Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Teigne tricheuse du yucca (Tegeticula corruptrix)

Facteurs limitatifs et menaces

Au Canada, les populations de la teigne tricheuse du yucca sont limitées naturellement par la répartition restreinte du yucca glauque, qui se trouve à la limite nord de son aire. Le yucca glauque, la teigne du yucca et, selon toute évidence, la teigne tricheuse du yucca sont physiologiquement limités par la température et se rencontrent principalement sur des pentes de coulée exposées au sud au Canada. En outre, la survie et le succès de reproduction du T. corruptrix dépendent du maintien du lien de mutualisme entre le yucca glauque et la teigne du yucca. La teigne tricheuse du yucca pond ses œufs dans les jeunes fruits de sa plante hôte. Ces fruits sont cependant présents seulement si la teigne du yucca parvient à polliniser les fleurs et si les plants de yucca conservent les fleurs fécondées. En raison de l’étroitesse de cette relation, la teigne tricheuse du yucca est menacée par les mêmes facteurs que le yucca glauque et la teigne du yucca (COSEPAC, 2000, 2002).

La principale menace pour la teigne tricheuse du yucca provient de l’ampleur des dommages infligés au yucca glauque par les ongulés herbivores sauvages. En dévorant les hampes florales, les fleurs et les fruits, l’antilope d’Amérique et le cerf-mulet réduisent considérablement le recrutement chez le yucca glauque, la teigne du yucca et la teigne tricheuse du yucca. Les herbivores réduisent la production de fruits et, en conséquence, de graines. En outre, tous les œufs des teignes présents dans les fleurs ou les fruits qui sont consommés sont détruits. Les populations septentrionales du yucca glauque sont particulièrement vulnérables aux herbivores parce qu’elles connaissent souvent des épisodes de faible floraison et fructification*(causés par la réduction des effectifs de la teigne du yucca); durant ces périodes, la réduction de la disponibilité de nourriture**incite les herbivores à dévorer toutes les inflorescences disponibles (Hurlburt, 2004). Des épisodes répétés d’herbivorie sont probablement à l’origine de la quasi-disparition de la teigne du yucca dans la réserve de Pinhorn (COSEPAC, 2002) et de l’extrême rareté de la teigne tricheuse du yucca au même endroit. La population du T. corruptrix à la réserve de Pinhorn ne semble pas viable et est en voie de disparition.

Dans de nombreuses régions comprises dans l’aire de répartition du yucca glauque aux États-Unis, les plants de yucca sont délibérément détruits avec de la machinerie agricole au moment des labours. Une injection d’herbicide est nécessaire pour éliminer les plants qui résistent à ce traitement, car les pulvérisations aériennes ne sont pas efficaces. Au Canada, le yucca glauque pousse surtout sur des pentes abruptes impropres à une exploitation agricole. Toutefois, au Canada, tous les plants de yucca poussent dans des régions agricoles et peuvent être menacés d’autres façons.  Des traitements ponctuels contre les chardons ont été observés à proximité des deux populations de yucca glauque.

Le yucca glauque résiste assez bien aux herbicides, mais la teigne tricheuse et la teigne du yucca sont par contre très vulnérables aux insecticides. Le risque d’éradication dû aux insecticides est par conséquent élevé. Des applications aériennes d’insecticides à plus grande échelle pourraient se révéler nécessaires en cas d’éclosion du virus du Nil occidental ou de pullulation de criquets. 

   À l’heure actuelle, le bétail a peu d’impact sur les populations de yucca glauque au Canada, parce qu’il ne peut se nourrir facilement sur les pentes de coulée abruptes où pousse le yucca. Dans le sud-ouest des États-Unis, par contre, la situation est tout à fait différente (COSEPAC, 2002), et le yucca est même exploité comme plante fourragère au Nouveau-Mexique.

   De nombreux jardins contiennent des plants de yucca glauque issus de populations sauvages. Cette activité a pour l’instant un impact négligeable sur les populations du yucca glauque et de la teigne du yucca. Toutefois, la récolte à plus grande échelle de graines à des fins de production de matériel de pépinière demeure une menace importante, d’autant que les graines des populations albertaines semblent susciter un certain intérêt depuis cinq ans. En outre, le yucca glauque a de nombreuses propriétés médicinales, tandis que les yuccas en général entrent dans la fabrication de divers produits à base d’« herbages » (COSEPAC, 2000). Bien que cela ne soit pas actuellement un problème au Canada, les fleurs de yucca sont utilisées dans plusieurs régions du sud-ouest des États-Unis pour la fabrication de produits de beauté (J. Addicott, comm. pers.). 

   La circulation automobile représente également une menace pour le yucca glauque et les teignes qui lui sont associées au Canada. Chaque année, de nombreux visiteurs viennent admirer les yuccas à Onefour, et il leur arrive souvent de stationner leur véhicule parmi les yuccas qui poussent sur les plateaux. Les éleveurs utilisent fréquemment des camions pour rassembler leur bétail, sans se soucier des yuccas qu’ils rencontrent sur leur chemin. Des véhicules écrasant des plants de yucca glauque ont été observés à de nombreuses occasions à Pinhorn et à Onefour, en particulier là où les plantes poussent en terrain plus plat et plus accessible. Cette activité entraîne non seulement la destruction des plants, mais elle endommage aussi les fragiles croûtes cryptogamiques qui contribuent à freiner l’érosion du sol.



*Les épisodes de faible floraison et fructification certaines années sont principalement dus au mode de reproduction asexuée du yucca glauque. Chaque rosette d’un clone ne fleurit qu’une fois avant de mourir. Si la floraison est abondante, un plus grand nombre de rosettes fleurissent, réduisant d’autant le nombre de rosettes qui pourront fleurir l’année suivante. Ces fluctuations déterminent un cycle de floraison (non lié à la température, aux précipitations, etc.). Curieusement, les fluctuations des taux d’émergence de la teigne du yucca ne correspondent pas au cycle de floraison du yucca glauque. Le yucca est une plante de désert, et sa floraison n’est pas entravée par la sécheresse. En réalité, le yucca glauque reçoit plus de pluie en Alberta que partout ailleurs à l’échelle de son aire.

**Le yucca est une plante juteuse toujours appréciée des herbivores, parce qu’elle constitue un repas rapide et facile comparativement aux autres plantes disponibles, et les petits groupes de fleurs représentent un mets de choix en tout temps. L’impact des herbivores est cependant plus élevé durant les périodes de sécheresse, en particulier si la population est au creux de son cycle de floraison. La sécheresse a donc un effet sur le comportement du cerf-mulet, mais pas sur la floraison du yucca.