Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la chauve-souris blonde (Antrozous pallidus) au Canada - Mise à jour

Biologie

En plus de l’écologie de l’exploitation des gîtes, un autre aspect important de la biologie de l’A. pallidus a été bien étudié depuis la publication en 1988 du premier rapport du COSEPAC sur la situation de cette espèce. L’étude des effets de la variation du climat sur divers aspects de la reproduction, réalisée en Oregon par Lewis (1993), est particulièrement pertinente pour les populations septentrionales de chauves-souris blondes. Avant cette étude, on ne savait pas si les chauves-souris qui s’alimentent au sol font face aux mêmes problèmes énergétiques que les insectivores aériens pour ce qui est de l’utilisation de l’hétérothermie (torpeur) durant la gestation et la lactation. En comparant des chauves-souris capturées durant un printemps relativement frais à d’autres capturées durant un printemps normal, Lewis (1983) a montré que, les années où il faisait plus froid, les femelles mettaient bas près d’un mois plus tard et moins synchroniquement, et avaient une masse corporelle moins élevée durant la lactation. En outre, un plus fort pourcentage de femelles ne se reproduisaient pas. Ces observations ont des incidences importantes quant à la stabilité d’une population d’A. pallidus au Canada, où les chauves-souris se trouvent très probablement régulièrement exposées à de basses températures frisant leur seuil de tolérance.

Les températures relativement basses et la variation climatique intersaisonnière pourraient expliquer la rareté et la sporadicité des captures de femelles et de chauves-souris qui se reproduisent et de femelles dans la vallée de l’Okanagan. Cependant, comme les chauves-souris vivent généralement très longtemps, la variation interannuelle du taux de reproduction n’empêche pas nécessairement le maintien d’une population reproductrice stable. Une femelle qui ne réussit pas à se reproduire une année froide peut avoir d’assez bonnes chances de survivre pour se reproduire une année plus chaude.