Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Stratégie de rétablissement de l’omble de fontaine aurora au Canada

2. Rétablissement

1. Buts, objectifs et approches du rétablissement du rétablissment:

a)  Buts du rétablissement:

Bien que les données historiques sur la population et la biomasse de ces lacs ne soient pas disponibles, l’équipe de rétablissement a pu établir des buts pour le rétablissement de l’omble de fontaine aurora. Ces buts sont fondés sur la  connaissance des populations d’omble de fontaine vivant dans des eaux oligotrophes similaires, sur la population et la biomasse actuelles des lacs indigènes et sur la réalisation que la réacidification représente la principale menace de ces populations.

Voici le principal but à long terme de cette stratégie de rétablissement :

Maintenir des populations autosuffisantes et viables d’omble de fontaine aurora  dans les deux lacs indigènes (Whirligig et Whitepine) avec une cible minimale de biomasse de 13 kg/ha pour le lac Whirligig et de 12 kg/ha pour le lac Whitepine, une densité de poissons adultes de 29 poissons par hectare pour le lac Whirligig et de 20 poissons par hectare pour le lac Whitepine, et une structure des classes où il n’y a pas de classes d’âge manquantes. Ces cibles doivent être atteints sans autre intervention humaine (par ex. le chaulage).

Les valeurs ci-dessus représentent la limite inférieure de l’intervalle de confiance de 95 % des estimations de la biomasse et de la population adulte provenant d’une enquête sur le terrain (pour reconnaître l’incertitude statistique des estimations de population). Cette enquête a été effectuée plus de 10 ans après que l’omble de fontaine aurora a été réintroduit dans les lacs indigènes et on prend pour acquis que les populations sont maintenant stables. 

L’équipe de rétablissement soutient que les cibles identifiées ci-dessus peuvent être atteintes sans que d’autre chaulage complet de lac soit nécessaire pour au moins 10 ans. Si tel est le cas,CSEMDC pourrait éventuellement songer à inscrire l’omble de fontaine aurora à une catégorie moindre de risque ou à le retirer de la liste.

En plus du but principal, trois buts secondaires de rétablissement ont été déterminés :

  1. établir une population autosuffisante viable d’omble de fontaine aurora dans un ou deux lacs non indigènes bien tamponnés qui serviront de refuge à un cheptel de géniteurs à l'état sauvage pour les populations indigènes des lacs Whitepine et Whirligig,
  2. élucider le statut taxinomique de l’omble de fontaine aurora, c’est-à-dire déterminer si l’omble de fontaine aurora est distinct de l’omble de fontaine au niveau de la génétique moléculaire,
  3. maintenir le programme de reproduction en captivité.

L’équipe de rétablissement croit qu’il est nécessaire d’établir une population  d’omble de fontaine aurora autosuffisante viable dans une masse d’eau libre de toute menace connue. La masse d’eau choisie servira de refuge aux cheptels de géniteurs à l’état sauvage dans l’éventualité d’une nouvelle disparition des eaux indigènes ou d’un événement imprévu qui pourrait compromettre le programme de reproduction en captivité. Si on ne trouve pas de différences génétiques significatives entre l’omble de fontaine aurora et l’omble de fontaine, il se pourrait que le CSEMDC songe à retirer l’omble de fontaine aurora de la liste ou de l’inscrire comme une race spécifique ou une population plutôt qu’une sous-espèce. Même si on ne trouve pas de différences génétiques, l’omble de fontaine aurora continuerait d’être géré par le MRNO en tant qu’élément unique de la biodiversité de l’Ontario étant donné ses variations phénotypiques.

b)  Objectifs de rétablissement à court terme:

Les objectifs de rétablissement à court terme suivants permettent centrer les initiatives de rétablissement des trois à cinq prochaines années (2005-2010).  Ces objectifs seront atteints par la création d’un certain nombre de groupes de mise en vigueur du rétablissement (GMVR). L’ÉROFA continuera d’agir comme le GMVR surveillant, mais établira un certain nombre de GMVR axés sur des tâches précises afin d’appuyer la mise en vigueur des différents aspects de cette stratégie de rétablissement.

1) Les GMVR s’assureront de la poursuite à long terme de la cueillette de données et de la surveillance de la qualité de l’eau, du niveau trophique des  chaînes alimentaires et de l’état des populations d’omble de fontaine aurora  rétablies dans les lacs Whirligig et Whitepine. Le protocole s’élargira pour inclure la cueillette de données et la surveillance des futures eaux où une population autosuffisante non indigène sera établie.

2) Un GMVR génétique effectuera un examen des données génétiques moléculaires en utilisant les techniques les plus avancées et les marqueurs moléculaires les plus récents (tels que le ITS nucléaire des introns de régions et de gènes). La raison d’être de ces études consiste à déterminer si l’omble de fontaine aurora est génétiquement distinct de l’omble de fontaine, à entreprendre des enquêtes sur une éventuelle dépression génétique de consanguinité, et à présenter une recommandation de plan d’action pour réduire les impacts si la consanguinité est jugée comme étant une menace.

3) Voici les tâches du GMVR à vocation scientifique :

  1. S’assurer que les données et les analyses pour les évaluations sur le terrain des lacs indigènes sont complétées et que les résultats sont documentés en temps opportun afin d’offrir des conseils sur les plans d’action futurs. Synthétiser les données et les analyses antérieures dans un rapport pour que les renseignements pertinents soient disponibles.
  2. Compléter la modélisation de la charge critique de dépôts de sulfate dans les lacs indigènes qui maintiendrait le pH au-dessus de 5,0.
  3. Effectuer des évaluations de l’habitat de frai du lac Whitepine. Présentement, on ne connaît que les emplacements généraux dans le lac Whitepine. Des calculs du flux de l’eau souterraine du lac Whirligig sont également requis.
  4. Élaborer une gamme de critères fondée sur les besoins de l’habitat essentiel de l’omble de fontaine aurora afin d’appuyer les gestionnaires à identifier les eaux appropriées pour l’établissement d’une ou de deux populations d’omble de fontaine aurora non indigènes. Si établiées, ces populations agiraient comme refuge pour les cheptels de géniteurs à l’état sauvage afin de minimiser les risques entourant la viabilité de l’omble de fontaine aurora dans l’éventualité d’une perte catastrophique au sein du programme de reproduction en captivité ou de sa nouvelle disparition des lacs indigènes.
  5. Aider à l’établissement d’une telle population de géniteurs à l’état sauvage.
  6. Élaborer une stratégie de reproduction qui met en pratique la connaissance recueillie dans le cadre de l’objectif à court terme no 2  (ci-dessus). 

4)    Une stratégie de rétablissement approuvée permettra de poursuivre les occasions limitées de pêche sportive, de même que les échantillonnages létales pouvant être requises pour des raisons reliées à la science ou à la santé des poissons (pour obtenir plus de détail, consultez la section 12 – Activités permises dans le cadre de la stratégie de rétablissement). 

5)    Voici les tâches du GMVR axé sur les communication

  1. Élaborer et mettre en vigueur un plan de communications pour obtenir la coopération d’intervenants et partenaires éventuels, dont les organismes gouvernementaux, l’industrie, les groupes environnementaux et le public. 
  2. Réviser, livrer et contrôler une campagne de sensibilisation pour mesurer le succès du maintien des occasions de pêche sportive spécialement réglementées de l’omble de fontaine aurora. Il s’agit d’un moyen d’accroître la sensibilité du public et de générer de l’appui pour les espèces en péril en général.
  3. Mettre à jour les brochures, les vidéos, les expositions et les sites Web et en créer de nouveaux, au besoin, pour faciliter la diffusion des messages de rétablissement.
  4. Réviser et mettre à jour la politique et la législation provinciales sur l’omble de fontaine aurora qui offrent une protection à toutes les populations d’omble de fontaine aurora et aux bassins versants qu’ils habitent.

c)  Approches au rétablissement:

Les approches générales qu’on a déterminées pour le rétablissement comprennent la législation et la politique, la recherche, la gestion de l’habitat et la gestion de la population. Le détail des mesures proposées se rapportant à chaque approche se trouve au tableau 2.

2. Habitat essentiel:

a) Désignation de l’habitat essentiel de l’espèce:

Cette stratégie de rétablissement identifie les deux lacs indigènes, le lac Whirligig et le lac Whitepine, comme habitat essentiel pour le rétablissement de l’omble de fontaine aurora. Une approche globale a été fait, plutôt qu’une approche en fonction de l’habitat, étant donné que l’habitat essentiel de l’espèce dépend du fait que les lacs soient traités comme un système holistique. Cette approche est prudente à cause de la petite taille des lacs indigènes et elle est raisonnable étant donné qu’ils sont situés dans une aire protégée – le parc provincial Lady Evelyn-Smoothwater (un parc sauvage).

b) Exemples d’activités qui entraîneront vraisemblablement la destruction de l’habitat essentiel:

Les deux lacs indigènes sont situés dans les limites d’un parc sauvage, de sorte qu’ils sont protégés des activités d’utilisation du sol (p. ex. exploitation des ressources comme la foresterie ou l’exploitation minière, construction de routes, aménagement urbain, etc.) qui poseraient autrement une préoccupation en raison des impacts négatifs éventuels sur l’habitat essentiel.  Toutefois, ils continuent de demeurer vulnérables à l’acidification en raison des rejets industriels, ce qui doit être surveillé de près.

Les deux lacs bénéficient d’une certaine protection par l’application des Lignes directrices sur la gestion des matières ligueuses pour la protection de l’habitat du poisson.  De plus, la Loi sur les pêchesprévoit une protection générale de l’habitat du poisson. Tous les lacs sont protégés contre la détérioration, la description ou la perturbation de l’habitat en vertu de cette loi.

c) Calendrier des études:

Selon l’équipe de rétablissement, il existe de l’information suffisante pour justifier la proposition d’identifier les masses d’eaux globales comme habitat essentiel pour les lacs indigènes (section 6 (a)). Toutefois, des études sont nécessaires pour documenter pleinement les frayères dans le lac Whitepine et pour identifier les débits des eaux souterraines dans les deux lacs indigènes. Une considération supplémentaire associée à la définition de l’habitat essentiel des lacs non indigènes doit être accordée, particulièrement pour les lacs qui seraient maintenus par la reproduction naturelle. Une surveillance de la reproduction naturelle dans tout nouveau lac introduit sera nécessaire. Si une reproduction naturelle est constatée dans un des lacs non indigène, des éléments de l’habitat essentiel comme les frayères pourraient être ajoutés comme modification à cette stratégie à mesure que ces lieux sont identifiés. Si on détermine que la désignation de l’habitat essentiel est avantageuse dans les lacs empoissonnés, les habitats de ces lacs pourraient également être ajoutés par une modification à cette stratégie.

Le lac Alexander et les autres lacs qui doivent être utilisés pour l’établissement de populations non indigènes autosuffisantes (p. ex. le lac Southeast Campcot et le lac Northeast Campcot) ne seront pas identifiés comme l’habitat essentiel de l’espèce à ce moment-là. À mesure que les études supplémentaires seront complétées pour déterminer l’habitat essentiel spécifique de l’omble de fontaine aurora, les éléments de l’habitat des lacs non indigènes pourront être identifiés comme habitat essentiel par une modification à cette stratégie.

3. Effets sur d’autres espèces:

Avant la disparition, mais durant les stades ultérieurs du déclin, Sale (1964) a constaté que l’omble de fontaine aurora du lac Whitepine coexistait avec l’omble de fontaine et le meunier noir (Catostomus commersoni) et seulement avec le meunier noir dans le lac Whirligig . Aucune autre espèce n’était apparente. Il a signalé que la faune invertébrée était caractéristique des lacs de la région avec la présence des Chironomidae, Trichoptera, Odonata, Notonectidae et Gyrinidae; toutefois, le zooplancton (Copepod et Cladocera) était présent seulement en petite quantité et le Gammarus manquait. L’écrevisse (Orconectes sp.) était également présente. 

Actuellement, les populations d’omble de fontaine aurora réintroduites autosuffisantes sont la seule espèce de poisson dans les deux lacs indigènes. Des évaluations des communautés d’invertébrés ont été entreprises après chaque traitement à la chaux du lac Whirligig pour déterminer les impacts des traitements sur le biote. La richesse et l’abondance des espèces ont augmenté après chaque chaulage, mais dans l’ensemble, la composition des espèces reflète des environnements de faible productivité (E. Snucins, communication personnelle).  Le nombre de taxons de phytoplancton a presque doublé au milieu des années 1990, alors que les espèces de zooplancton n’ont que légèrement augmenté comparativement à leur abondance avant le chaulage. Les espèces sensibles aux acides sont rares ou absentes, mais les espèces tolérantes aux acides, particulièrement les plus grands cladocères, qui sont la proie préférée d’espèces planctivores comme l’omble de fontaine aurora, sont présentes en grand nombre. Les odonatas ont diminué. Par contre, éphéméroptères ont augmenté en raison d’une augmentation de l’abondance d’une espèce existante (Leptophlebia sp.) et de la colonisation fructueuse d’une espèce sensible aux acides (Stenacron interpunctatum) (Carbone et al.1998). 

Dans les cas où l’introduction de l’omble de fontaine aurora est considérée dans des eaux non indigènes, on prévoit qu’il y aura un certain impact.  Il est recommandé dans chaque cas qu’une évaluation des facteurs abiotiques et de la communauté biotique avant et après soit entreprise afin de déterminer s’il y a des effets négatifs et leur étendue. Avant toute future introduction, une évaluation environnementale par catégorie pour les projets d’intendance des ressources et d’aménagement d’installations devra être entreprise pour tout lac situé sur les terres de la Couronne, ou l’évaluation environnementale par catégorie pour les parcs provinciaux et les réserves de conservation devrait être entreprise pour tout lac situé dans un parc provincial ou une réserve de conservation. De plus, le processus d’examen préalable de l’évaluation des risques souligné dans le Code national sur les introductions et les transferts d’organismes aquatiques devrait être complété. Les évaluations environnementales par catégorie ont été complétées pour toutes les introductions récentes d’omble de fontaine aurora. Au moment de rédiger ce rapport, une évaluation environnementale par catégorie et un examen préalable de l’évaluation des risques sont en cours pour un nouveau lac contenant l’omble de fontaine aurora (lac Timmins no57).  Aucune autre introduction n’a eu lieu depuis la publication du Code national en septembre 2003.

4. Échelle de rétablissement recommandée:

L’omble de fontaine aurora convient idéalement à l’effort de planification du rétablissement d’une espèce puisque son aire indigène est très limitée et qu’elle se retrouve naturellement dans de simples communautés de poissons. Il n’y a aucune autre espèce « en péril » ou rare occupant les mêmes lacs ou les mêmes bassins versants pour permettre la considération d’un processus de planification du rétablissement de multiples espèces. Puisque le parc provincial Lady Evelyn-Smoothwater est en voie d’élaborer un plan de gestion, il y aura des possibilités de compléter les mesures de rétablissement (associées aux deux lacs indigènes) avec les activités et les politiques du parc.

5. Énoncé sur le moment où un plan d’action ou plus relatif à la stratégie de rétablissement sera complété:

Un plan d’action, sous la forme du plan provincial de gestion de l’omble de fontaine aurora, guide les mesures de rétablissement depuis 1983.  Ce plan, produit par le Comité de gestion de l’omble de fontaine aurora, a été révisé deux fois – une fois en 1993 pour la période d’exploitation de 1994 à 2004, et une deuxième fois en 2000 pour la période de 2000 à 2010.  Le plan de gestion actuel doit être examiné et mis à jour pour s’assurer qu’il satisfait aux exigences d’un plan d’action de rétablissement en vertu de la Loi sur les espèces en péril moins d’un an après l’approbation de cette stratégie de rétablissement. Le plan d’action de rétablissement fournira des détails supplémentaires sur les tâches de rétablissement à compléter, les protocoles d’échantillonnage et de gestion à suivre et le moment et la fréquence de tâches comme la surveillance et l’évaluation.

Depuis le tout début du plan de gestion de l’omble de fontaine aurora en 1983, le Comité de gestion de l’omble de fontaine aurora (appelé ÉROFA dans cette stratégie) a fonctionné comme un GMVR superviseur. La structure et le rôle actuels de l’ÉROFA se poursuivraient pour le processus décisionnel et pour guider les mesures de gestion concernant les initiatives de rétablissement. Étant donné l’orientation du rétablissement indiquée dans cette stratégie, il est probable que l’ÉROFA continuera d’agir comme GMVR superviseur, mais qu’il établira des GMVR axés sur les tâches pour aborder chacune des approches globales dont il est question dans la section 6 (b).

6. Évaluation:

Le succès de cette stratégie de rétablissement sera évalué par l’établissement de programmes de surveillances pour chaque lac et par les résultats de la recherche appliquée. L’évaluation sera entreprise par le GMVR approprié, mais doit viser à réaliser ce qui suit :

¨     Le maintien à long terme des populations autosuffisantes d’omble de fontaine aurora atteignant les objectifs de biomasse énoncée, de présence par classe d’âge et de densité à l’âge de frai de l’énoncé des objectifs;

¨     Aucune autre intervention humaine requise pour manipuler la qualité de l’eau dans les lacs indigènes. Plus particulièrement, l’intervention sous la forme d’autres chaulages pour assurer un pH d’au moins 5,0 ne devrait pas être nécessaire;

¨     L’établissement fructueux d’une (ou plus) population autosuffisante d’omble de fontaine aurora non indigène;

¨     La clarification du statut taxinomique de l’omble de fontaine aurora;

¨     Le succès des réductions de sulfate et des autres rejets industriels;

¨     L’établissement d’une stratégie de reproduction en captivité, y compris les solutions éventuelles pour réduire la menace de dépression de consanguinité  et optimiser la valeur adaptive du système de reproduction de l’omble de fontaine aurora; et

¨     Rapports sur l’établissement de nouveaux partenaires et partenariats de rétablissement, la sensibilisation du grand public à l’omble de fontaine aurora, le nombre de contacts médiatiques, les pêcheurs à la ligne utilisant les possibilités récréatives limitées, etc.

7. Activités permises dans le cadre de la stratégie de rétablissement

Tel qu’indiqué au paragraphe 83(4) de la Loi sur les espèces en péril, une personne peut participer dans une activité autrement interdite si l’activité est permise par une stratégie de rétablissement et la personne est autorisé par une acte de Parlement.

a)  La continuité des possibilités limitées de pêche à la ligne sportive

Cette stratégie de rétablissement permettra des titulaires d’un permis de pêche sportive délivré en vertu du règlement de la Loi sur la protection du poisson et de la faunedeparticiper à la pêche sportive à trophée d’omble de fontaine aurora selon le règlement du Règlement de pêche de l’Ontario, 1989, concernantla pêcherécréative d’omble de fontaine aurora.

Depuis un certain nombre d’années, le MRNO maintient un maximum de neuf lacs ensemencés d’omble de fontaine aurora pour accroître la sensibilisation et obtenir le soutien du public et des intéressés au programme de rétablissement de l’omble de fontaine aurora  (et des espèces en péril en général). Ces lacs offrent une pêche sportive à trophée limitée qui est fermement réglementée et saisonnière, en rotation. Au maximum, seulement trois lacs seraient ouverts une année donnée, et chacun n’serait ouvert que tous les trois ans pour la période du 1er août au 15 octobre, avec une limite de prise et de possession d’un poisson.  Le taux permis d’exploitation de l’omble de fontaine aurora dans les lacs non indigènes ne devrait pas dépasser la limite de prise et de possession d’un poisson par jour. Ces lacs sont maintenus par l’empoisonnement, les alevins d’un an ou le poisson adulte (selon la disponibilité) de la pisciculture du lac Hills.

Les possibilités de pêche à la ligne sont actuellement réglementées par le Règlement de pêche de l’Ontario, 1989 (en vertu de la Loisur les pêches fédérale) et sont autorisées par un permis de pêche sportive délivré en vertu du règlement de la Loi sur la protection du poisson et de la faune. La pêche sportive utilise les poissons d’écloserie excédentaires non nécessaires pour l’empoissonnement ou l’établissement d’un lac refuge non indigène autosuffisant (note – les lacs indigènes sont soutenus par la reproduction naturelle et ne sont pas empoissonnés actuellement). La pèche à la ligne dans les lacs ne compromet pas le rétablissement de l’omble de fontaine aurora à l’état sauvage parce que la pêche est basée uniquement sur le poisson des écloseries et qu’il n’y a aucune reproduction naturelle dans ces lacs. Les deux lacs indigènes contenant l’omble de fontaine aurora sont fermés en permanence à la pêche à la ligne en vertu du Règlement de pêche de l’Ontario depuis 1950.

b)  Échantillonnage sur le terrain

Cette stratégie de rétablissement permettra des personnes autorisées en vertu d’un permis de collecter le poisson à des fins scientifiques délivré en vertu du Règlement de pêche de l’Ontario, 1989, et le personnel du MRNO pour entreprendre des initiatives de gestion de la pêche dans le cadre de son travail à s’engager à l’échantillonnage sur le terrain d’omble de fontaine aurora pour les besoins décrits ci-après etconformément aux méthodes authorisées.

Un programme d’échantillonnage est nécessaire pour surveiller la situation et la santé des populations d’omble de fontaine aurora dans les deux lacs indigènes et dans les lacs non indigènes. Il est recommandé que les populations indigènes soient échantillonnées au moins tous les cinq ans, et plus fréquemment si les populations semblent menacées par la réacidification ou quelque autre stress. L’échantillonnage des lacs Whitepine et Whirligig fournira de l’information essentielle pour gérer et assurer la viabilité de ces populations. Les paramètres surveillés sont l’estimation des populations, l’estimation de la biomasse, le taux de croissance, la structure d’âge, les ratios sexuels, etc. L’échantillonnage sur le terrain permet également d’obtenir des échantillons génétiques pour l’analyse. Dans les lacs non indigènes, il peut s’avérer nécessaire de compléter périodiquement des protocoles d’échantillonnage pour s’assurer que les populations sont sans danger de disparition et déterminer si la reproduction naturelle existe. Par exemple, il sera important de surveiller de près la population introduite du lac Southeast Campcott. Cette population est déjà disparue pour des raisons inconnues. Une surveillance accrue peut permettre d’éviter la disparition cette fois et pourrait aider à expliquer la cause de la disparition du passé.

Dans le passé, l’échantillonnage a été effectué par les partenaires du MRNO dans le cadre d’un permis de prendre le poisson à des fins scientifiques délivré en vertu duRèglement de pêche de l’Ontario, 1989. Le personnel du MRNO n’a pas besoin de ce permis pour entreprendre des initiatives de gestion de la pêche dans le cadre de son travail. En général, l’échantillonnage sur le terrain a utilisé des méthodes non mortelles de capture du poisson permettant de le remettre à l’eau sans blessure. Périodiquement, il peut être nécessaire d’utiliser des méthodes d’échantillonnage mortelles (p. ex. pour la vérification de la santé et des maladies du poisson).

c)  Études génétiques

Cette stratégie de rétablissement permettra des personnes autorisées en vertu d’un permis de collecter le poisson à des fins scientifiques délivré en vertu du Règlement de pêche de l’Ontario, 1989, et le personnel du MRNO pour entreprendre des initiatives de gestion de la pêche dans le cadre de son travail   à s’engager à l’échantillonnage pour des études génétiques de l’omble de fontaine aurora pour les besoins décrits ci-après etconformément aux méthodes authorisées.

Tel que mentionné dans cette stratégie, il y a plusieurs questions génétiques importantes auxquelles il faut répondre pour assurer le rétablissement fructueux de l’omble de fontaine aurora.  Premièrement, il est nécessaire de déterminer l’état taxonomique de l’omble de fontaine aurora. Les résultats de ces études sont également importants pour déterminer quelles options de gestion sont disponibles pour optimiser la diversité génétique de l’omble de fontaine aurora.  Des analyses sont nécessaires pour déterminer les poissons les plus divers génétiquement afin d’établir une stratégie de reproduction et de déterminer si la diversité génétique change avec le temps dans les populations indigènes et d’écloserie. En général, les échantillons génétiques sont prélevés à l’aide de moyens non mortels en vertu d’un permis de collecter le poisson à des fins scientifiques délivré en vertu du Règlement de pêche de l’Ontario, 1989. Tel que susmentionné, le personnel du MRNO n’a pas besoin de ce permis.

Si l’omble de fontaine aurora n’est pas distincte de l’omble de fontaine, des options de gestion comme le rétrocroisement de l’omble de fontaine aurora avec l’omble de fontaine peuvent être considérées pour augmenter la diversité de l’omble de fontaine aurora.  Des études sont en cours pour connaître la survie et la condition des rétrocroisements par rapport à l’omble de fontaine aurora de souche pure. À ce jour, ces études ont été maintenues entièrement dans l’environnement de l’écloserie, bien que dans l’avenir, il pourrait être souhaitable de déterminer comment ces souches se comportent sur plusieurs générations dans un environnement lacustre. Une autre option consisterait à infuser des gènes d’omble de fontaine dans l’omble de fontaine aurora pour augmenter la diversité. L’omble de fontaine aurora avec des gènes d’omble de fontaine doit être maintenue uniquement en écloserie jusqu’à ce que la taxonomie de l’omble de fontaine aurora soit clarifiée. Quel que soit l’état taxonomique de l’omble de fontaine aurora, les rétrocroisements on l’omble de fontaine aurora infusée de gènes d’omble de fontaine ne seraient pas empoissonnés dans les lacs indigènes.