Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

L’albatros à queue courte (Phoebastria albatrus)

Taille et tendances des populations

Au début du 20e siècle, l’Albatros à queue courte a presque disparu, surtout à cause de la chasse effectuée dans les colonies de nidification au Japon. On chassait les albatros pour leurs plumes et leurs corps qui étaient transformés en engrais et en graisse, alors que les œufs étaient récoltés comme nourriture (Austin 1949). Bien que l’on ne connaisse pas d’estimations de la population mondiale d’Albatros à queue courte avant l’exploitation de l’espèce, le nombre total d’oiseaux récoltés fournit peut-être la meilleure estimation, puisque la récolte a presque mené à la disparition de l’espèce. Entre environ 1885  et 1903, la récolte d’Albatros à queue courte aurait été de cinq millions d’individus d’après les estimations (Austin, 1949). La récolte s’est poursuivie jusqu’au début des années 1930, sauf pendant les quelques années qui ont suivi l’éruption volcanique de 1902 dans l’île Torishima. En 1949, il n’y avait plus d’Albatros à queue courte qui se reproduisaient dans l’un ou l’autre des lieux de reproduction connus, y compris dans l’île Torishima, et l’on pensait que l’espèce était disparue (Austin, 1949; Kenyon, 1950).

Cependant, l’espèce s’est maintenue, et en 1950, on a de nouveau signalé des Albatros à queue courte nicheurs dans l’île Torishima, où plus de 100 000 individus se reproduisaient au plus fort de la période d’exploitation (Cochrane et Starfield, 1999). Il s’agissait probablement d’oiseaux qui avaient erré dans le Pacifique Nord pendant les dernières années du carnage. En 1987, la nidification de l’espèce a été confirmée dans l’île de Minami-kojima, qui fait partie des îles Senkaku. Il n’y a pas de mentions historiques concernant les effectifs de nicheurs dans cette population. On estime actuellement que nichent 267 couples dans l’île Torishima et 40 couples dans l’île de Minami-kojima (Hasegawa 2002, in litt.). La population mondiale totale de l’Albatros à queue courte compte probablement environ 1 600 individus (Hasegawa, 2002, in litt.), d’après les calculs fondés sur les estimations des effectifs de reproducteurs et de non-reproducteurs présents dans les colonies et le dénombrement des jeunes qui ont pris leur envol depuis 1954 (avec prise en compte du taux de survie estimé). Globalement, les effectifs augmentent régulièrement, les populations nicheuses augmentant à un taux annuel moyen de 7,5 p. 100 dans l’île Torishima et de 11 p. 100 dans les îles Senkaku (P. Sievert, comm. pers., 2003).

Ce taux de croissance actuel est probablement dû à la taille extrêmement petite de la population comparativement à son abondance passée. À mesure que les populations s’accroissent, certains paramètres démographiques dépendant de la densité pourraient prendre des valeurs différentes de celles figurant dans le présent rapport. Par exemple, l’âge à la première reproduction pourrait augmenter, ou le taux de jeunes atteignant l’envol pourrait diminuer. Cependant, il est probable qu’il faudra bien des années avant que les populations n’atteignent des niveaux où de tels effets pourraient apparaître (Cochrane et Starfield, 1999).