Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le crapaud du Grand Bassin au Canada - Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

Le Spea intermontana est très répandu dans les terres herbeuses sèches de l’ouest de l’Amérique du Nord et est présent dans la région intramontagnarde entre les Rocheuses et la chaîne côtière (Hallock, 2005; Matsuda et al., 2006). Son aire de répartition s’étend du nord du fleuve Colorado jusqu’au sud de la Colombie-Britannique, vers l’ouest jusqu’à la Sierra Nevada et à la chaîne des Cascades, et vers l’est jusqu’à la ligne de partage des Rocheuses (fig. 2). En Arizona, il est présent à des altitudes pouvant aller jusqu’à 2 800 m (Stebbins, 1985).

Figure 2. Aire de répartition mondiale du Speaintermontana. Carte produite par Ophiuchus Consulting; imprimée avec la permission de Mike Sarell.

1

Aire de répartition canadienne 

Au Canada, le S. intermontana est présent dans les zones arides du centre-sud de la Colombie-Britannique (fig. 3). L’espèce se trouve dans la vallée de l’Okanagan et les vallées des rivières Similkameen, Kettle et Granby, Thompson et Nicola ainsi que dans la région de South Cariboo, où elle atteint la limite septentrionale de son aire de répartition (Sarell, 2004; Matsuda et al., 2006; données recueillies aux fins du présent rapport). Elle est principalement présente dans les zones biogéoclimatiques de la graminée cespiteuse, du pin ponderosa et du Douglas taxifolié de l’Intérieur (voir Meidinger et Pojar, 1991 pour les descriptions). En outre, il existe certains enregistrements dans la zone de l’épinette d’Engelmann et du sapin subalpin (têtards dans 3 petits lacs) et la zone de l’épinette des montagnes (Leupin et al., 1994; D. Low, comm. pers.). Moins de 5 p. 100 de l’aire de répartition mondiale de l’espèce se situe au Canada.

Figure 3. Aire de répartition canadienne du Spea intermontana dans le centre-sud de la Colombie-Britannique. Carte préparée par Jenny Wu et Alain Filion (Secrétariat du COSEPAC), selon les enregistrements compilés aux fins du présent rapport.

Figure 3.  Aire de répartition canadienne du Spea intermontana dans le centre-sud de la Colombie-Britannique.Carte préparée par Jenny Wu et Alain Filion (Secrétariat du COSEPAC), selon les enregistrements compilés aux fins du présent rapport.

L’aire de répartition canadienne de l’espèce est discontinue. Le centre de la partie septentrionale se situe dans la vallée de la rivière Thompson et elle s’étend vers l’est de 70 Mile House à Barriere, le long de la rivière Thompson Nord, et vers l’ouest vers Big Bar Creek le long du fleuve Fraser. Les enregistrements les plus au nord, dans la région de South Cariboo, ont été observés à environ 100 km au nord-ouest de ceux de de la vallée de la rivière Thompson. Dans la vallée de la rivière Nicola, des enregistrements ont été réalisés depuis Quilchena jusqu’à Douglas Lake; on ignore si cette population est isolée de celle de la vallée de la Thompson ou si elle fait partie de la population septentrionale. La portion méridionale comprend les vallées des rivières Okanagan, Similkameen, Kettle et Granby, et elle s’étend vers le nord au-delà de Vernon, à l’ouest jusqu’à Princeton, et à l’est jusqu’à la région de Grand Forks.

Au cours des 10 dernières années (de 1996 au printemps 2006), l’espèce était toujours observée dans toutes les portions de son aire de répartition en Colombie-Britannique. Cependant, aucun relevé systématique des sites historiques n’a été effectué, et il est impossible d’établir la disparition de l’espèce à l’échelle locale ni le rétrécissement de l’aire de répartition à partir des données connues.

L’espèce a été observée dans 12 nouveaux sites (1 en 2005 et 11 en 2006) dans l’extrême nord-ouest de son aire de répartition, soit dans la région de South Cariboo, où elle n’avait été signalée que deux fois, longtemps auparavant. Au cours de relevés menés en 2006 près des lacs Alberta et Meadow, à l’ouest de 70 Mile House, l’espèce était présente dans 11 des 17 sites inventoriés (Verkerk et al., 2006). Verkerk et al. (2006) ont signalé qu’il est possible que de nombreuses zones humides et de nombreux lacs semblables du district forestier 100 Mile abritent des crapauds à couteaux dans une zone d’environ 1 300 km2.

Quelques enregistrements ont été effectués dans la région de Cache Creek-Ashcroft. Des observations anecdotiques de résidants de la région donnent à penser que l’espèce y est toujours présente (M. Sarell, comm. pers.). Des groupes d’enregistrements, récents et historiques, ont été réalisés près de Kamloops. Toutefois, il n’y a aucun signalement récent dans la vallée de la rivière Thompson Nord, où il existe des données historiques provenant des régions de McLure et de Barrière. L’absence d’enregistrement récent reflète peut-être le manque d’activités de recherche. Dans la vallée de la rivière Nicola, il y a plusieurs nouveaux signalements, et l’espèce semble bien répartie dans les basses terres de la vallée.

La plupart des enregistrements, historiques et récents, ont été effectués dans le sud de l’aire de répartition de l’espèce, dans les vallées de l’Okanagan et de la Similkameen. La vallée de l’Okanagan, notamment, semble abriter la majeure partie de la population canadienne. Seules des données historiques ont été recueillies dans la région de Princeton, mais des observations anecdotiques semblent indiquer que l’espèce est fréquente à l’échelle locale dans les terres herbeuses près de Princeton, dans la vallée de la Similkameen (Jerry Herzig, comm. pers.). Il y a beaucoup d’enregistrements récents et historiques dans le sud de la Similkameen, à environ 40 km au sud de Princeton jusqu’à Keremeos et à la frontière canado-américaine. De nombreux enregistrements récents et historiques ont été réalisés dans le sud de la vallée de l’Okanagan, en particulier depuis Okanagan Falls vers le sud jusqu’à Osoyoos et la frontière américaine. Selon de récents relevés menés dans le nord de la vallée de l’Okanagan, l’espèce est relativement répandue dans la région de Vernon; de nombreux nouveaux enregistrements ont été effectués dans la région de Lumby et Blue Springs à l’ouest du lac Kalamalka et au nord du lac Okanagan. Au total, 3 signalements un peu moins récents (1994) ont été réalisés dans de petits lacs à l’ouest de la vallée de la rivière Salmon; ils sont isolés des autres enregistrements du nord de la vallée de l’Okanagan. Selon des relevés menés au cours des 10 dernières années, l’espèce est relativement répandue dans la partie sud du bassin versant des rivières Kettle et Granby. On l’a également observée dans de nombreuses nouvelles localités dans la région de Grand Forks, qui s’étend vers l’est jusqu’à l’extrémité méridionale du lac Christina. Dans la vallée de la rivière Kettle, aucun nouvel enregistrement n’a été effectué près de Zomora vers le sud et vers l’est jusqu’à la frontière canado-américaine en passant par Midway.

Selon des enregistrements qui ont été effectués de 1985 à 2006, l’espèce est présente dans 235 sites. Dans les cas où les localités sont situées à moins de 500 m de distance, elles sont considérées comme faisant partie du même site, et chaque enregistrement, qu’il s’agisse d’un rassemblement de reproducteurs ou d’un seul individu, est traité de la même façon. Les sites varient, allant d’une seule occurrence à plusieurs observations de localités séparées par moins de 500 m les unes des autres. La zone d’occurrence a une superficie d’environ 30 770 km². Si les 235 sites sont entourés, sur le plan conceptuel, d’une zone tampon de 1 km pour tenir compte de la dispersion des crapauds (Hammerson, 1995),la zone d’occupation est d’environ 619 km². Si l’on place une grille de 2 km sur 2 km sur la carte, la zone d’occupation est alors de 864 km², conformément à la méthodologie de l’UICN.

Leupin et al. (1994) ont cherché l’espèce dans le plateau de Cariboo au nord du lac Williams, sans succès dans la partie septentrionale de la zone. Anna Roberts (comm. pers.) n’a pas observé l’espèce dans les régions du lac Williams et du ruisseau Riske, malgré de nombreuses heures passées à mener des relevés nocturnes de chauves-souris et de strigidés. Même s’il existe un habitat propice dans la région de Kootenay Est, dans le sud-est de la Colombie-Britannique, cette zone est séparée des vallées de la Thompson et de l’Okanagan par un vaste couloir de forêt humide et de hautes montagnes.