Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la salamandre de Cœur d’Alène (Plethodon idahoensis) au Canada - Mise à jour

Information sur l’espèce

Nom et classification

La salamandre de Cœur d’Alène, Plethodon idahoensis, (figure 1) appartient à la famille des Pléthodontidés (salamandres sans poumons). D’abord décrite comme une espèce par Slater et Slipp (1940), elle a subséquemment été considérée comme étant une sous-espèce du Plethodon vandykei, à savoir le Plethodon vandykeiidahoensis, par Lowe (1950). Collins (1990) a recommandé que ce taxon soit reconnu comme une espèce distincte. Le caractère distinct du Plethodon idahoensis au niveau de l’espèce a depuis été corroboré par des analyses morphométriques (Wilson et Larsen, 1998) et des travaux génétiques (Howard et al., 1993; Carstens et al., 2004; idem, 2005).

Figure 1. Plethodon idahoensis adulte.

Figure 1. Plethodon idahoensis adulte.

Description morphologique

Le corps varie de brun foncé à noir, avec une moucheture légère sur les flancs et les pattes. Au Canada, la bande dorsale est principalement orange pâle ou jaune, parfois rouge. Cette bande ne s’étend pas jusqu’au bout de la queue, a des bords irréguliers et peut être scindée. Une tache gulaire jaune marque habituellement la face inférieure de la tête. Les juvéniles ont la même apparence que les adultes.

Le tronc compte généralement 14 sillons costaux. Les pattes sont généralement longues, et les membres comptent de 0,5 à 3 plis costaux lorsqu’ils sont apprimés (Wilson et Ohanjanian, 2002). Les doigts sont courts et légèrement palmés. L’espèce porte des glandes parotides aux angles postérieurs de la tête, et les mâles possèdent une glande hédonique. Les femelles sont plus grandes que les mâles (Nussbaum et al., 1983), la plus grande étant une femelle du nord de Creston, en Colombie-Britannique, d’une longueur museau-cloaque (LMC) de 69 mm (Ohanjanian et Beaucher, 2002). Les Plethodon idahoensis adultes capturés entre 2000 et 2003 dans 13 sites du sud-est de la Colombie-Britannique étaient d’une LMC moyenne de 54,0 mm ± 4,8 (écart-type) (n = 248, étendue de 45 à 69 mm). La longueur totale (LT) moyenne était de 109 mm ± 10,5 (n = 248, étendue de 79 à 132 mm) (Ohanjanian, données inédites). Les juvéniles capturés lors du même échantillonnage étaient d’une LMC moyenne de 34,3 mm + 7,4 (écart-type) (n = 143, étendue de 19 à 44 mm) et d’une LT moyenne de 67,0 mm ±16,4 (n = 143, étendue de 34 à 100 mm).

Description génétique

Le Plethodon idahoensis se distingue de manière importante du P. vandykei sur le plan génétique (Carstens et al., 2004; idem, 2005). La divergence découlant de la vicariance (c’est-à-dire la ou les barrières géographiques restreignant le flux génétique) et de l’isolement est de longue date.