Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Stratégie de rétablissement de l’omble de fontaine aurora au Canada

Annexe A: Résumé des consultations

Le MRNO dirige la gestion et le rétablissement de l’omble de fontaine aurora depuis près de 50 ans.  Avec le temps, il y a eu un certain nombre de possibilités de consultation où le public, les autres intervenants et les Premières nations ont pu participer à la gestion de l’omble de fontaine aurora. 

Les premières consultations ont eu lieu au milieu des années 1980 par les plans de gestions des pêches de district du MRNO et avec les groupes d’intérêts provinciaux et elles ont aidé à constituer la base du premier plan de gestion de l’omble de fontaine aurora en 1983. La consultation et la diffusion de l’information sur les efforts de rétablissement des habitats stressés par l’acide, y compris les lacs indigènes contenant l’omble de fontaine aurora, se sont poursuivies du milieu à la fin des années 1990 dans le cadre d’une initiative d’utilisation des terres beaucoup plus vaste intitulée Plan d’utilisation des terres Temagami (MRNO 1996) qui a été réalisée par le district du MRNO de North Bay (secteur de Temagami). Des exposés ont été présentés à plusieurs groupes à l’époque, dont le grand public et le Conseil de planification globale (comprenant des représentants d’organisations d’intéressés provinciaux, régionaux et locaux), concernant les efforts de rétablissement de l’omble de fontaine aurora.

Au cours des 20 dernières années, lorsque l’omble de fontaine aurora a été introduit dans de nouvelles eaux, des évaluations environnementales par catégorie ont été entreprises. Au moment d’une introduction, le bureau de district du MRNO devait fermer le lac sélectionné à la pêche à la ligne, sauf pour la courte saison de pêche de l’omble de fontaine aurora prévue tous les trois ans. Grâce à la consultation et aux commentaires du public, il n’y a jamais eu de préoccupations sérieuses exprimées au sujet de l’empoissonnement des lacs et de leur fermeture à la pêche à la ligne. C’est probablement parce que tous les lacs contenant l’omble de fontaine sont des petits lacs qui ne soutiennent aucune autre espèce de poisson pour la pêche sportive.

Le personnel du MRNO a présenté de l’information sur l’omble de fontaine aurora lors de nombreuses réunions de clubs locaux de pêche et de chasse au fil des ans. De plus, les bureaux locaux du MRNO ont reçu de nombreux appels du public (et de membres des Premières nations) concernant l’omble de fontaine aurora. Les membres du personnes de district siégeant au ÉROFA ont qualifié ces conversations antérieures comme étant presque de nature exclusivement positive ou neutre. Souvent, les gens ne font que demande de l’information aux bureaux de district sur l’omble de fontaine aurora.  Les demandes les plus fréquentes concernent les lacs empoissonnés où la pêche est permise. Les pêcheurs à la ligne demandent quels lacs sont ouverts une année donnée et s’informent des dates de la saison.

De plus, une brochure sur la biologie, l’histoire et les efforts de rétablissement du passé a été préparée en 1995 et rendue disponible au public par divers bureaux du MRNO et de parcs de l’Ontario. Cette brochure est maintenant périmée et devrait être mise à jour (tel qu’indiqué au tableau 2) en collaboration entre l’ÉROFA et les parcs de l’Ontario.

Les efforts de consultation se sont poursuivis ces dernières années à mesure que cette stratégie de rétablissement se déployait. À l’été de 2004, l’auteur de la stratégie a été interviewé deux fois par des stations affiliées à la CBC à Thunder Bay et Sudbury, Ontario.  Les deux entrevues portaient principalement sur les efforts de rétablissement en cours (bien qu’on y ait discuté brièvement de la fermeture des lacs de pêche à la ligne en 2004) et ont été positives. Par la suite, le personnel de district du MRNO a communiqué avec les clubs locaux de pêche et de chasse pour les informer que la pêche à l’omble de fontaine aurora serait fermée pendant la préparation du plan de rétablissement. Bien que certaines personnes aient réagi négativement à la fermeture, plusieurs voulaient simplement savoir quand les lacs seraient rouverts à la pêche à la ligne. À mesure que la date d’ouverture du 1er août 2004 approchait, le MRNO a préparé un communiqué central qui a été distribué aux médias locaux du voisinage des lacs qui étaient fermés et une signalisation a été installée aux lacs.

Des exposés sur l’omble de fontaine aurora et le plan de rétablissement ont été présentés à divers auditoires. Par exemple, la gestion et le rétablissement de l’omble de fontaine aurora ont été présentés à la réunion des clients de la station piscicole du lac Hills en avril 2005.  De l’information semblable a été présentée à une réunion de Nature Ontario à North Bay en juin 2005 et des aspects de la recherche sur l’omble de fontaine aurora ont été présentés à la communauté scientifique dans le passé. Tel que susmentionné, des exposés sur le rétablissement de l’omble de fontaine des lacs indigènes ont été présentés dans le cadre du processus de planification de l’utilisation du sol de Temagami.

Une autre consultation publique est prévue par l’affichage du registre de la  Loi sur les espèces en péril ainsi que par la sollicitation directe de commentaires d’organisations provinciales et régionales sélectionnées (p. ex OFAH, Northern Ontario Tourist Outfitters, Ontario Nature, Fonds mondial pour la nature (Canada)).  Ces commentaires seront considérés par l’équipe de rétablissement et les révisions de la stratégie de rétablissement seront effectuées en conséquence. Une autre consultation est prévue dans le cadre du processus de planification de la gestion du parc provincial Lady Evelyn Smoothwater qui est en cours.

Les communautés des Premières nations ont également été consultées sur la gestion et le rétablissement de l’omble de fontaine aurora.  Les communautés ont été invitées à consulter par les divers exercices de planification de l’utilisation du sol dans le passé (p. ex. le plan d’utilisation du sol de Temagami du début au milieu des années 1990, les diverses évaluations environnementales entreprises pour l’introduction de l’omble de fontaine aurora, etc.). Bien qu’il soit évident que les membres des communautés sont au courant des initiatives de gestion et de rétablissement qui ont eu lieu au fil des ans, les communautés ont manifesté très peu d’intérêt concernant leur participation au processus de rétablissement. Divers bureaux de district du MRNO ont reçu des questions et des commentaires de membres des communautés autochtones mais n’ont pas reçu de demandes ou de commentaires officiels de l’ensemble de la communauté. En général, les commentaires et les questions proviennent de personnes qui recherchent seulement de l’information sur l’omble de fontaine aurora.  Encore là, le personnel de district a qualifié les demandes comme étant positives ou neutres.

Les deux lacs indigènes contenant l’omble de fontaine aurora peuvent se trouver dans une revendication territoriale négociée actuellement avec la Première nation Temagami. Les négociations concernant cette revendication territoriale sont en cours depuis un certain temps. Dans les discussions à ce jour, aucun intérêt n’a été exprimé quant à la gestion de l’omble de fontaine aurora ou aux deux lacs indigènes. Les membres du personnel ont indiqué qu’ils ne croient pas que c’est particulièrement étonnant vu la petite taille et l’emplacement éloigné des deux lacs indigènes. Au meilleur de la connaissance du MRNO, l’omble de fontaine aurora n’a aucune valeur spirituelle ou de subsistance spéciale pour les communautés des Premières nations.

D’autres possibilités d’échange d’information, de commentaires et de consultation auront lieu à mesure que les négociations de la revendication territoriale se poursuivent. D’après l’état actuel des négociations, il semble peu probable que les lacs indigènes contenant l’omble de fontaine aurora seront inclus dans le règlement de la revendication territoriale.

Des contacts par téléphone ont été effectués àux Premières nations qui ont été situées dans une proximitégeographique de l’habitat naturel et d’endroits des lacs empoissonnés de l’omble de fontaine aurora. Cescommunautés furent inclus Ginoogaming, Long Lake, Pic River, Abitibi – Wahgoshig, Timiskaming, Matachewan, Mattagami, Wahnapitae, et Temagami. Des réunions ont eu lieu avec quatre communautés.  L’impression générale est qu’il y a peu d’intérêtpour l’espèce, probablement car ce poisson est presque indifférenciable de l’omble de fontaine local. De plus, tous les membres des communautés des Premières nations auront d’autres possibilités à remarquer grâce au registre de la Loi sur les espèces en péril et à l’élaboration du plan de gestion du parc provincial Lady Evelyn-Smoothwater.

Dans l’ensemble, les commentaires reçus du public et des Premières nations à ce jour peuvent être qualifié de positifs ou neutres. En général, les questions que le MRNO reçoit ont trait à l’ouverture de la saison de pêche à la ligne et aux lacs qui seront ouverts. Les membres du public et les communautés des Premières nations semblent convenir que le rétablissement de l’omble de fontaine aurora est une bonne nouvelle.

Des versions antérieures de cette stratégie de rétablissement ont été examinées par le MPO, le MRNO  (y compris Parcs Ontario et la section de recherche et développement aquatiques), le ministère de l’Environnement et le secrétariat de RESCAPÉ.  De plus, la stratégie a été examinée par un examinateur anonyme qui l’a commentée. Les commentaires des divers organismes et examinateurs ont été intégrés à cette version de la stratégie.