Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Plan de gestion du fondule barré (Fundulus diaphanus), population de Terre-Neuve, au Canada

Résumé

Le fondule barré (Fundulus diaphanus) (population de Terre-Neuve) a été inscrit comme espèce préoccupante sur la Liste des espèces en péril établie en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) et comme espèce vulnérable sur la liste découlant de la Newfoundland and Labrador Endangered Species Act (NL ESA). Quoique rien n'indique que l'aire de répartition ou l'effectif de la population de cette espèce ait diminué dans l'île de Terre-Neuve, la superficie limitée de l'aire occupée par le fondule barré et la répartition en grappes de ce dernier le rendent particulièrement vulnérable aux phénomènes catastrophiques ou aux perturbations locales.

Dans une évaluation réalisée en 2003, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a déterminé que l'activité forestière dans le bassin hydrographique de la baie Indian et les obstacles à la migration du poisson constituaient les principaux facteurs limitatifs et menaces pesant sur le fondule barré à Terre-Neuve. Depuis cette évaluation, des données postérieures à la coupe forestière dénotent un apparent accroissement de l'abondance et de la répartition du fondule barré dans la baie Indian. Les zones tampons établies contribuent à réduire les risques que l'exploitation forestière fait peser sur le fondule barré. Parmi les autres menaces et facteurs limitatifs possibles, il faut citer l'introduction de prédateurs envahissants et diverses formes d'exploitation des terres, comme l'aménagement de routes, l'exploitation minière ainsi que l'expansion urbaine et la construction de chalets. Le COSEPAC a également évoqué des problèmes possibles dus à la température de l'eau et à la disponibilité d'un habitat adéquat, en précisant que vraisemblablement ils ne constituent pas des facteurs limitatifs pour le fondule barré dans la majeure partie de la région.

Le présent plan de gestion vise à maintenir l’effectif et la répartition du fondule barré, et à protéger l’habitat dans les bassins versants dans lesquels l’espèce est présente. Cet objectif sera réalisé grâce à des relevés et opérations de surveillance ponctuelles ainsi qu’à l’élaboration de pratiques de gestion optimales, propres à chacun des endroits visés et destinées à protéger l’habitat, à la réduction de la mortalité due aux captures accessoires dans la pêche de l’anguille, à une plus grande sensibilisation du public et à la gérance. La mise en œuvre des mesures de conservation et de gestion du fondule barré à Terre-Neuve fera appel à l’action concertée de Pêches et Océans Canada (le MPO), du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador et de leurs partenaires.