Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Grive de Bicknell (Catharus bicknelli)

Protection

 

Même si le Service canadien de la faune considère la Grive de Bicknell comme une des espèces prioritaires en ce qui a trait à la surveillance, à la recherche et à la conservation (Dunn, 1997) et bien que le programme sur les espèces d’oiseaux menacées dans le monde de Birdlife recommande de lui attribuer le statut d’espèce vulnérable selon les critères de la Liste rouge de l’Union mondiale pour la nature (UICN) (BirdLife International, 1998), l’oiseau n’est pas protégé en tant qu’espèce au Canada. Il est protégé en vertu de la Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs du gouvernement fédéral adoptée en 1916, qui interdit la chasse, la possession et/ou la vente d’oiseaux migrateurs.

Aux États-Unis, l’espèce a été classée au premier rang des priorités en matière de conservation des migrateurs néotropicaux dans le nord-est depuis les trois dernières années (Rosenberg et Wells, 1995). Or, ce classement n’offre aucune protection légale; cependant, toute preuve d’un déclin des populations placerait l’espèce en tête de la liste des espèces d’oiseaux migrateurs néotropicaux qui ont besoin d’une intervention immédiate en ce qui a trait à leur conservation. À l’échelle du pays, la Grive de Bicknell figure sur la liste des espèces de catégorie 2 en vertu de la Federal Endangered Species Act. Ce statut ne confère aucune protection légale, mais indique qu’un classement officiel parmi les espèces en voie de disparition pourrait être justifié en attendant les résultats d’autres recherches. Selon Atwood et al. (1994), ce classement pourrait aussi sensibiliser les agences d’État et les organismes fédéraux à l’existence de la Grive de Bicknell et, souhaitons-le, stimuler d’autres études à son sujet.

L’espèce n’est aucunement protégée dans les sites d’hivernage, où le déboisement et la conversion des terres continuent à détruire les habitats.