Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le fondule barré (population de Terre-Neuve) au Canada – Mise à jour

Habitat

Besoins en matière d’habitat

Pratiquement tous les comptes rendus indiquent qu’on trouve le fondule barré surtout dans les zones peu profondes et tranquilles des lacs et étangs limpides aux substrats vaseux ou sableux, présentant de fortes teneurs en contenu détritique et une abondante végétation aquatique submergée (voir par exemple Trautman, 1957; Scott et Crossman, 1964, 1974; Houston, 1990).

Les examens qualitatifs des lacs où vivent des populations de fondules barrés à Terre-Neuve confirment ces descriptions de l’habitat de l’espèce. Une dense végétation aquatique submergée, en particulier, et une diversité de substrats (allant du sable fin et de la boue au gravier et aux galets) étaient de bons indicateurs des zones où on a le plus souvent observé ou capturé des fondules barrés (Chippett, en prép.). La relation entre le fondule barré et la végétation aquatique submergée est liée au mode de ponte de ce poisson, qui a besoin de plantes aquatiques où se fixent les œufs. Parmi les macrophytes couramment observés dans les zones où vit le fondule barré dans le bassin Indian Bay, on note l’Utricularia purpurea, le Potamogeton epihydrus, le Myriophyllum tenellum, le Lobelia dortmanna, les Eriocaulon et les Isoetes (densités allant de 4 à 16 par quadrant de 0,25 m2). Les espèces dominantes sont le Lobelia dortmanna, les Isoetes et les Eriocaulon (Chippett, en prép.).


Tendances

On trouve le type de substrat et la végétation aquatique nécessaires au fondule barré dans la plupart des régions de Terre-Neuve (Chippett, en prép.). L’habitat est seulement limité dans la mesure où il est peu probable qu’il soit utilisé plus loin à l’intérieur des terres en raison des fortes pentes des cours d’eau et d’autres obstacles à la migration. En outre, le fondule barré est souvent absent de certaines zones qui sont reliées par des cours d’eau praticables à des zones abritant des populations connues. Cela est particulièrement évident dans le bassin Indian Bay, où des fondules barrés ont été capturés dans seulement 3 des 17 lacs, qui offrent pourtant tous un habitat propice (Chippett, en prép.) et qui, pour la plupart, ne semblent pas isolés par des obstacles à la migration.


Protection et propriété

Selon Houston (1990), le fondule barré ne fait l’objet d’aucune protection spéciale au Canada, et une protection générale s’exerce en vertu des dispositions touchant l’habitat de la Loi sur les pêches du gouvernement fédéral. En août 2002, toutefois, le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador a adopté une loi sur les espèces en péril, la Endangered Species Act, qui protège le Fundulus diaphanus et 19 autres espèces. Certaines populations jouissent de circonstances spéciales, par exemple : la population de Grand Bay West (First Pond), qui pourrait être couverte par une réserve écologique; la population de Winterland, qui entre dans le Plan conjoint des habitats de l’Est; la population du Loch Leven, où la pêche récréative a été fermée, ce qui a réduit le trafic autour du lac. La présence de fondules barrés n’avait cependant rien à voir avec ces initiatives; ce poisson n’y a généralement été découvert qu’après l’entrée en vigueur des mesures visant à protéger une zone (Chippett, en prép.).

Dans certaines régions des États-Unis, le fondule barré a disparu des bassins où on le trouvait autrefois. Le Fundulus diaphanus est considéré en danger par les États de la Pennsylvanie et du Dakota du Sud. En Illinois, il commence à faire l’objet d’un déclin (Houston, 1990). Dans le Dakota du Sud et en Ohio, on lui a accordé le statut de « protégé ». En Ohio, une grande initiative de reproduction en captivité et de réintroduction a connu un certain succès : des fondules barrés ont recolonisé certaines portions de leur aire de répartition initiale. Aux États-Unis, la plupart des préoccupations sont liées à la dégradation et à la perte de l’habitat causées par l’assèchement des milieux humides (Houston, 1990).