Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétalissement : Lamproie de Vancouver (proposition)

Résumé

La lamproie de Vancouver (Lampetra macrostoma) est une espèce dérivée de la lamproie du Pacifique (L. tridentata) qui ne serait présente que dans les lacs Cowichan et Mesachie, sur l’île de Vancouver, en Colombie‑Britannique. L  macrostoma est considérée en tant qu’espèce distincte en raison de ses caractéristiques morphologiques et physiologiques uniques, principalement son grand disque oral et son adaptation physiologique à l’eau douce. Toutefois, une certaine incertitude phylogénétique demeure et exige la tenue d’études plus poussées. La recherche concernant cette espèce a été limitée, voire nulle, depuis les années 1980, et aucune conclusion définitive ne peut être formulée à l’aide des données actuelles sur la situation de la population et les tendances qu’elle affiche. La répartition extrêmement endémique de l’espèce est le principal facteur qui a mené à sa désignation en tant qu’espèce menacée et nous porte à croire que l’espèce demeurera toujours à risque jusqu’à un certain point.

Une multitude de facteurs menacent la lamproie de Vancouver et son habitat, mais l’ampleur et la gravité des menaces demeurent inconnues. Le présent programme de rétablissement est axé sur la viabilité à long terme de la lamproie de Vancouver et offre diverses approches axées sur l’atteinte de ce but. La priorité consiste à combler les lacunes dans les données qui empêchent la conservation de l’espèce et à recueillir de l’information pour permettre la délimitation de son habitat essentiel dans la nature. Les activités qui ont pour but de protéger et de mettre en valeur d’autres espèces de poissons et d’animaux sauvages devraient également profiter à la lamproie de Vancouver et vice versa.