Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la couleuvre agile bleue au Canada – Mise à jour

Taille et tendances des populations

 

Taille des populations

Au terme d'une période intensive d'échantillonnage de 3 ans (de 1993 à 1995), on a estimé l'effectif de la population de couleuvres agiles bleues de l'île Pelée à 205 adultes par marquage-recapture (Porchuk, 1996; tel que mentionné dans le rapport de situation de 1997). D’après les paramètres démographiques évalués au moyen des méthodes de la triple capture et de Peterson, il y aurait eu un déclin monotone de la population adulte sur la période de 3 ans. Entre la fin de la saison de terrain de 1995 et la saison de 2000, la surveillance de la population de couleuvres agiles bleues par marquage-recapture a été sporadique (on trouvera un résumé des recherches de couleuvres agiles bleues dans l’île Pelée au tableau 1). On ne possède donc aucune estimation récente de la population. Les travaux de terrain réalisés au printemps 2002 devraient toutefois permettre d’obtenir une estimation à jour. Entre environ le 13 avril et le 12 mai de 2000 et de 2001, on a effectué des relevés systématiques le long de transects standardisés ainsi que dans des secteurs définis (pour la méthode utilisée, voir Willson, 2000). Quatre régions historiquement connues pour abriter des couleuvres agiles bleues ont ainsi été prospectées rigoureusement (voir les secteurs de relevé à la figure 3). Depuis 1992, les équipes de recherche à l’œuvre dans l’île Pelée ont marqué quelque 320 couleuvres agiles bleues juvéniles et adultes (tableau 2).

Tableau 1. Études ou rapports importants sur la répartition, l’écologie et le comportement de la couleuvre agile bleue à l’île Pelée, de 1970 à 2001.Les dates indiquées pour les travaux de terrain, fondées sur les données présentées dans les documents cités, sont approximatives.
Année(s)Chercheur(s)

Nature de l’étude

(objectifs)

MéthodesDates des travaux sur le terrainObservations ou résultats notables
1976CampbellaÉvaluer la situation de la couleuvre agile dans l’île PeléeProspection intensive, inventaire sur les routes

2‑12 mai, 30 mai‑4 juin

9-13 juin, 16‑19 juil., 24‑27 sept.

4 couleuvres agiles capturées, 5 observées; en plus de cette étude, Campbell a réalisé par intermittence divers travaux de terrain dans l’île Pelée à partir de 1970; en mai 1971, on a trouvé une couleuvre agile femelle près d’une vieille citerne à Fish Point (dernière mention pour cet endroit)
1978Ecologistics LTDbDéterminer si les carrières proposées (3 et 4) le long du chemin Browns sont des habitats importants pour la couleuvre agileProspection intensive et installation d’abris (panneaux de bardeaux)

juin‑nov.

284,25 h-pers.

L’étude a confirmé que les couleuvres agiles étaient très difficiles à observer en été (on n’en a observé aucune).
1984OldhamcDocumenter la présence des couleuvres dans la région dela pointe  Mill.Prospection intensive6 voyages intermittents (21,5 jours) entre le 5 avril et le 24 sept.5 couleuvres agiles capturées, 1 trouvée morte sur la route dans la région de la pointe Mill; l’auteur a aussi cartographié 61 observations fiables de la couleuvre agile bleue entre 1969 et 1984 (intégrées à la figure 1); 46 mentions fournies par C. Campbell).
1985OldhamdDocumenter la présence des couleuvres agiles dans la région de la pointe MillProspection intensive

8‑14 mai

40 h-pers.

Aucune couleuvre agile observée à la pointe Mill; 3 individus ont toutefois été observés ailleurs.
1991Campbell et PerrineRecommander un statut national à partir de l’ensemble des données disponiblesRecherche documentaire et examen des donnéesS.O.Statut d’espèce en voie de disparition recommandé; le COSEPAC désigne officiellement la couleuvre agile bleue comme une espèce en voie de disparition au Canada.
1991KamstrafDresser un plan de rétablissement pour la couleuvre agile en OntarioRecherche documentaire et examen des donnéesS.O.Vu la difficulté de trouver des couleuvres agiles par prospection ordinaire, l’auteur recommande d’installer des abris en panneaux, de faire des relevés sur les routes et de procéder à des études radiotélémétriques.
1992Équipe de rétablisse-ment de la couleuvre agile bleueDéterminer la faisabilité d’une étude radiotélémétriqueProspection intensive, marquage-recapture2 mai, 21 sept., 4 oct.Le 2 mai, 16 individus sont capturés, ce qui établit la faisabilité des études radiotélémétriques.
1992KrausgDocumenter la mortalité routière, installer et surveiller des abrisRelevé sur les routes et installation d’abris2 mai‑15 juillet (intermittent)2 couleuvres agiles trouvées mortes sur la route.

1993

1994

1995

Équipe de Guelph dirigée par Porchuk et BrookshDocumenter la répartition, l’écologie et le comportementProspection intensive, marquage-recapture, radiotélémétrie, relevé sur les routes

20 avril‑16 oct.

31 mars‑22 oct.

14 avril‑27 sept.

Collecte de données spatiales, écologiques et comportementales détaillées ; repérage de microhabitats de nidification et d’hibernation essentiels.
1996PorchukDéterminer s’il est efficace de construire des pièges dans les hibernacula et poursuivre le marquage-recaptureMarquage-recapture, pièges dans les hibernacula19 avril‑30 maiLes couleuvres agiles font montre individuellement d’une nette fidélité à leur hibernaculum.

1997

1998

1999

Équipe de Guelph dirigée par Willson et BrooksiContinuer à surveiller la population de couleuvres agiles dans la savane du chemin BrownsMarquage-recapture, pièges dans les hibernacula, relevé sur les routes

1er avril-5 juin

1er avril‑13 sept.

1er avril‑1er juin

Données de recapture à long terme provenant d’individus marqués en 1992.
1999PorchukjDresser un plan officiel de rétablissement pour le RESCAPÉRecherche documentaire et examen des donnéesS.O.Mesures de rétablissement proactives nécessaires pour assurer la survie des couleuvres agiles dans l’île Pelée.

2000

2001

Équipe de relevé printanier dirigée par WillsonkEffectuer un relevé systématique afin de documenter la taille et les tendances de la populationProspection intensive le long de transects standardisés et dans des zones définies, marquage-recapture

13 avril‑14 mai

13 avril‑12 mai

Les méthodes de relevé systématique peuvent donner des taux de capture permettant l’estimation de la population.

aCampbell (1976)                   g Kraus (1992)                      COSEPAC – Comité sur la situation des espèces en péril au Canada

b Ecologistics Ltd. (1979)       hPorchuk (1996), Brooks et Porchuk (1997)

c,d Oldham (1984, 1985)         iBrooks et al.(2000)

eCampbell et Perrin (1991)    jPorchuk (1999)                    RESCAPÉ – Rétablissement des espèces canadiennes en péril

fKamstra (1991)                 k Willson (2000)

 

Tableau 2. Couleuvres agiles bleues capturées, trouvées mortes sur les routes (MR)
ou hors des routes (HR) dans l’île Pelée par l’équipe de rétablissement de la couleuvre agile bleue (1992) et l’équipe de recherche de Guelph (de 1993 à 2001).
AnnéeCaptures vivantes MR HRa Total NouvellesRecaptures Marquéesb Date de la première capture
Adultes et jeunesNouveau-nésd’années antérieures  de la même année
1992c23

 

3

 

-

 

-

 

26

 

25

 

-

 

1

 

22

 

2 mai

1993741510-99785165320 avril
1994807201108869135431 mars
199571911495583254014 avril
1996383--41162231319 avril
1997551-1573819-3706 avril
19983532-40241422204 avril
19994336153262431702 avril
2000

33

(31)

-

1

(0)

1

(1)

35

(32)

28

(23)

7

(7)

-

25

(24)

13 avril
2001

61

(60)

1

(0)

--

62

(60)

37

(37)

24

(23)

1

37

(37)

08 avril

 

Totals

 

513

 

45

 

50

 

8

 

616

 

416

 

156

 

44

 

320

 

 

aLes causes de mort présumées sont la prédation par les oiseaux de proie et les canidés, les tondeuses à gazon et les chasseurs.

bCertaines années, on n’a pu marquer toutes les nouvelles captures vivantes en raison des restrictions de taille dues à la méthode de marquage (p. ex. les nouveau-nés n’ont pas été marqués).

cIl est apparu qu’un individu trouvé mort sur une route (MR) au printemps 1993 était mort en fait en 1992; on l’a donc inclus ici. 

 

Survie des populations

Les relevés effectués en 2000 (Willson, 2000) et en 2001 ont confirmé la présence de la couleuvre agile bleue dans les trois sites d'étude établis par Porchuk (1996). Malheureusement, à cause d'une controverse récente à propos de l'utilisation des terres, les propriétaires fonciers privés collaborent beaucoup moins volontiers, ce qui a limité la prospection et l'échantillonnage aux hibernacula « traditionnels ». On n'a donc pas pu confirmer l’utilisation de plusieurs de ces repaires. On espère que la conception de l'actuel relevé systématique triennal de la population (dont la deuxième année est maintenant terminée) permettra aux chercheurs de continuer d'échantillonner dans les mêmes secteurs (les secteurs de relevé actuels se trouvent sur des terres protégées et la collaboration des propriétaires semble assurée, du moins pour le moment).

Depuis que Porchuk (1996) a établi que la couleuvre agile bleue était confinée aux deux tiers de l’Est de l'île, les données ont toujours corroboré cette observation. Deux couleuvres agiles bleues ont été localisées plus à l’ouest (une capturée et l'autre observée) par des sources fiables au cours de l'étude de 1993 à 1995, mais comme on était au milieu de l'été, il pourrait s'agir d'individus qui s'étaient très éloignés de leur hibernaculum (Porchuk [1996] a fait état de domaines vitaux extrêmement vastes pour les couleuvres de l'île Pelée). Le nombre de couleuvres agiles bleues tuées par des véhicules automobiles sur les routes dans la moitié orientale de l'île entre 1998 et 1999 a été de loin inférieur à celui relevé lors de la période d'échantillonnage antérieure (de 1993 à 1995) (Willson et al., en préparation). Cette diminution pourrait s’interpréter comme un déclin de la population de couleuvres agiles bleues, ou simplement indiquer qu'un plus grand nombre de conducteurs s’efforcent d'éviter les couleuvres sur la route. Or, comme pour les mêmes périodes d'échantillonnage, le nombre de couleuvres fauves de l'Est trouvées mortes sur les routes est demeuré constant (Willson et al., en préparation), on peut en déduire que ce ne sont sans doute pas les chauffeurs qui ont modifié leur comportement, mais bien le nombre de couleuvres agiles bleues présentes sur les routes qui a diminué.