Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Salamandre pourpre (Gyrinophilus porphyriticus) au Canada

Répartition

La répartition de la salamandre pourpre est limitée aux massifs montagneux des Appalaches, dans l’Est de l’Amérique du Nord. On la trouve dans les États suivants : Mississippi, Alabama, Géorgie, Caroline du Sud, Caroline du Nord, Tennessee, Kentucky, Virginie occidentale, Virginie, Ohio, Maryland, Pennsylvanie, New Jersey, Rhode Island, New York, Connecticut, Massachusetts, Vermont, New Hampshire et Maine (figure 2).

Figure 2. Répartition du Gyrinophilus porphyriticus en Amérique du Nord (d’après Conant et Collins, 1991).

Figure 2. Répartition du Gyrinophilus porphyriticus en Amérique du Nord (d’après Conant et Collins, 1991).

Au Canada, la répartition actuelle de l’espèce se limite aux massifs montagneux du système des Appalaches au Sud du Québec (figure 3). En Ontario, il existe deux mentions anciennes qui n’ont été confirmées par aucun des relevés subséquents (Cook, 1970 et 1977; OHS, 1996). En 1934, une larve a été capturée à Britannia, près d’Ottawa. S’il s’agit effectivement de G. porphyriticus, cette mention résulte probablement d’une introduction (Bleakney, 1958; F. R. Cook, comm. pers.). Une autre mention de 1977 concerne trois larves capturées « en face de Buffalo, New York », en un endroit qui se situe peut-être dans la région de Niagara, comté de Welland. Si la mention est véridique, il est évident que la salamandre pourpre a disparu de cette région et par conséquent de l’Ontario (Oldham, 1996). Cependant ces deux mentions en provenance de l’Ontario ne concernent que des larves, et l’identification de l’espèce G. porphyriticus peut être douteuse. Par conséquent la présence de la salamandre pourpre en Ontario n’a jamais été prouvée.

Au Québec (figure 3), l’espèce Gyrinophilus porphyriticus est présente dans les Adirondacks à Covey Hill (comté de Huntingdon) et dans les Appalaches aux monts Pinnacle, Sutton, Foster, Orford, Éléphant et Stokes, dans plusieurs localités isolées situées en bordure des Appalaches dont les collines montérégiennes de Brome, de Shefford, et de Yamaska, au lac Massawipi, dans les monts Smith à Richmond et dans le comté d’Arthabasca (Weller, 1977; Gordon, 1979; Shaffer et Bachand, 1989; Bonin, 1991a; Bider et Matte, 1994). L’espèce n’a pas été trouvée plus à l’est, dans les monts Notre-Dame et dans la plus grande partie des montagnes Blanches, bien que d’autres recherches puissent être nécessaires à cet effet. Les basses terres du Saint-Laurent représentent la limite nord-ouest de l’aire de répartition de l’espèce au Canada (Bleakney, 1958; Bonin, 1991a). La banque de données de l’Atlas des amphibiens et des reptiles du Québec contient une liste mise à jour des mentions, mais certaines de ces observations devront peut-être être vérifiées parce qu’elles émanent de sources diverses dont des herpétologistes non professionnels.

Figure 3. Répartition du Gyrinophilus porphyriticus au Canada.

Figure 3. Répartition du Gyrinophilus porphyriticus au Canada.