Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Limace-prophyse bleu-gris au Canada

Importance de l'espèce

Le P. cœruleum semble se nourrir en grande partie de champignons mycorhiziens, y compris des espèces formant des associations symbiotiques obligatoires avec des arbres (voir la section « Alimentation et prédation »). Il joue peut‑être un rôle dans la dispersion de ces champignons, dont les organes reproducteurs sont souvent cachés dans l’humus ou à l’intérieur du bois en décomposition et qui dépendent des animaux pour découvrir et transporter leurs spores. Cependant, le P. cœruleum étant rare en Colombie-Britannique, son rôle à cet égard est probablement limité et localisé.

Outre le fait qu’il contribue à la santé des forêt par son rôle d’agent de dispersion des spores de champigons mycorhiziens, le P. cœruleum n’a aucune importance économique. Étant donné que l’espèce a une affinité avec les forêts humides plutôt qu’avec les milieux perturbés et dégagés, que sa répartition semble morcelée et que la densité de ses populations semble faible, il est peu probable qu’elle nuise à l’horticulture.

On croyait généralement que les escargots et les limaces terrestres représentaient une importance culturelle chez les peuples autochtones de l’île de Vancouver (N. Turner, comm. pers.). Nous n’avons toutefois trouvé aucune information sur une quelconque valeur culturelle du P. cœruleum.

Avec sa coloration bleutée, souvent brillante, le P. cœruleum est une jolie limace qui pourrait être utilisée comme vedette de la conservation des invertébrés en Colombie-Britannique, avec d’autres espèces intéressantes comme les limaces dromadaires. Son rôle putatif comme agent de dispersion de spores dans les associations complexes entre racines d’arbres, champignons et animaux soulève d’importantes questions d’intérêt scientifique et général.