Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le fondule barré (population de Terre-Neuve) au Canada – Mise à jour

Mise à jour
Rapport de situation du COSEPAC
sur le
fondule barré
Fundulus diaphanus
population de Terre-Neuve
au Canada
2003

Information sur l'espèce

Nom et classification

Classe :

Actinoptérygiens

Ordre :

Cyprinodontiformes

Famille :

Fundulidés

Genre :

Fundulus

Nom scientifique :

Fundulus diaphanus (Lesueur 1817)

Nom commun :

fondule barré (français); banded killifish (anglais)

 


Description

Le fondule barré (Fundulus diaphanus) (Lesueur, 1817) fait partie de la famille des Fundulidés, qui comprend 5 genres et environ 48 espèces (Nelson, 1994). Les fondules adultes sont généralement petits; ils mesurent entre 5 cm et 10 cm de longueur. Le plus gros fondule de la famille des Fundulidés observé, un Fundulus grandissimus, mesurait 18 cm (Berra, 1981). Un grand nombre de fondules sont minces et ont la forme d’un brochet, ce qui en fait des nageurs rapides (Riehl et Baensch, 1991). Certaines espèces ont la tête aplatie et une bouche terminale adaptée à une alimentation en surface (Leim et Scott, 1966; Scott et Crossman, 1974; Houston, 1990). Trois espèces de la famille des Fundulidés, Fundulus diaphanus, F. heteroclituset F. notatus, vivent dans les eaux canadiennes (Houston, 1990). De ces trois espèces, seules Fundulus diaphanus etF. heteroclitus habitent les eaux de Terre-Neuve (Scott et Crossman, 1964, 1974; Houston, 1990).

Chez le fondule barré (Fundulus diaphanus), les flancs sont de couleur olive et présentent de nombreuses barres verticales, et la région dorsale est d’une couleur foncée contrastante. Le nombre de barres situées en avant de la nageoire dorsale permet de déterminer le sexe des poissons vivants, les mâles en possédant un plus grand nombre (> 9) que les femelles. Chez ces dernières, les barres sont habituellement noires, minces et marquées. De plus, elles ne semblent pas couvrir toute la largeur du corps. Chez les mâles, par contre, les barres sont gris pâle, moins distinctes que chez les femelles et plus rapprochées. La figure 1 est une illustration du fondule barré.


Figure 1 : Illustration du fondule barré

Illustration du fondule barré.

Tirée de Scott et Crossman (1973), avec l’autorisation des auteurs.

Le fondule barré se distingue du choquemort (F. heteroclitus) par son pédoncule caudal relativement mince, ses branchicténies plus grosses au nombre de 5 ou de 6 (il y en a de 9 à 11 chez le choquemort) et ses rayons branchiostèges qui sont la plupart du temps au nombre de 6,6 (5,5 chez le choquemort) (Scott et Crossman, 1974). Le choquemort fréquente généralement des eaux saumâtres, alors que le fondule barré, bien qu’il soit euryhalin, vit surtout en eau douce (Houston, 1990).

Le fondule barré (Lesueur, 1817) se divise en deux sous-espèces : le fondule barré de l’Est, Fundulus diaphanus diaphanus (Lesueur), et le fondule barré de l’Ouest, F. d. menona (Jordan et Copeland). Le fondule barré de l’Est diffère du fondule barré de l’Ouest de plusieurs façons : emplacement plus antérieur de la nageoire dorsale; plus grand nombre de barres antérieures chez les mâles (de 9 à 15 chez le diaphanus; de 5 à 10 chez lemenona); barres plus intenses sur les flancs, demeurant intactes sur la partie antérieure du dos; plus grand nombre de rangées d’écailles (de 45 à 49 chez le diaphanus; de 40 à 44 chez le menona); combinaison de rayons des nageoires dorsale et anale totalisant de 24 à 26 (23 ou 24 chez le menona); taille nettement plus grande (longueur maximale de 110 mm chez le diaphanus; longueur maximale de 74 mm chez le menona) (Trautman, 1957; Hubbs et Lagler, 1974). La forme de l’Est vit dans le bassin de l’Atlantique, jusqu’au haut Saint-Laurent et à l’est du lac Ontario, où on observe des formes intermédiaires avec la forme de l’Ouest (Scott et Crossman, 1974).