Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le fondule barré (population de Terre-Neuve) au Canada – Mise à jour

Résumé du rapport de situation

Les populations de fondules barrés (Fundulus diaphanus) de l’île de Terre-Neuve ont été désignées comme vulnérables (espèce préoccupante) par le Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada en 1989 (Houston, 1990). Le présent rapport mis à jour recommande que l’espèce soit évaluée d’après les conclusions qui suivent.

Les populations de fondules barrés de Terre-Neuve sont très limitées. Bien qu’il y ait sept niches connues, la zone d’occurrence de ces populations mesure moins de 200 km2. En outre, ces populations, sauf celle du bassin Indian Bay, se trouvent à très grande proximité les unes des autres dans la portion sud-ouest de Terre-Neuve, ce qui augmente le potentiel de perturbation par des facteurs naturels, par l’expansion urbaine et par le développement industriel chez 4 des 7 populations.

Les facteurs limitatifs les plus probables pour le fondule barré sur l’île de Terre-Neuve sont les fortes pentes des cours d’eau et les autres obstacles à la migration. Cette caractéristique géographique confine l’espèce aux régions côtières, seuls endroits où on a découvert des individus jusqu’à maintenant, et empêche sa dispersion dans les eaux du centre de l’île. Par conséquent, bien que les habitats propices soient abondants dans ces régions, la plupart d’entre eux sont inaccessibles aux fondules barrés en raison de la difficulté des voies de migration.

Les besoins du fondule barré en matière d’habitat reconnus dans toute l’Amérique du Nord (dense végétation aquatique submergée, substrats vaseux ou sableux et eaux chaudes pour la fraye) ne sont pas des facteurs limitatifs pour les populations de l’île de Terre-Neuve. Toutefois, même dans les bassins hydrographiques côtiers où plusieurs lacs sont reliés entre eux par des cours d’eau facilement praticables et où se trouvent les habitats propices décrits ci-dessus, les poissons restent confinés dans une population géographique « isolée » et ne semblent pas se disperser dans tout le réseau. L’obtention d’autres données sur les paramètres stricts entourant la sélection et l’utilisation de l’habitat et la dispersion au sein des bassins de l’île est nécessaire et devrait constituer une priorité des études à venir sur le fondule barré de Terre-Neuve.