Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétalissement : Lamproie de Vancouver (proposition)

7.   But du rétablissement

Le but du rétablissement de la lamproie de Vancouver est d’assurer la viabilité à long terme de l’espèce dans son aire de répartition naturelle. Il est probable que l’espèce demeurera toujours à risque jusqu’à un certain point en raison de son aire de répartition extrêmement limitée.

8.  Objectifs de rétablissement

Les objectifs de rétablissement sont les suivants.

  1. Maintenir une population de lamproie de Vancouver autonome dans les lacs Cowichan et Masachie capable de résister à des perturbations à court terme de l’habitat.
  2. Maintenir et, si possible, améliorer l’intégrité écologique de l’habitat de la lamproie de Vancouver.
  3. Améliorer les connaissances scientifiques sur la lamproie de Vancouver en entreprenant des études supplémentaires portant sur son statut taxonomique, son histoire naturelle, son habitat essentiel et les menaces qui pèsent sur sa pérennité.
  4. Accroître la sensibilisation à l’égard de la lamproie de Vancouver et de son statut de conservation et favoriser la participation active locale aux activités d’intendance et de protection de l’habitat.

9. Approche axée surl’atteinte des objectifs de rétablissement

Les approches générales recommandées dans le cadre du présent programme de rétablissement consistent :

  • à établir et à soutenir des initiatives d’intendance;
  • à entreprendre des activités de recherche précises pour combler les lacunes dans les connaissances et clarifier les menaces;
  • à délimiter et à protéger[1] les habitats clés;
  • à limiter les impacts de l’utilisation des terres et de l’eau;
  • à concevoir et à mettre en application des programmes de surveillance efficaces.

Le tableau 3 présente une description des stratégies et des approches recommandées. Ces approches seront exposées plus en détail dans un ou plusieurs plans d’action qui seront élaborés avec le concours d’un groupe de mise en œuvre du rétablissement. D’autres plans et d’autres décisions pourront être pris avec la participation de divers intervenants, y compris des organismes gouvernementaux, des Premières nations, des propriétaires de terres privées, l’industrie et des groupes d’intendance locaux.



[1] La protection peut être assurée par une variété de mécanismes, y compris : ententes volontaires d’intendance, clauses restrictives en matière de conservation, vente de terres privées par des vendeurs consentants, désignations pour l’utilisation des terres et zones protégées.