Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Menaces

Programme de rétablissement de l'onagre à fruits tordus (Camissonia contorta) au Canada

4. Menaces

4.1 Évaluation des menaces

Tableau 3. Tableau d’évaluation des menaces
MenaceNiveau de préoccupationÉtendueOccurrenceFréquenceGravitéCertitude causale
Destruction et dégradation de l’habitat
Aménagement du territoireÉlevéGénéraliséeActuelle / anticipéeRécurrenteÉlevéeÉlevée
Activités récréatives – véhiculesÉlevéGénéraliséeActuelle / anticipéeRécurrenteÉlevéeÉlevée
Activités récréatives –circulation pédestreMoyenGénéraliséeActuelle / anticipéeContinueMoyenneÉlevée
Entretien des routesFaibleLocaliséeAnticipéeInconnueMoyenneFaible
Espèces exotiques et envahissantes
Compétition exercée par les plantes non indigènesÉlevéGénéraliséeActuelle / anticipéeContinueÉlevéeÉlevée
Animaux non indigènes – HerbivorieFaibleGénéraliséeAnticipéeInconnueInconnueFaible
Climat
Changements climatiquesFaibleGénéraliséeInconnueContinueInconnueFaible

4.2 Description des menaces

Le contenu de la présente section est adapté de la description de l'espèce présentée dans le Rapport de situation sur l'onagre à fruits tordus (COSEPAC, 2006).

Destruction et dégradation de l’habitat
Bien que plusieurs sites soient actuellement protégés parce qu'ils se trouvent dans des parcs, l'aménagement du territoire représente une menace avérée grave et continue dans plusieurs sites répartis à l'échelle de l'aire de l'espèce. La totalité de la population 6 a été détruite durant l'aménagement d'un terrain de golf sur une propriété privée, mais quelques individus ont depuis recolonisé le secteur (tableau 1). La population 3 est établie dans une emprise appartenant au ministère des Transports et des Infrastructures de la Colombie-Britannique. À l'heure actuelle, ce site n'est menacé par aucun plan d'aménagement (C. Wheeler, comm. pers.).

L’utilisation de l’habitat de l’onagre à fruits tordus à des fins récréatives (randonnée pédestre et utilisation de véhicules tout terrain) représente une menace avérée grave, étendue et continue pour les arrière-plages sableuses à presque tous les sites compris dans l’aire de répartition de l’espèce au Canada. L’affluence occasionnée par l’utilisation de certaines arrière-plages sableuses occupées par l’espèce à des fins récréatives (randonnée pédestre, promenade de chiens, bains de soleil, pique-niques) entraîne des dommages graves liés au piétinement. Ce type de dommages touche tout particulièrement les populations 1, 2, 4, 7 et 8. Une grave altération de l’habitat due à la circulation intense de véhicules tout-terrain a été observée au site occupé par la population 8. Des dommages similaires mais de moindre ampleur ont également été signalés aux sites occupés par les populations 5 et 6. La population 2, du fait de sa proximité avec la population 8, pourrait également subir des dommages occasionnés par les véhicules tout-terrain, même si l’installation récente de clôtures a contribué à atténuer au moins partiellement cette menace.

Plantes exotiques envahissantes
Les plantes exotiques envahissantes constituent une menace avérée, grave et continue. Un certain nombre d’espèces exotiques ont envahi l’habitat de l’onagre à fruits tordus, en particulier aux sites occupés par les populations 5 et 7.

Le genêt à balais (Cytisus scoparius) pousse dans le voisinage immédiat ou à l’intérieur même de l’habitat occupé par les huit populations existantes. Cette plante exotique envahissante livre à l’onagre à fruits tordus une compétition agressive pour l’espace. Elle fait également de l’ombrage durant une partie de la journée et pourrait avec le temps causer la stabilisation des zones sableuses semi-actives en formant des fourrés denses. Elle pourrait ainsi favoriser la succession et entraîner l’élimination des zones d’habitat ouvert.

D’autres espèces exotiques et envahissantes constituent une menace grave pour au moins une des huit populations existantes de l’onagre à fruits tordus. C’est notamment le cas de l’ail des vignes (Allium vineale), une Alliacée agressive qui se propage rapidement une fois établie (en particulier au site occupé par la population 5), et de l’ammophile des sables (Ammophila arenaria), qui entraîne la stabilisation des dunes et, ce faisant, altère la dynamique des sols, en particulier au site occupé par la population 7. Une portion de cette population semble avoir disparu, vraisemblablement par suite de l’invasion de son habitat par le genêt à balais et l’ammophile des sables (M. Fairbarns, obs. pers.). Cette population est déjà très petite, et toute perte additionnelle d’individus pourrait compromettre gravement sa survie. D’autres espèces exotiques se rencontrent fréquemment à proximité de l’habitat occupé par l’onagre à fruits tordus et constituent de ce fait une menace pour l’espèce. Ces espèces incluent, chez les graminées, la canche précoce (Aira praecox), la canche caryophyllée (A. caryophyllea), le brome des toits (Bromus tectorum), le brome mou (B. hordeaceus), le brome raide (B. rigidus), la vulpie queue-de-rat (Vulpia myuros) et la vulpie faux-brome (Vulpia bromoides) et, chez les herbacées non graminoïdes, la petite oseille (Rumex acetosella), le céraiste visqueux (Cerastium glomeratum), le liondent des rochers (Leontodon taraxacoides), la porcelle enracinée (Hypochaeris radicata) et l’érodium cicutaire (Erodium cicutarium).

Animaux exotiques envahissants
Les dommages causés par les animaux herbivores non indigènes représentent une menace potentielle, faible et continue. De dommages légers à modérés ont été observés parmi les populations 1, 2, 5 et 7 (M. Fairbarns, obs. pers.). Ces dommages semblent avoir été infligés par le lapin à queue blanche (Sylvilagus floridanus), car des déjections de cette espèce ont été trouvées en abondance dans la plupart de ces sites ainsi qu’au site occupé par la population 8. Toutefois, l’impact passablement évident du broutage de la végétation concurrente par le lapin compense probablement les légers dommages infligés à l’onagre à fruits tordus.

Changements climatiques
Les changements climatiques sont considérés comme une nouvelle menace dont il est pour l'instant difficile de prévoir les effets sur l'onagre à fruits tordus. L'élévation du niveau de la mer et l'altération des régimes pluviométriques sont considérées comme des menaces potentielles pour l'espèce.

Haut de la page

5. Objectifs en matière de population et de répartition

Le but global du présent programme de rétablissement (pour la période 2011–2020) est d'assurer le maintien de neuf[2] populations viables au Canada. Le présent programme de rétablissement propose à cette fin quatre objectifs en matière de population et de répartition. Ces objectifs ne sont pas présentés ci-dessous par ordre de priorité (voir le tableau 4 pour connaître l'ordre de priorité des activités recommandées).

  1. Préserver la zone d’occurrence connue[3] de l’espèce au Canada (d’ici 2015).

  2. Faire en sorte que les populations maintiennent leur taille actuelle[4] ou augmentent à tous les sites actuellement occupés par l’espèce (d’ici 2015).

  3. Faire en sorte que les huit populations existantes atteignent et conservent au moins la taille minimale d’une population viable[5] (d’ici 2020).

  4. Établir une population additionnelle[6] (pour remplacer la population reconnue comme disparue) à un site comportant des parcelles d'habitat propice compris dans l'aire de répartition connue de l'espèce au Canada et veiller à ce que cette population conserve au moins la taille minimale d'une population viable (d'ici 2020).

Haut de la page

6.  Stratégies et approches générales pour l’atteinte des objectifs

6.1 Mesures déjà achevées ou en cours

Un rapport énonçant les mesures de gestion proposées pour les parcs du district régional de la capitale (DRC) (populations 1 et 2) a été élaboré (Fairbarns, 2004). Ce rapport énonce 18 recommandations, incluant les quatre recommandations prioritaires suivantes :

  • Resserrer les mesures de conservation ciblant les populations existantes dans les parcs du DRC.
  • Promouvoir les valeurs de conservation auprès de la population en accordant une attention spéciale aux espèces de plantes en péril.
  • Surveiller les populations de plantes rares associées aux milieux sableux et leur habitat ainsi que les utilisations du parc par les visiteurs.
  • Restaurer les parcelles d’habitat dégradé et favoriser l’établissement de nouvelles sous-populations ou l’expansion des populations existantes.

Les autorités des parcs du DRC ont commencé à appliquer les recommandations de gestion en 2007 en érigeant une clôture et des panneaux de signalisation afin de restreindre la circulation pédestre au site occupé par la population 2. Malheureusement, certaines personnes n’hésitent pas à franchir cette clôture, et des dommages graves dus au piétinement sont encore fréquemment signalés (Fairbarns, obs. pers, 2008). Aucune des mesures de rétablissement recommandées pour la population 1 n’a encore été mise en place.

Les parcs du DRC, la municipalité de Central Saanich et la Première nation Tsawout s’affairent à élaborer un plan de gestion pour un secteur qui inclut tout l’habitat sableux propice compris entre la population 2 et la population 8. Le projet prévoit la cartographie de l’habitat et des zones occupées par des espèces rares et l’élaboration d’un plan concerté de gestion de l’accès ciblant les amateurs de randonnée pédestre et les utilisateurs de véhicules hors route. Au site occupé par la population 8, des barrières en béton, des clôtures et des panneaux de signalisation ont été installés au sud du parc municipal Cordova Spit, sur les terres de la Première nation Tsawout, pour protéger cet écosystème fragile et informer les visiteurs.

Les propriétaires privés dont les terres abritent les populations 5 et 6 ont conclu un accord de conservation en vertu de l’article 219 de la Land Titles Act de la Colombie-Britannique. Cet accord vise la totalité du site occupé par la population 5 et une partie de l’emplacement original de la population 6. Conservation de la nature Canada veille au respect des dispositions de l’accord et restreint en grande partie l’accès au site. Cet organisme planifie également la restauration de la population 5.

Haut de la page

6.2 Orientation stratégique pour le rétablissement

Le tableau 4 énumère les approches détaillées recommandées pour le rétablissement de l’onagre à fruits tordus. Chaque approche vise l’atteinte d’un ou de plusieurs objectifs en matière de population et de répartition.

Tableau 4. Tableau de planification du rétablissement
Menace ou facteur limitatifPrioritéStratégie générale pour le rétablissementDescription générale des approches de recherche et de gestion
  • Destruction et dégradation de l’habitat
UrgenteConservation de l’espèce et de son habitat
  • Élaborer et appliquer des mesures efficaces pour assurer la conservation des populations existantes connues.
  • Veiller à ce que les mesures de conservation mises en place assurent la viabilité de toutes les populations et de leur habitat et réduisent substantiellement les menaces importantes.
  • Destruction et dégradation de l’habitat
  • Espèces exotiques et envahissantes
UrgenteIntendance et gestion de l’habitat
  • Élaborer des meilleures pratiques de gestion afin d'atténuer les menaces qui pèsent sur les espèces associées aux écosystèmes sableux côtiers, dont l'onagre à fruits tordus (afin d'aider les propriétaires fonciers et les gestionnaires à mener à bien leurs activités d'intendance).
  • Contacter les propriétaires fonciers afin de leur communiquer des informations sur l'espèce et ses besoins et sur les façons de contribuer à son rétablissement.
  • Obtenir la participation de tous les propriétaires fonciers et gestionnaires aux activités d'intendance de l'habitat.
  • Démographie de l’espèce
UrgenteRecherche
  • Déterminer la taille minimale d'une population viable de l'espèce au Canada et établir des cibles en matière de population pour chaque site.
  • Préciser la dynamique de la métapopulation (p. ex. fréquence de la dispersion entre chaque site).
  • Déterminer les méthodes de rétablissement et de gestion adaptative appropriées pour chacune des populations existantes et leur habitat.
  • Mettre au point des techniques et établir un ordre de priorité pour l'augmentation des populations existantes et l'établissement de nouvelles populations.
  • Déterminer si les goulots d'étranglement génétique ont une incidence sur la pollinisation et la reproduction, la dispersion, la production de graines, le recrutement et la survie du recrutement.
  • Destruction et dégradation de l’habitat
  • Espèces exotiques et envahissantes
NécessaireCartographie, inventaires et surveillance
  • Sélectionner et prioriser les secteurs et les activités en vue des relevés et réaliser des inventaires des populations et des habitats à l'échelle de le zone d'occurrence de l'espèce.
  • Surveiller annuellement l'habitat et l'abondance des populations existantes durant au moins cinq ans afin d'évaluer la réaction de l'espèce au changement des conditions de l'habitat.
  • Évaluer la qualité des zones d'arrière-plages sableuses à l'échelle de le zone d'occurrence de l'espèce afin de déterminer les meilleurs endroits pour établir de nouvelles populations et accroître les connaissances sur la zone d'occurrence historique et le nombre historique de populations.
  • Destruction et dégradation de l’habitat
  • Démographie de l’espèce
  • Espèces exotiques et envahissantes
NécessaireRestauration des populations
  • Élaborer et mettre en place un plan de rétablissement à l’échelle de la population pour les sites abritant des populations nécessitant des mesures d’augmentation.
  • Accroître la zone d’occupation et l’abondance des populations existantes dont la taille est présumée inférieure à la taille minimale d’une population viable.
  • Réaliser des essais en vue de l’établissement de populations de l’espèce.
  • Élaborer et mettre en place un plan de translocation et établir de nouvelles populations conformément aux objectifs en matière de population et de répartition.
  • Destruction et dégradation de l’habitat
  • Espèces exotiques et envahissantes
UtileÉducation du public et vulgarisation
  • Sensibiliser le public à l’existence de l’onagre à fruits tordus et à l’importance d’assurer sa conservation ainsi que celle des autres espèces en péril partageant son habitat.
  • Prioriser et mettre en place des activités d’éducation du public et de vulgarisation concernant l’onagre à fruits tordus, son habitat et sa gestion et les espèces en péril partageant le même habitat et/ou écosystème.
  • Évaluer le succès des activités d’éducation du public et de vulgarisation tous les cinq ans (en adoptant préférablement une approche plurispécifique pour les écosystèmes sableux côtiers et les espèces qui leur sont associées).
  • Espèces exotiques et envahissantes
UtileRecherche
  • Quantifier l’impact des animaux herbivores introduits.

Haut de la page


2 Neuf populations sont actuellement connues. Il faut donc rétablir au moins neuf populations. Le nombre exact de populations historiques ne peut être déterminé avec certitude à ce stade-ci. L’objectif de neuf populations sera réévalué dans un plan d’action une fois que les relevés et analyses de l’habitat potentiel auront été effectués (voir la liste des approches en matière de recherche au tableau 4).

3 Zone d'occurrence connue = zone d'occurrence cumulée des huit populations existantes et de la population disparue. La zone d'occurrence historique est inconnue.

4 La taille actuelle des populations existantes est indiquée au tableau 1 du présent document.

5 La taille minimale d'une population viable ne peut être déterminée avec certitude à ce stade-ci, mais voir la section 1.4.1 pour l'état actuel des connaissances sur la question et le tableau 4 pour les recommandations relatives à l'établissement d'une taille minimale d'une population viable visant à assurer la viabilité des populations aux sites existants.

6 L’objectif d’établir seulement un nouveau site pourrait changer à l’étape du plan d’action si de futures analyses confirment l’existence de plus de neuf populations historiques au Canada.