Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation sur la Paruline de Kirtland au Canada - Mise à jour

Évaluation et statut proposé

La population mondiale de la Paruline de Kirtland demeure inférieure à 800 couples, et son aire de reproduction se limite essentiellement à seulement quelques comtés de la basse péninsule du Michigan. La survie de cette espèce dépend des mesures de gestion soutenue prises par les équipes de rétablissement et visant la création d’habitats propices à l’espèce, formés de jeunes peuplements de pins gris. Le but du plan de rétablissement américain est de créer un habitat suffisant pour une population d’au moins 1 000 couples de cette espèce spécialiste.

La survie des Parulines de Kirtland dépend aussi de la lutte contre les Vachers à tête brune dans leurs aires de nidification. Grâce à ces mesures et à la création de nouveaux habitats, la population de parulines a pu augmenter lentement (d’environ 200 à plus de 700 couples) au cours de la dernière décennie. Cela dit, une fois l’objectif de rétablissement atteint, il est impossible de savoir si la Paruline de Kirtland pourra continuer à prospérer sans gestion permanente.

On a des indications raisonnables que la Paruline de Kirtland se reproduisait autrefois au Canada. Elle continue de visiter régulièrement le pays et, occasionnellement, on peut entendre le chant territorial de mâles durant plusieurs semaines consécutives en été. Si la population du Michigan continue de s’accroître, il est possible qu’une population reproductrice réapparaisse ici, comme c’est le cas présentement dans la haute péninsule du Michigan.

Aucune protection particulière n’est accordée aux habitats propices à la Paruline de Kirtland en Ontario, et rien n’est fait pour en créer de nouveaux (Austen et al., 1993). Cependant, il ne semble pas indiqué pour le moment de se préoccuper de créer de nouveaux habitats. Il y a déjà de l’habitat pour les visiteurs occasionnels, et il faudra probablement quelques années avant que l’on connaisse la vitesse de croissance de la population et que l’on sache s’il est possible qu’une population reproductrice tente de s’établir au Canada. La vitesse de succession des habitats peut être lente sur des sites sablonneux ou rocheux, mais il semble y en avoir assez pour abriter les premières Parulines de Kirtland qui s’établiront au Canada. Si la paruline devait recommencer à se reproduire au Canada, il serait nécessaire de réévaluer la situation et de mettre en œuvre les recommandations du plan de rétablissement (Austen et al., 1993) en ce qui concerne la création de nouveaux habitats.

Néanmoins, puisque l’espèce est en voie de disparition et qu’elle est régulièrement présente au Canada, il est essentiel de continuer à fournir un maximum de protection à la Paruline de Kirtland lorsqu’elle se trouve sur le territoire canadien. Il serait particulièrement important de la protéger si un ou plusieurs couples tentaient de nicher ici. On recommande au COSEPAC de conserver la désignation « espèce en voie de disparition » pour la Paruline de Kirtland au Canada.