Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Martinet ramoneur au Canada

Sommaire biographique des rédacteurs du rapport

Jean Gauthier a obtenu une maîtrise en biologie à l’Université Laval en 1974. Ses travaux de maîtrise ont porté sur les déplacements de l’Eider à duvet (Somateria mollissima) dans l’estuaire du Saint-Laurent. De 1974 à 1978, il a participé comme biologiste à des évaluations d’impact environnemental pour le gouvernement du Québec. En 1978, il entre au Service canadien de la faune (SCF) (Région du Québec) où il continue à mener des évaluations environnementales. Il a étudié notamment les effets de la pulvérisation d’insecticides sur les oiseaux forestiers. Il a été coordonnateur et un des auteurs de l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional. Depuis 1996, il est biologiste principal au SCF. Son travail l’a amené à étudier les populations d’oiseaux forestiers dans les forêts boréales et méridionales du Québec, souvent dans le cadre des activités du programme Partenaires d’envol. Depuis 1998, il coordonne les inventaires des Martinets ramoneurs au Québec. Au fil des ans, il a développé une expertise en matière d’impact des oiseaux terrestres sur les activités humaines.

Mark Dionne a obtenu un baccalauréat à l’Université Laval et une maîtrise à l’Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton (UNBF). Dans son mémoire de baccalauréat, il a examiné le comportement flexible de l’ophiure Ophiopholis aculeata vis-à-vis de son principal prédateur, l’étoile de mer Asterias vulgaris. Son mémoire de maîtrise a porté sur les interactions entre les canards plongeurs et les moules cultivées à l’Île-du-Prince-Édouard, au Canada. Depuis février 2004, il travaille comme biologiste au Service canadien de la faune, où il a préparé le rapport de situation du COSEPAC sur le Martinet ramoneur au Canada.

Josée Potvin a obtenu un baccalauréat en biologie à l’Université Laval et une maîtrise en ressources renouvelables à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Son mémoire de maîtrise portait sur l’importance et l’impact de la prédation des cônes de l’épinette noire (Picea mariana) par l’écureuil roux (Tamiasciurus hudsonicus). Ensuite, elle a travaillé quelques années en recherche forestière, en particulier sur l’écologie de l’épinette noire pour le Consortium de recherche sur la forêt boréale commerciale, et elle a participé à des projets de recherche sur la faune en relation avec les habitats forestiers. Elle a ainsi effectué un projet de recherche pour Parcs Canada sur l’impact du Cormoran à aigrettes (Phalacrocorax auritus) sur les écosystèmes forestiers de la réserve de parc national du Canada de l'Archipel-de-Mingan, et participé en 1998 à une étude portant sur le chamois des Alpes (Rupicapra rupicapra) dans une réserve de chasse et de faune française. En 1999, son intérêt pour les oiseaux l’a mené au Service canadien de la faune où, depuis son arrivée, elle travaille sur le projet d’inventaire du Martinet ramoneur au Québec.

Mike Cadman a obtenu un baccalauréat en biologie de la faune à l’Université de Guelph en 1976 et une maîtrise en écologie à l’Université de Toronto en 1980. Son mémoire de maîtrise portait sur les stratégies alimentaires de l’Huîtrier d'Amérique. De 1981 à 1987, il a coordonné la préparation de l’atlas des oiseaux nicheurs de l’Ontario et il a dirigé la publication de cet atlas. Il a ensuite coordonné l’Ontario Rare Breeding Bird Program de 1988 à 1992. De 1992 à aujourd’hui, il a été le biologiste spécialiste des oiseaux chanteurs pour le Service canadien de la faune, Région de l’Ontario. Durant cette période, il a été auteur ou coauteur des rapports de situation du COSEPAC sur la Paruline à capuchon et la Pie-grièche migratrice (mise à jour), le Hibou des marais et la Paruline polyglotte, et il a été président de l’équipe de rétablissement de la Pie-grièche migratrice et de celle de la Paruline à capuchon et du Moucherolle vert; il a aussi été membre des équipes de rétablissement du Bruant de Henslow et de la Paruline orangée. Depuis 2001, il a été affecté à Ontario Nature – Federation of Ontario Naturalists, comme coordonnateur du deuxième atlas sur les oiseaux nicheurs de l’Ontario.

Daniel Busby a obtenu un baccalauréat spécialisé en 1975 et une maîtrise en ornithologie en 1978 de l’Université du Manitoba. Ses travaux de maîtrise ont porté sur l’écologie de l’alimentation de la Paruline jaune (Dendroica petechia) au marais Delta, au Manitoba. Il a travaillé quelque temps sur les effets des contaminants sur les oiseaux aquatiques dans les Grands Lacs en tant que contractuel pour le Service canadien de la faune. En 1978, il est devenu employé permanent du SCF où il a dirigé une étude à long terme des effets de la pulvérisation d’insecticides sur les oiseaux des forêts du Nouveau-Brunswick. Il a été nommé plus tard à son poste actuel de biologiste de la faune principal, à titre de spécialiste des oiseaux terrestres, et il participe à diverses activités : surveillances de migrations, Relevé des oiseaux nicheurs (BBS), travaux relatifs au virus du Nil occidental, conservation de la Grive de Bicknell, activités de Partenaires d’envol et études scientifiques sur les oiseaux de la forêt boréale.