffisantes pour permettre l’établissement d’espèces colonisatrices qui, parfois, finissent par couvrir presque complètement les dunes (Spruce Woods Provincial Park, Spirit Sands, Devil's Punch Bowl Hiking Trails, 1995).

Aucune dalée velue n’a été recensée dans les champs de dunes voisins de Saskatchewan (Harris Sand Hills et Great Sand Hills) et du Manitoba (Oak Lake Sand Hills et Routledge Sand Hills), ni dans aucun champ de dunes semblable d’Alberta. Pourtant, tous ces milieux semblent convenir à l’espèce.

Bien que les processus de fixation des dunes ne soient pas entièrement élucidés, on croit de plus en plus que les sables demeurent actifs lorsque certaines conditions de feu et de broutage sont réunies. On peut en effet constater la fixation des dunes dans les régions peu broutées, mais fréquemment soumises au passage du feu, tout comme dans les régions broutées, mais peu touchées par le feu (Wallis, 1988).

On ne connaît pas les effets favorables ou néfastes du broutage survenant durant les diverses saisons (Wallis et Wershler, 1988). On pense que le brûlage pratiqué anciennement à la fin de l’été ou à l’automne donnait de riches pâturages le printemps suivant. Ces pâturages attiraient en grands nombres les herbivores, notamment les bisons, qui par leur broutage et leur piétinement maintenaient les dunes vives. Il semble que les dunes servaient aussi de refuge aux bisons durant l’hiver, ce qui aurait fortement contribué à maintenir les dunes en activité. La suppression des feux et la modification du régime de pâturage ont complètement transformé la dynamique des milieux dunaires (Wallis, 1988).

Le site de dalée velue de Mortlach-Caron en Saskatchewan se trouve dans un pâturage collectif où l’on fait paître le mouton. Le broutage y est excessif, comme en témoigne la présence de l’Artemisia frigida et du Mamillaria vivipara. Les données actuelles ne permettent pas de déterminer les effets du broutage, de l’absence de broutage et du surbroutage sur la croissance et l’abondance de la dalée velue.

La population de Dundurn se trouve dans un enclos pâturé. La plupart des zones perturbées en bordure de la route qui renfermaient des sables mobiles se trouvaient à proximité de passages pour le bétail (Smith, 1996). 

Au Manitoba, le régime de pâturage pourrait présenter une menace pour la dalée velue. Un secteur des dunes de Lauder abritant la dalée velue est rendu inaccessible pour le pâturage en vertu du programme provincial de protection de l’habitat essentiel de la faune. Un parc d’engraissement ayant subi une forte érosion jouxte le champ de dunes. Ce parc est séparé du secteur dunaire protégé par une clôture électrifiée. Les dunes qui se trouvent plus près de Hartney ne sont pas protégées et elles sont pâturées. Certaines parties des bordures de routes sont même fauchées pour le fourrage.

 

Tourisme et activités récréatives

Les dunes Spirit Sands du parc provincial Spruce Woods abritent l’une des plus importantes populations de dalée velue du Manitoba. Ces dunes sont entrecoupées de sentiers de randonnée pédestre, mais les randonneurs ne s’y confinent pas (Spruce Woods Provincial Park, Spirit Sands, Devil's Punch Bowl Hiking Trails, 1995, pièce no 1). La dalée velue se trouve dans l’un des secteurs du parc les plus utilisés à des fins récréatives. Des promenades en chariots à chevaux sont offertes de la mi‑mai au début de septembre. L’espèce se trouve dans un lieu très fréquenté, connu sous le nom de Devil's Punch Bowl. Le statut de parc soustrait cet habitat aux perturbations associées à l’exploitation des richesses naturelles et à l’exploitation agricole, mais non à la pression du tourisme. La fréquentation des sentiers de randonnée ainsi que la circulation en véhicules tous terrains doivent être contrôlées dans les dunes de Lauder (Pylypec, 1989). Ces dunes sont entrecoupées de chemins et de sentiers et doivent faire l’objet d’une surveillance étroite. La Société protectrice du patrimoine écologique du Manitoba interdit la circulation en véhicules tous terrains dans la réserve faunique, qui renferme la majeure partie de l’habitat actuel ou potentiel de la dalée velue dans les dunes de Lauder.

À Mortlach-Caron, en Saskatchewan, le terrain de camping Besant est aménagé dans le petit secteur des dunes où la dalée velue a déjà été observée. Vu la faible superficie pouvant servir d’habitat à l’espèce dans cette localité, tout empiètement est susceptible d’avoir des répercussions désastreuses (Smith, 1996).

 

Mauvaises herbes envahissantes

Dans les dunes de Lauder, au Manitoba, l’habitat de la dalée velue est sous la menace constante de l’euphorbe ésule (Euphorbia esula). Les creux interdunaires sont envahis par cette espèce. À certains endroits, la dalée velue pousse parmi l’euphorbe ésule. Il est à craindre que cette mauvaise herbe envahisse complètement l’habitat de la dalée velue et remplace cette dernière dans les dunes de Lauder (Smith, 1990, 1996). L’euphorbe ésule est aussi très commune à Mortlach-Caron, en Saskatchewan, où elle se rencontre sur une grande partie des dunes et colonise même les étendues de sable nu (Smith, 1996).