Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’Engoulevent d'Amérique au Canada

logo du COSEPAC

COSEPAC
Résumé

Engoulevent d'Amérique
Chordeiles minor

Information sur l’espèce

L’Engoulevent d’Amérique est un oiseau de taille moyenne ayant une grosse tête aplatie, de grands yeux, un petit bec, une grande bouche, de longues ailes effilées et pointues ainsi qu’une longue queue légèrement encochée. Son plumage brun foncé est tacheté de noir, de blanc et de chamois. En vol, les primaires des adultes présentent une plaque blanche. Sept sous-espèces sont généralement reconnues en Amérique du Nord.

 

Répartition

L’aire de reproduction de l’Engoulevent d’Amérique couvre toute l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale et possiblement le sud‑est de la Colombie. L’espèce est présente dans toutes les provinces et tous les territoires du Canada, à l’exception du Nunavut. L’Engoulevent d’Amérique hiverne dans toute l’Amérique du Sud, principalement dans des régions dans l’est du Pérou et de l’Équateur ainsi que dans le sud du Brésil.

 

Habitat

L’habitat de reproduction de l’Engoulevent d’Amérique est varié; il comprend des habitats ouverts aux sols dépourvus de végétation, tels que les dunes, les plages, les forêts exploitées, les brûlis, les zones déboisées, les affleurements rocheux, les terrains rocheux dénudés, les prairies, les tourbières et les pâturages. Depuis la colonisation, l’Engoulevent d’Amérique a probablement tiré profit des habitats nouvellement ouverts à la suite de la déforestation massive dans l’est des États‑Unis ainsi que dans les milieux urbains, où il nichait sur les toits plats couverts de gravier. Toutefois, à partir du début du XXe siècle, l’étendue de l’habitat propice a commencé à diminuer en raison de la lutte contre les incendies de forêt, le reboisement, l’utilisation intensive des terres agricoles et le remplacement graduel des toits couverts de gravier par des toits couverts de goudron.

 

Biologie

L’Engoulevent d’Amérique pond généralement deux œufs, directement sur le sol, à partir de la troisième semaine de mai jusqu’à la mi‑août. Seule la femelle s’occupe de l’incubation, qui dure de 16 à 20 jours, selon la région. Les oisillons demeurent dans le nid de la mi‑juin à la fin août et ont atteints leur plein développement à l’âge de 45 à 52 jours. La durée de vie de l’Engoulevent d’Amérique est de quatre à cinq ans.

 

Taille et tendances des populations

Au Canada, la population actuelle d’Engoulevents d’Amérique est estimée à 400 000 adultes reproducteurs. Des données du Relevé des oiseaux nicheurs (BBS) indiquent un déclin important à long terme (c.-à-d. de 1968 à 2005) de 4,2 p. 100 par année au pays. Au cours de la période de 10 ans la plus récente (de 1995 à 2005), les données du BBS ont montré un déclin significatif de 6,6 p. 100 par année, ce qui correspond à une diminution de 49,5 p. 100 de la population. Des déclins ont également été observés le long de parcours du BBS dans la forêt boréale, ce qui laisse entendre que les déclins ne se limitent pas à la partie sud de l’aire de répartition.

 

Facteurs limitatifs et menaces

Les raisons du déclin des populations d’Engoulevents d’Amérique n’ont pas été déterminées. Les baisses d’insectes, qui constituent la proie de l’espèce, causées par l’utilisation à vaste échelle de pesticides semblent avoir contribué au déclin étant donné les déclins répandus observés chez d’autres espèces d’insectivores aériens. La perte et la modification de l’habitat, notamment le reboisement de terres agricoles abandonnées et de forêts exploitées, la lutte contre les incendies, l’agriculture intensive et la réduction graduelle du nombre d’immeubles au toit plat couvert de gravier ont peut-être également contribué aux déclins observés.

 

Importance de l’espèce

L’Engoulevent d’Amérique représente l’une des seules espèces d’oiseaux insectivore crépusculaire du Canada qui utilisent une grande variété d’habitats et qui sont très répandues.

 

Protection actuelle ou autres désignations

Au Canada, l’Engoulevent d’Amérique, ses nids et ses œufs sont protégés en vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs. À l’échelle mondiale, NatureServe (2005) considère l’espèce comme non en péril (secure, G5). À Terre-Neuve-et-Labrador et à l’Île-du-Prince-Édouard, NatureServe a classé l’espèce S1S2B.