Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le crapaud du Grand Bassin au Canada - Mise à jour

Existing protection or other status designations

La Wildlife Act de la Colombie-Britannique interdit la collecte, la possession et le commerce de tous les vertébrés indigènes, y compris les amphibiens. Cette loi a une efficacité limitée pour la protection du S. intermontana, car elle est difficile à appliquer et ne couvre pas les dommages causés aux habitats. L’espèce figure dans la liste bleue provinciale des espèces en péril; les espèces inscrites sur cette liste sont desespèces indigènes ou des sous-espèces « préoccupantes » (of special concern) (anciennement « vulnérables ») en Colombie-Britannique (MOE, 2006). Le crapaud du Grand Bassin estinscrit sur la liste des espèces fauniques désignées (Identified Wildlife Species) en vertu de la Forest and Range Practices Act de la Colombie-Britannique, et des lignes directrices de gestion ont été élaborées (Sarell, 2004). Celles-ci comprennent des critères visant les aires d’habitat faunique en vue de protéger des habitats importants. En outre, ces lignes directrices visent à soutenir la mise en œuvre des objectifs de biodiversité en vertu de la Forest and Range Practices Act, et elles sont obligatoires dans les forêts et les parcours naturels publics. En mai 2006, aucune aire d’habitat faunique n’avait été désignée pour l’espèce. Les règles et les règlements portant sur les étangs temporaires dont se servent souvent les crapauds à couteaux sont minimes. Les étangs temporaires sont donc moins bien protégés que les étangs permanents.

En 2001, le COSEPAC a désigné le Spea intermontana comme espèce « menacée » à l’échelle nationale, et il figure à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril. L’espèce correspondait aux critères « en voie de disparition », conformément à B1ab(iii)c(iv)+2ab(iii)c(iv) et à C2a, mais elle avait été désignée « menacée », car on avait conclu à l’époque que son abondance avait peut-être été sous-estimée et noté que l’espèce se reproduisait dans des habitats artificiels. À la lumière des connaissances actuelles, ces réserves peuvent être invalidées. L’espèce se reproduit de façon saisonnière et la taille des populations fluctue sans doute. Elle peut se reproduire dans des habitats artificiels, mais ces habitats peuvent constituer des pièges écologiques où le recrutement est faible ou inexistant.

NatureServe (2005) classe le S. intermontana G5 à l’échelle mondiale, soit largement répartie, abondante et non en péril (demonstrably widespread, abundant and secure), N5 aux États-Unis (même définition) et N3 au Canada, soit menacée de disparition du pays ou de la planète (vulnerable to extirpation or extinction). Voici les cotes dans les États et les provinces : S2 (en péril--imperiled) en Arizona; S3 (menacée de disparition du pays ou de la planète--vulnerable to extirpation or extinction) au Colorado, au Wyoming et en Colombie-Britannique; S4 (apparemment non en péril--apparently secure) en Idaho et au Nevada; et S5 (largement répartie, abondante et non en péril--demonstrably widespread, abundant and secure) en Californie, en Oregon, en Utah et dans l’État de Washington.