Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Teigne tricheuse du yucca (Tegeticula corruptrix)

Résumé technique

 

Tegeticula corruptrix
Teigne tricheuse du yucca     Non-pollinating Yucca Moth
Répartition au Canada : Alberta

Information sur la répartition

·        Superficie de la zone d’occurrence (km²)     < 400 km²
[Renseignement obtenu du rapport de situation du COSEPAC sur la teigne du yucca (T. yuccasella) – ce renseignement est identique pour les deux espèces et la superficie a été calculée comme étant le territoire total qui se trouve entre les deux emplacements connus pour le yucca glauque (Yucca glauca) qui soutient les teignes tricheuses du yucca.]
·        Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).     En déclin?
·        Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?     Non
·        Superficie de la zone d’occupation (km²)     < 1 km²
[Renseignement obtenu du rapport de situation du COSEPAC sur la teigne du yucca (T. yuccasella) – ce renseignement est identique pour les deux espèces et la superficie a été calculée comme étant le territoire total occupé par les deux populations de yucca glauque (Yucca glauca) de Pinhorn et de Onefour, c’est-à-dire à Pinhorn (450 m x 50 m) + à Onefour (2 000 m x 50 m)]
·        Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue).     En déclin?
·        Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?     Non
·        Nombre d’emplacements actuels connus ou inférés     2
·        Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue)     En déclin de 2 à 1
·        Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?     Non
·        Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue).     Stable

Information sur la population

·        Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.).     Évaluée de 1 à 4 ans
·        Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles).     Inconnu
·        Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue.     Inconnu
·        S’il y a déclin,  % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).     s.o.
·        Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?     Oui
·        La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de ≤ individu/année)?     Oui
·        Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue).     En déclin?
·        Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur >1)?     Non
·        Population de la rivière Lost, Onefour (Alberta)
·        Population de la rivière Milk, Réserve de pâturage de Pinhorn (Alberta)

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

Menaces réelles :
herbivorie par le cerf-mulet et l’antilope d’Amérique
circulation de véhicules tout-terrains
Menaces éventuelles :
activités agricoles – application d’herbicides et d’insecticides, pâturage
utilisation à des fins horticoles et médicinales

Effet d’une immigration de source externe

·        Statut ou situation des populations de l’extérieur?Pas d’évaluation      États-Unis :formelle sous aucune forme, mais les populations des États-Unis semblent résistantes
·        Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?     Inconnue; considérée  comme extrêmement rare dans les populations isolées
·        Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?     Oui, si en provenance des populations septentrionales du Montana et du Dakota du Nord.
·        Y a-t-il suffisamment d’habitats disponibles au Canada pour les individus?     Seulement à l’intérieur des populations naturelles connues de la teigne du yucca
·        L’effet d’une immigration de source externe est-elle possible?     Non, pas par des processus naturels, car la population de  teigne du yucca la plus près se trouve à 200 km du Montana

Analyse quantitative     Données insuffisantes

Statut existant
COSEPAC : En voie de disparition (Avril 2006)

Statut et justification de la désignation

Statut : En voie de disparition    
Code alphanumérique : B1ac(iv)+2ac(iv)            
Justification de la désignation : On ne retrouve qu’une seule population viable de cette teigne très spécialisée au Canada, dans une très petite zone limitée, isolée de l’aire principale de l’espèce aux États-Unis. Une deuxième population isolée est sur le point de disparaître ou est déjà disparue. La teigne est entièrement dépendante de la relation mutualiste obligatoire entre sa plante hôte (le yucca glauque), laquelle est « menacée », et le pollinisateur de celle-ci (la teigne du yucca), qui est « en voie de disparition ». L’espèce est menacée par le haut taux d’herbivorie des ongulés sauvages, lequel, au cours de certaines années, réduit considérablement le recrutement de la teigne, de sa plante hôte et du pollinisateur de celle-ci. L’espèce est également menacée par les véhicules tout-terrains qui détruisent la plante hôte.

Applicabilité des critères

Critère A (Population globale en déclin) : Pourrait s’appliquer si l’on accepte le fait que la réduction de deux à un site représente un déclin de 50 % de la population. On se demande toutefois s’il y a effectivement eu deux populations (ou seulement des individus égarés à Pinhorn), le délai à l’intérieur duquel le déclin de la prétendue population s’est produit est inconnu, et la taille initiale de la population en voie de disparition ou disparue est également inconnue.
Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
La zone d’occurrence est de moins de 5 000 km2 (moins de 400 km2) – B1
La zone d’occupation est de moins de 500 km2 (moins de 1 km2) – B2
La population est sévèrement fragmentée (si la présence d’une population à Pinhorn est reconnue) et on sait qu’elle existe dans moins de 5 (1 ou 2) emplacements – (a)
S’il l’on accepte le fait qu’il y ait une population réelle à Pinhorn, l’espèce connaît un déclin continuel dans cette zone d’occurrence – (b)(ii) et dans le nombre d’emplacements et de populations (de 2 à 1) – (b)(iv) elle connaît aussi des fluctuations extrêmes dans le nombre d’individus matures fondées sur le pâturage des capitules floraux par les ongulés – (c)(iv).
Critère C (Petite population globale et déclin) : Sans objet
Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : Correspond au critère de la catégorie « menacée », D2. La population a une zone d’occupation (moins de 1 km2) et un nombre d’emplacements (1 ou 2) très restreints
Critère E (Analyse quantitative) : Sans objet, aucune donnée.