Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Teigne tricheuse du yucca (Tegeticula corruptrix)

Habitat

Besoins en matière d’habitat

Au Canada, la teigne tricheuse du yucca est confinée à la sous-région sèche à graminées mixtes (ANHIC, 2004). De nature semi-aride, cette sous-région est baignée par un climat continental caractérisé par d’importantes fluctuations journalières et saisonnières des températures, des précipitations faibles, des étés chauds et un fort taux d’évaporation. L’évaporation y est amplifiée par la présence soutenue de forts vents.

Au Canada, la teigne tricheuse du yucca pond ses œufs et se nourrit à l’état larvaire exclusivement sur le yucca glauque; aucune autre espèce de yucca susceptible de lui convenir n’est présente au Canada. À la limite nord de son aire, le yucca glauque se rencontre principalement sur des pentes de coulée bien drainées, exposées au sud et comportant un couvert végétal clairsemé (figure 4), en association avec l’oponce à épines nombreuses (Opuntia polyacantha) et l’armoise argentée (Artemisia cana). Ces pentes sont orientées dans la direction opposée aux vents dominants, et de façon générale, les plants de yucca prospèrent seulement sur les pentes qui sont protégées des vents par des pentes adjacentes. Aucune autre population indigène de yucca n’a été trouvée au cours des recherches intensives effectuées dans le voisinage des deux seules populations indigènes de yucca connues au Canada, à Onefour et à Pinhorn (Alberta), et dans un site susceptible d’abriter l’espèce, près de Rockglen (Saskatchewan). Les sols des sites occupés sont alcalins et régosoliques, sans croûte mince (Milner, 1977; Fairbarns, 1985).

Figure 4.    Plants de yucca glauque (Yucca glauca) en pleine floraison. Les pentes de coulée exposées au sud constituent l’habitat privilégié des populations septentrionales du yucca glauque (Onefour, Alberta; juin 1999).(Photo : D. Hurlburt)

Figure 4.    Plants de yucca glauque (Yucca glauca) en pleine floraison. Les pentes de coulée exposées au sud constituent l’habitat privilégié des populations septentrionales du yucca glauque (Onefour, Alberta; juin 1999).(Photo : D. Hurlburt)

Dans les portions centrale et méridionale de son aire aux États-Unis, le yucca glauque se rencontre en terrain plus plat, dans des dunes, des pinèdes et des clairières dans l’Est, dans des prairies dans le Sud-Ouest (Pellmyr, 1999).

 

Tendances en matière d’habitat

Au Canada, la disponibilité des milieux favorables à la teigne tricheuse du yucca est limitée par des facteurs naturels, car les pentes de coulée exposées au sud, protégées des vents dominants et abritant une végétation clairsemée sont peu nombreuses. L’agriculture n’a eu aucun effet sur la disponibilité des habitats favorables, car le yucca glauque pousse sur des pentes de coulée abruptes qui ne se prêtent pas à une exploitation agricole (COSEPAC, 2002).

 

Protection et propriété

La teigne tricheuse du yucca ne figure actuellement pas sur la liste des espèces en péril, ni au Canada ni ailleurs. Elle bénéficie toutefois d’une protection du fait de son association avec le yucca glauque et la teigne du yucca, désignées par le COSEPAC « espèce menacée » et « espèce en voie de disparition », respectivement et inscrites à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral. Une équipe a été constituée en vue du rétablissement de ces deux espèces, et un plan de rétablissement conjoint est en cours de préparation.

Au Canada, les deux seules populations connues de la teigne tricheuse du yucca occupent des sites relativement peu perturbés sur des terres publiques. La population la plus importante est établie à Onefour, sur des terres appartenant à Agriculture et Agroalimentaire Canada et gérées par ce ministère. L’autre population, plus petite et vraisemblablement en déclin, se trouve dans une réserve de pâturage publique gérée par le gouvernement de l’Alberta.