Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation de la salamandre de Cœur d’Alène (Plethodon idahoensis) au Canada - Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

L’aire de répartition mondiale du Plethodon idahoensis (figure 2) est le produit d’événements postglaciaires et de la capacité de l’espèce à se disperser sous des conditions qui ont pour la plupart disparu du paysage forestier actuel. De récentes analyses génétiques ont révélé que l’espèce s’était dispersée vers le nord jusqu’au Canada depuis un refuge du pléistocène à une vitesse moyenne d’environ 50 m par année (Carstens et al., 2004) à mesure que les conditions devenaient favorables. Ce déplacement a été possible en raison de la capacité de la salamandre à exploiter les habitats humides éphémères offerts par les moraines créées lors du recul des glaces.

Figure 2. Aire de répartition mondiale du Plethodon idahoensis.

Figure 2. Aire de répartition mondiale du Plethodon idahoensis.

Aux États-Unis, le Plethodon idahoensis est présent dans le nord-ouest du Montana et le nord de l’Idaho (Wilson et al., 1997; Wilson et Ohanjanian, 2002; Maxell et al., 2003). Dans les sites américains, la présence de l’espèce a été documentée à 209 endroits : 164 dans le nord de l’Idaho et 45 au Montana (Cassirer et al., 1994; Maxell et al., 2003). Au Montana, les limites méridionales de l’aire de répartition de l’espèce se trouvent dans le bassin versant de la rivière Bitterroot (Maxell et al., 2003). En Idaho, le P. idahoensis se trouve dans le sud du bassin versant de la rivière Selway (Wilson et Ohanjanian, 2002). À ce jour, aucun individu n’a pas été recensé dans l’État de Washington.

Aire de répartition canadienne

Le Plethodon idahoensis a été recensé dans le sud-est de la Colombie-Britannique (figure 3), dans les chaînes Purcell et Selkirk (Charland, 1992; Ohanjanian, 1997; idem, 2001b; idem, 2002; Dulisse, 1999; Ohanjanian et Beaucher, 2002; Dykstra, 2004; Adama et Ohanjanian, 2005). En Colombie-Britannique, il a été découvert il y a environ 20 ans et, en 1998, il avait été signalé dans 15 sites (Dupuis et Ohanjanian, 1998). Les 56 sites d’occurrence actuellement connus se situent dans 7 secteurs généraux situés le long du fleuve Columbia, de la rivière Kootenay et de leurs affluents. La rive est du lac Kootenay compte le plus grand nombre de sites, lesquels s’étendent vers le nord le long de la rive est du réservoir Duncan. Les autres sites longent la rive est des lacs Upper Arrow et Lower Arrow, le bassin versant du bassin Moyie, le bassin versant de la rivière St. Mary, la rive est du fleuve Columbia au nord de Revelstoke, la route transcanadienne à l’est de Revelstoke et un affluent de la rivière Pend d’Oreille. La limite la plus septentrionale (et la plus occidentale) de l’aire de répartition de l’espèce consiste en un petit affluent du fleuve Columbia se trouvant à 95 km au nord de Revelstoke, mais l’espèce a récemment été recensée dans un site se trouvant du côté ouest des lacs Arrow (Dave Fraser, comm. pers.). L’occurrence la plus méridionale se trouve près de la frontière canado-étatsunienne. La distance entre ces deux points est d’environ 320 km. L’occurrence la plus orientale se trouve au sud de Kimberley sur un affluent de la rivière Kootenay.

Figure 3. Aire de répartition du Plethodon idahoensis en Colombie-Britannique. D’après Matsuda et al. (2006).

Figure 3. Aire de répartition du Plethodon idahoensis en Colombie-Britannique. D’après Matsuda et al. (2006).

La zone d’occurrence du Plethodon idahoensis en Colombie-Britannique, lorsqu’elle est calculée à l’aide de la méthode d’un polygone convexe minimal et qu’elle englobe tous les sites recensés, couvre environ 17 000 km². Cependant, comme l’espèce occupe des régions très discontinues, il serait plus pertinent du point de vue biologique d’estimer la zone d’occurrence en additionnant chacun des secteurs où l’espèce est présente et en excluant les grandes zones d’habitat inadéquat comme les lacs et les terres agricoles. Puisque l’espèce a été recensée entre 500 m et 1365 m d’altitude en Colombie-Britannique, les habitats alpins et de toundra en haute altitude de la région devraient aussi être exclus. Estimée de cette façon, la zone d’occurrence du P. idahoensis en Colombie-Britannique n’est que de 2 000 km². Il faudrait cependant noter que la vallée Flathead, les Rocheuses et les affluents du fleuve Columbia situés dans les montagnes Monashee pourraient abriter des salamandres, mais que ces régions n’ont toujours pas fait l’objet de relevés.

La zone d’occupation, lorsqu’elle est calculée à partir d’une grille de 2 km par 2 km, sans zones tampons et en y englobant les occurrences connues, couvre 100 km². Lorsqu’une zone tampon de 1 km² est ajoutée aux sites connus, une zone d’occupation minimale est de 336 km².