Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le ptéléa trifolié (Ptelea trifoliata) au Canada – Mise à jour

Habitat

Besoins de l’espèce

Au Canada, le Ptelea trifoliata pousse presque exclusivement sur le littoral du lac Érié ou à proximité, souvent dans des milieux subissant des perturbations naturelles, où il fait partie de la lisière extérieure de la végétation ligneuse littorale. À la pointe Pelée et à la pointe Fish, il est commun sur les flèches de sable du littoral ouest exposé au vent, mais rare du côté sous le vent et à l'intérieur des terres. Il pousse le plus souvent dans des sables pauvres en éléments nutritifs, mais s'établit parfois dans d'autres types de substrats secs, comme des sols minces recouvrant des calcaires. Il tolère peu les milieux très ombragés et perd de la vigueur sous le couvert d'arbres plus grands. Il pousse dans des régions où la saison de végétation est longue et où le climat est tempéré par la proximité du lac Érié. Les semis s'établissent facilement dans les milieux sableux ouverts ou à couverture végétale clairsemée.

Tendances

Depuis les relevés de 1982, un déclin a été observé dans des populations importantes se trouvant sur des terrains protégés, notamment à la pointe Fish et à la pointe Pelée, mais nous ne savons pas si ces changements traduisent une tendance à la baisse ou une fluctuation normale de la taille des populations. À l'île Middle, la population se porte bien et est probablement en croissance en raison des ouvertures créées dans le couvert par une grande population de cormorans nicheurs. Plusieurs petites populations se trouvant dans des lieux protégés ont subi une baisse d’effectif (flèche littorale du marais Hillman, plage Holiday, etc.), tandis que d'autres ont un effectif stable ou en croissance (parcs provinciaux Rondeau et Port Burwell, zone de conservation Cedar Beach, etc.). Les populations établies sur des terrains privés ou municipaux situés en bordure de plages ou de routes ont beaucoup souffert de la construction de chalets ou de mesures intensives d'élimination de la végétation indigène ou d'entretien des plages. Dans certains cas, ces activités ont entraîné la disparition de populations locales (plage Linden, Seacliff, plage Érié, etc.) ou des diminutions importantes d'effectif (Thamesville, zone allant de la plage Crescent à la pointe Windmill, etc.).

Protection et propriété des terrains

Les grandes populations du parc national de la Pointe-Pelée (y compris l'île Middle) et de la réserve naturelle provinciale de la pointe Fish se trouvent sur des terrains appartenant respectivement aux gouvernements fédéral et provincial. Des populations plus petites se trouvent sur des terres publiques relevant du gouvernement fédéral, de la province, d'offices de protection de la nature et de municipalités, mais ces terrains ne sont pas nécessairement gérés pour la conservation des espèces rares (aménagement d’accotements et fossés, entretien de plages, etc.). L'alvar du chemin Stone est une réserve naturelle appartenant conjointement à la Federation of Ontario Naturalists, à la Société canadienne pour la conservation de la nature et à l'Office de protection de la nature de la région d'Essex.