Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'obovarie ronde (Obovaria subrotunda) au Canada - 2003

Rapport de situation du COSEPAC
sur
l’obovarie ronde
Obovaria subrotunda
au Canada
2003

Information sur l'espèce

Nom et classification

Nom scientifique :
Obovaria subrotunda (Rafinesque, 1820)
Nom commun français :
obovarie ronde
Nom commun anglais :
Round Hickorynut


Le document de référence faisant autorité en matière de classification des mollusques aquatiques des États-Unis et du Canada est Turgeon et al. (1998). La classification actuellement acceptée pour cette espèce est la suivante :

Embranchement :
Mollusques
Classe :
Bivalves
Sous-classe :
Paléohétérodontes
Ordre :
Unionoïdés
Superfamille :
Unionacés
Famille :
Unionidés
Sous-famille :
Lampsilinés
Genre :
Obovaria
Espèce :
Obovaria subrotunda


Parmalee et Bogan (1998) ont fourni la liste complète des synonymes de cette espèce. Certains ont déjà considéré des spécimens provenant du lac Érié comme appartenant à une espèce différente, l’O. leibii, à cause de leur taille plus petite, de leurs bourrelets de croissance plus réguliers et plus marqués, et de leur coloration plus pâle (Ortmann, 1919).


Description

L’obovarie ronde (Obovaria subrotunda) (Rafinesque, 1820), se reconnaît aisément à sa forme circulaire, à ses sommets (ou umbos) situés centralement, à son périostracum non sculpté et sans rayons et à sa taille relativement petite. Elle peut parfois être confondue avec certains spécimens lisses de Quadrula pustulosa, dont le périostracum présente toutefois une coloration brillante jaune doré. La localité type est la rivière Ohio. La description suivante de l’espèce est tirée de Clarke (1981), de Strayer et Jirka (1997) ainsi que de Parmalee et Bogan (1998). La coquille, circulaire à triangulaire-arrondie, est épaisse et présente une surface lisse, à part les bourrelets de croissance saillants. Le périostracum est généralement brun foncé ou brun olivâtre et dépourvu de rayons, sauf chez certains individus très jeunes. La pente postérieure est nettement plus pâle que le reste de la coquille. Les sommets, situés centralement et incurvés vers l’intérieur, s’élèvent bien au-dessus de la la ligne de charnière. La sculpture des sommets est fine et consiste en 4 à 6 bourrelets courts et légèrement sinueux. Les dents de la charnière sont plutôt épaisses et fortes. La valve gauche est pourvue de deux dents pseudo-cardinales triangulaires fortes et rugueuses et de deux dents latérales courtes, fortes et légèrement incurvées. La valve droite possède une grosse dent pseudo-cardinale triangulaire dentelée habituellement flanquée de part et d’autre d’une petite dent comprimée, ainsi qu’une courte dent latérale épaisse et rugueuse, avec souvent une dent latérale secondaire intérieure, basse et incomplète. L’interdentum est étroit ou nul. Les impressions des adducteurs sont marquées. La nacre est blanc argenté, teintée de bleu ou de rose chez certains specimens. Les différences sexuelles dans la coquille ne sont pas évidentes; chez la femelle, le bord postérieur peut être tronqué. Cependant, on observe une nette différence dans la taille, les femelles étant beaucoup plus petites que les mâles (Ortmann, 1919). On observe des variations écophénotypiques considérables dans le renflement de la coquille selon que les individus proviennent de grands cours d’eau, de petites rivières ou de lacs.

L’obovarie ronde peut atteindre jusqu’à 65 mm de longueur, mais elle dépasse rarement 60 mm au Tennessee (Parmalee et Bogan, 1998) ou 50 mm au New York (Strayer et Jirka, 1997). D’après Clarke (1981), l’O. subrotunda dépasse rarement 40 mm au Canada. Cependant, les auteurs du présent rapport ont observé des coquilles (et un individu vivant) atteignant environ 60 mm dans des rivières du Sud de l’Ontario, et des individus vivants mesurant jusqu’à 51 mm dans le lac Sainte-Claire. La figure 1A montre les caractéristiques externes de la coquille et les caractéristiques internes de la valve gauche (dents de la charnière), et la figure 1B présente une photo d’une obovarie ronde vivante récoltée dans la rivière Sydenham, près d’Alvinston (Ontario), le 21 juin 2001.

Figure 1A : Dessin au trait des caractéristiques externes de la coquille et des caractéristiques internes de la valve gauche (dents de la charnière) de l’Obovaria subrotunda

Figure 1A : Dessin au trait des caractéristiques externes de la coquille et des caractéristiques internes de la valve gauche (dents de la charnière) de l’Obovaria subrotunda.

Tiré de Burch (1973).


Figure 1B : Photographie d’un spécimen vivant provenant de la rivière Sydenham (Ontario)

Figure 1B : Photographie d’un spécimen vivant provenant de la rivière Sydenham (Ontario).

Photo de D.T. Zanatta, INRE.