Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la couleuvre agile bleue au Canada – Mise à jour

Facteurs limitatifs et menaces

 

La disparition de bons sites de nidification et d'hibernation, la mortalité routière et l'abattage par les humains demeurent les principales menaces à peser sur les couleuvres agiles bleues de l'île Pelée. Malgré la précarité de la situation de l'espèce au Canada, le repérage d’habitats essentiels (grâce à d'intenses travaux sur le terrain) et la protection de l'habitat garantie par la Loi sur les espèces en voie de disparition de l'Ontario, certains particuliers et organisations n’en proposent pas moins des projets d’exploitation que l’on ne peut considérer que comme nuisibles à la survie de l'espèce dans l’île. La perte d’habitats de nidification attribuable à la construction de chalets le long de la rive orientale est sans doute l'une des plus lourdes menaces à peser sur l'espèce; il ne restera en effet que fort peu d'habitats convenables une fois que tous les terrains privés auront été aménagés (et nombre d'entre eux ont déjà été bornés en vue de leur futur aménagement). Par ailleurs, comme on prévoit que la circulation automobile continuera à augmenter dans l’île parallèlement à l’exploitation de l'industrie touristique, l’effet de la mortalité routière ne pourra lui aussi qu'augmenter. Enfin, certains événements récents (1998‑2001) ont suscité une forte animosité entre les chercheurs qui s'intéressent aux serpents rares de l'île et certaines personnes qui, pour stimuler l'économie de l'île, favorisent une utilisation des terres plus intense et plus destructive.