Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation sur la Paruline de Kirtland au Canada - Mise à jour

Habitat

La Paruline de Kirtland est une espèce spécialiste qui ne se reproduit que dans de grands peuplements homogènes de jeunes pins gris. Cet habitat est une phase transitoire naturelle de la succession forestière consécutive à des feux de forêts et, sous une autre forme, aux coupes et au reboisement. De tels habitats étaient probablement plus répandus dans les années 1880 et 1890, au Michigan, en Ontario, au Wisconsin et au Minnesota, lorsque l’exploitation forestière y était à son plus haut niveau, et que les feux de forêts étaient fréquents et non contrôlés (Mayfield, 1960). Au cours du XXe siècle, la lutte contre les feux de forêts a réduit considérablement les habitats propices à l’espèce. La Paruline de Kirtland a besoin de grandes zones forestières d’au moins 32 hectares et, idéalement, de plus de 80 hectares (Anderson et Storer, 1976; Mayfield, 1993). Le déclin des habitats a entraîné celui des populations de Parulines de Kirtland (Mayfield, 1983; Probst, 1991). Declines in habitat have corresponded to population declines of Kirtland's Warbler (Mayfield 1983, Probst 1991).

Actuellement, l’aire de reproduction de la Paruline de Kirtlandse limite encore essentiellement à six comtés du nord de la basse péninsule du Michigan, où l’espèce niche dans des habitats créés grâce aux programmes de gestion des habitats du gouvernement fédéral et de l’État. L’habitat d’été disponible à cet endroit semble être plus que suffisant pour satisfaire aux besoins de la population entière de Parulines de Kirtland (Mayfield, 1983; Probst, 1991). Toutefois, si la population continue d’augmenter à son rythme actuel, elle aura bientôt besoin de nouvelles aires de reproduction.

En ce qui concerne les aires d’hivernage, la paruline semble préférer les zones de végétation basse et clairsemée des Bahamas (Mayfield, 1996). Le centre des îles a été peu modifié par l’activité humaine. Ces terres y étant infertiles et couvertes de broussailles, peu de gens y habitent, préférant se tourner vers la mer pour assurer leur subsistance (Mayfield, 1983, 1996). Les aires d’hivernage de la Paruline de Kirtland ne risquent donc pas d’être un facteur limitatif pour l’instant.

Il existe en Ontario de nombreux habitats constitués de pins gris que la Paruline de Kirtland pourrait exploiter. On les retrouve principalement dans le sud de l’Ontario, de la péninsule Bruce et du district de Parry Sound jusque dans la région de Petawawa. On n’a toutefois pas tenter de déterminer l’étendue de l’habitat optimal disponible ni l’endroit où il se trouve dans la province (Austen et al., 1993). Il est possible qu’une grande partie de ces territoires soient inaccessibles et que si la Paruline de Kirtland y était présente, elle pourrait ne pas être détectée, du moins durant un certain temps, sans prospection poussée.