Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Bruant de Henslow

Rétablissement

 

2.1   Caractère réalisable du rétablissement

Le rétablissement de l’espèce est considéré comme réalisable sur les plans technique et biologique, si les facteurs limitatifs et les menaces sont traités de façon adéquate (par exemple, par la remise en état de l’habitat).

L’immigration depuis les États‑Unis est nécessaire au maintien de l’espèce au Canada. Le rétablissement dépendra donc des tendances des populations et des activités de rétablissement dans les États américains concernés. Actuellement, des Bruants de Henslow mâles sont signalés chaque année en Ontario. La difficulté de détection des femelles Bruants de Henslow non appariées empêche d’estimer leur disponibilité en Ontario. Il existe des populations sources en Indiana, en Illinois, dans l’État de New York, en Ohio, en Pennsylvanie et au Michigan. L’accroissement de la densité des populations en Illinois, en Ohio et en Pennsylvanie permettra peut-être au Bruant de Henslow de s’étendre aux États adjacents, ce qui ferait augmenter les populations de l’État de New York et du Michigan.

Il est peu probable que l’habitat propice soit suffisant, disponible et protégé en Ontario. Cependant, le potentiel de remise en état et de maintien de l’habitat propice est élevé. Le Bruant de Henslow a montré qu’il était capable de s’étendre à de nouvelles zones lorsque l’habitat propice était disponible. Par exemple, les populations de la Pennsylvanie ont augmenté dans les années 1980 en raison de la disponibilité accrue de l’habitat propice sur le terrain des anciennes mines à ciel ouvert (Reid, 1992; Mattice et al., 2005).

La protection de l’habitat essentiel en Ontario et l’utilisation de mécanismes de gestion appropriés pourraient alléger les menaces qui pèsent sur l’habitat. Ce sont sur les terres publiques que la protection à long terme et la gestion de l’habitat remis en état ont des chances de réussir. Toutefois, la collaboration avec les propriétaires fonciers afin d’encourager la gestion compatible des terres adjacentes permettrait d’accroître la gamme des valeurs de l’habitat offertes par le paysage, ce qui serait bénéfique pour un plus grand nombre d’espèces. Les techniques de remise en état de l’habitat utilisées aux États‑Unis constituent un modèle de réussite. L’établissement d’au moins trois ou quatre populations distinctes en Ontario atténuerait les effets des perturbations catastrophiques.

2.2    But du rétablissement

Le but à long terme du rétablissement du Bruant de Henslow est d'amener la population à un nombre minimum annuel stable de 50 couples nicheurs, dispersés dans au moins trois lieux de nidification géographiquement distincts au cours des 20 prochaines années.

On ne prévoit pas que cette population puisse se maintenir de façon autonome sans l’immigration d’individus de populations américaines, mais ce but est réalisable. Au début des années 1980, la population canadienne était à ce niveau, et ce sont des mesures inadéquates de gestion qui ont rendu impropre l’habitat principal de l’espèce (R. Knapton, comm. pers.).

Le but à court terme est de créer, au cours des cinq prochaines années, de vastes zones de prairies propices et protégées à trois endroits en Ontario.

La mise en place d’au moins trois habitats séparés en Ontario maximisera les possibilités que les Bruants de Henslow qui immigrent y trouvent un habitat propice. L’établissement de populations à plusieurs endroits atténuera les effets des perturbations par les catastrophes. Les zones d’habitat isolées devraient mesurer plus de 30 ha, idéalement de 50 à 100 ha. Il est possible qu’un certain nombre de petites sections d’habitat (minimum 30 ha) situées à moins de 2 km l’une de l’autre fonctionnent comme une seule grande parcelle d’habitat, ce qui est jugé préférable à la mise en place de petites sections isolées au cours du rétablissement.

2.3    Objectifs du rétablissement

Au cours des cinq prochaines années, les mesures suivantes seront entreprises en vue d’atteindre le but du rétablissement :

1.     repérer et protéger de vastes zones de prairie en vue de fournir un habitat propice ou potentiel au Bruant de Henslow;

2.     créer, remettre en état, restaurer et mettre en valeur l’habitat aux sites appropriés;

3.     veiller à ce qu’au moins trois grandes (plus de 50 ha) zones de nidification géographiquement distinctes soient disponibles chaque année afin d’atténuer les éventuels effets catastrophiques des perturbations;

4.     mener des relevés annuels aux endroits prioritaires définis afin de déterminer la situation et la répartition des populations;

5.     établir au moins une colonie reproductrice stable en Ontario;

6.     désigner et protéger l’habitat essentiel et effectuer le suivi de son état;

7.     établir un dialogue et des relations avec les organismes et les organisations intéressés aux efforts de rétablissement en Indiana, en Illinois, dans l’État de New York, au Michigan, en Pennsylvanie et en Ohio;

8.     établir un dialogue et des relations avec les propriétaires fonciers intéressés aux efforts de rétablissement en Ontario;

9.     produire une description détaillée de l’habitat de migration et d’hivernage; évaluer sa situation sur le plan de la protection, en collaboration avec d’autres organismes de gestion des espèces sauvages.

 

2.4     Activités recommandées en vue du rétablissement

2.4.1   Planification du rétablissement

Le tableau suivant illustre la stratégie générale pour s'attaquer aux menaces et réfère aux objectifs de rétablissement visés.

 

Tableau 2. Stratégies de rétablissement
PrioritéObjectifMenacesStratégie générale d’interventionActivités recommandées pour l’atteinte des objectifs de rétablissementRésultats ou réalisations attendues
Élevée1.Destruction de l’habitatDisponibilité de l’habitat

·        Élaborer une méthode afin d’identifier les zones potentielles d’habitat.

·        Protéger l’habitat potentiel.

·        Sites potentiels identifiés et protégés.
Élevée

1.

3.

Perturbations catastrophiquesDisponibilité de l’habitat·        Repérer et maintenir des zones d’habitat géographiquement distinctes.·        Au moins trois zones géographiquement distinctes repérées et maintenues.
Élevée

2.

3.

Destruction et dégradation de l’habitatRemise en état de l’habitat

·        Élaborer des critères pour prioriser les sites qui bénéficieraient le plus manifestement des activités stratégiques de remise en état.

·        Mettre en place des outils appropriés de remise en état et de gestion afin de rétablir l’habitat de reproduction à tous les sites, au besoin.

·        Gérer activement l’habitat pour maintenir sa disponibilité.

·        Habitat propice créé ou remis en état là où cette mesure est économiquement réalisable et appropriée, en accordant la priorité aux projets qui sont les plus susceptibles d’être fructueux.

·        Populations reproductrices établies.

Élevée4.S. O.Inventaire et suivi·        Élaborer et mettre en œuvre un protocole de suivi de l’état de l’habitat dans les sites prioritaires et/ou occupés.·        Base de données tenue à jour; rapports sur les résultats; stratégies élaborées et mises en œuvre pour lutter contre les changements négatifs.
Élevée4.S. O.Inventaire et suivi·        Effectuer le suivi de la tendance annuelle des populations, de la productivité et de la survie au Canada relativement aux caractéristiques de l’habitat.·        Production de rapports annuels et maintien d’une base de données géoréférencée des résultats de relevés.
Élevée

5.

6.

Destruction et dégradation de l’habitatProtection de l’habitat

·        Désigner et, le cas échéant, cartographier l’habitat essentiel.

·        Prioriser les sites selon l’urgence du besoin de protection.

·        Établir les stratégies de protection idéales pour chaque site à priorité élevée (allégement fiscal, servitude, convention, acquisition, intendance).

·        Sites potentiels à protéger identifiés.

·        Stratégies de protection définies.

Élevée

1.

3.

5.

8.

Destruction et dégradation de l’habitatEngagement du public·        Identifier les propriétaires fonciers et les gestionnaires de terres concernés au sujet des habitats potentiels et soutenir la gestion appropriée des terres.·        Ententes de gestion appropriées conclues.
Moyenne

3.

5.

8.

Destruction et dégradation de l’habitatEngagement du public

·        Identifier les propriétaires fonciers voisins, les gestionnaires des terres et les publics cibles; soutenir l’élaboration de matériel d’information approprié.

·        Donner des conseils aux propriétaires fonciers voisins intéressés sur les pratiques agricoles compatibles avec le Bruant de Henslow (par exemple, récolte de foin plus tard dans la saison).

·        Autres publics cibles définis.

·        Matériel d’information distribué aux propriétaires fonciers et aux gestionnaires de terres.

Moyenne7.Destruction de l’habitat (États‑Unis)Communication·        Définir les partenaires et collaborateurs américains potentiels dans les États qui pourraient fournir des populations sources au Canada.·        Relations établies avec les partenaires américains afin de satisfaire les besoins en matière de conservation dans les États appropriés.
Moyenne9.Destruction de l’habitat de migration et d’hivernageRecherche·        En collaboration avec d’autres chercheurs et organismes, décrire quantitativement l’habitat de migration et d’hivernage; définir les composantes essentielles de l’habitat; déterminer la fidélité aux sites; déterminer la quantité d’habitat restant et sa situation quant à la protection; définir l’importance des menaces à l’habitat de migration et d’hivernage pour la population canadienne.

·        Composantes importantes de l’habitat de migration et d’hivernage connues.

·        Importance des menaces de migration et d’hivernage définie.

 

2.4.2  Commentaire à l'appui du tableau de planification du rétablissement

Le manque d’habitat de reproduction stable et propice est considéré comme la principale cause du déclin du Bruant de Henslow au Canada. Lorsqu’un habitat apparemment propice est disponible, il est souvent trop petit pour soutenir le Bruant de Henslow ou ne possède pas toutes les composantes structurales de végétation importantes pour l’espèce. La prise de mesures volontaires en coopération constituera le principal moyen de protéger l’habitat. Dans le présent programme, qui constitue le principal outil de rétablissement du Bruant de Henslow en Ontario, nous recommandons la mise en œuvre immédiate de la création, de la remise en état ou de la restauration et de la mise en valeur de l’habitat. Le succès des efforts de rétablissement en Ontario dépendra de l’existence d’une population source suffisante aux États-Unis et l’équipe de rétablissement devra travailler en étroite collaboration avec les organismes et les associations des États concernés.

La création, la remise en état ou la restauration et la mise en valeur de vastes zones (plus de 50 ha) d’habitat de prairie, adjacentes à des milieux humides ou à des aires actuellement protégées, gérées en fonction du Bruant de Henslow, fourniront un habitat propice non seulement à cet oiseau mais aussi à d’autres espèces en péril de prairie et de zone humide. La gestion appropriée des terres agricoles voisines (par exemple, récolte de foin plus tard dans la saison) accroîtra la taille de l’habitat à la disposition du Bruant de Henslow. D’autres espèces de prairie qui ne sont pas en péril, mais qui connaissent des déclins dans toute leur aire de répartition, notamment le Bruant sauterelle et le Bruant des prés, bénéficieraient également de cette mesure. L’habitat du Bruant de Henslow situé dans les prairies indigènes assurera la subsistance de ces communautés. Une méthode de rétablissement plurispécifique devrait être examinée dans le cadre du plan d’action.

2.5  Habitat essentiel

2.5.1  Désignation de l’habitat essentielde l’espèce

La désignation et la protection de l’habitat essentiel ainsi que le suivi de son état constituent des priorités du rétablissement. Cependant, l’habitat essentiel ne pourra pas être désigné avant l’élaboration du plan d’action. On rapporte des indices de reproduction à seulement 9 sites dans l’atlas des oiseaux nicheurs de l’Ontario de 2001-2005, et une grande partie de l’habitat anciennement occupé est désormais considérée comme inappropriée en raison de l’aménagement, de la transformation en zones arbustives ou de la récolte hâtive du foin. Par conséquent, on ne dispose pas actuellement de l’information nécessaire pour désigner l’habitat essentiel.

Bien que les études publiées fournissent des données sur le type général d’habitat que l’espèce utilise, l’étendue de l’habitat actuel et potentiel en Ontario est inconnue. Des recensements menés en 2002, ont catalogués des emplacements historiques et examiné une partie de ces sites pour le Bruant de Henslow (Wiercinski, 2002). D’autres lieux d’observation que le Centre d’information sur le patrimoine naturel a répertoriés depuis 2002, et qui ont été définis dans le cadre des relevés de l’atlas des oiseaux nicheurs de l’Ontario, devraient être ajoutés à la liste; il importerait d’y rechercher le Bruant de Henslow et de décrire la situation actuelle de ces lieux afin d’établir s’il s’agit de milieux propices. Il est à prévoir qu’une grande partie de cet habitat ne sera plus appropriée pour le Bruant de Henslow.

En vue de la désignation de l’habitat essentiel, il sera nécessaire d’évaluer l’état de l’habitat de reproduction historique ainsi que les endroits où des mâles chanteurs ont été entendus depuis 1980. La priorité devrait être accordée aux mentions les plus récentes. Toutefois, puisqu’il est prévu qu’une grande partie de cet habitat ne sera plus appropriée pour le Bruant de Henslow, cette activité devrait être entreprise parallèlement au repérage de vastes secteurs de prairies non menacés qui constitueraient des zones potentielles pour la création, la mise en valeur ou la restauration de l’habitat. De préférence, ces zones d’habitat potentiel se trouveront sur des terres publiques ou dans des secteurs déjà désignés comme habitat essentiel d’autres espèces aux besoins similaires, ce qui permettra de disposer d’une superficie stable d’habitat de prairie. En outre, il sera nécessaire que ces zones soient situées dans un paysage « ouvert » où il y a relativement peu de parcelles boisées ou de structures physiques telles que des édifices. Le secteur des champs de South Cayuga qu’Enright (1995) a étudié devrait être examiné de nouveau. Les lieux de reproduction historiques et les zones d’habitat potentiel devraient faire l’objet de relevés visant à trouver des Bruants de Henslow nicheurs pour confirmer que l’espèce niche en Ontario, ce qui fournira un point de départ en vue de futures activités de suivi de la population.

2.5.2  Calendrier des études en vue de la désignation de l’habitat essentiel

Les activités de recherche identifiées dans le tableau 3 seront intégrées au plan d’action visant l’espèce.

Tableau 3.Calendrier des études : activités de recherche recommandées en vue de la désignation de l’habitat essentiel du Bruant de Henslow
Description de l’étudeRésultat/MotifDate d’achèvement

1. Évaluer l’état de l’habitat aux lieux de reproduction historiques et aux sites d’observation actuels (défini comme l’habitat occupé entre 1980 et 2005).

Les activités comprennent :

o       Inventaires des sites de reproduction historiques connus

o       Adoption ou élaboration de protocoles de suivi normalisés

o       Mesure : taille des parcelles de prairie; composition de la végétation; hauteur de la végétation; présence de chaume dense; quantité de sol dénudé; degré d’invasion par les espèces ligneuses; humidité du sol; perturbations potentielles; distance à l’horizon, clôtures, arbres, routes et habitations.

a. Localisation de tous les habitats historiques occupés.

b. Confirmation de la présence d’habitat propice aux endroits de nidification historiques.

Août 2008

2. Définir de vastes zones (plus de 30 ha) d’habitat propice ou potentiel.

Les activités comprennent :

o       Évaluation de la validité de zones d’habitat essentiel désignées pour d’autres espèces visées par la LEP qui seraient également propices pour le Bruant de Henslow

o       Évaluation de la validité comme habitat de terres publiques situées à l’intérieur de l’ancienne aire de répartition

o       Consultation du ministère des Richesses naturelles de l’Ontario et d’autres organismes de gestion des ressources pour désigner les zones d’habitat potentiel

a. Définition des zones potentielles de création, de mise en valeur et de restauration de l’habitat.

b. Désignation de l’habitat essentiel potentiel.

Août 2008
3. Confirmer la situation de la reproduction dans les lieux définis à l’activité 1, où un habitat propice existe.Confirmation de la situation de la reproduction en Ontario.Août 2009

 

2.6   Mesures de rendement

Le programme de rétablissement devrait s’inscrire dans un processus de gestion adaptative, dans lequel les nouvelles données sont intégrées au plan afin de tirer profit des nouveaux outils, connaissances, défis et possibilités. Une évaluation quinquennale de la stratégie de rétablissement se fondera sur les mesures de rendement ci-dessous, 2006 constituant l’année repère.

 

Tableau 4. Mesures de rendement du rétablissement
Objectif de rétablissementMesures de rendementStratégie
1. Repérer et protéger de vastes zones d’habitat.Nombre de zones d’habitat localisées et protégées.

Disponibilité de l’habitat,

engagement du public

2.Créer, restaurer et mettre en valeur l’habitat.Mise en valeur et/ou restauration d’au moins trois sites de 50 ha chacun au minimum.Remise en état de l’habitat
3. Veiller à ce qu’au moins trois zones de nidification géographiquement distinctes soient disponibles chaque année.Nombre accru de zones de nidification géographiquement distinctes disponibles.

Disponibilité de l’habitat,

remise en état de l’habitat,

information du public

4.Mener des recensements annuels de la population.Réalisation de relevés annuels dans toutes les zones d’habitat créées. Nombre d’oiseaux trouvés.Inventaire et suivi
5. Établir au moins une colonie reproductrice.Nombre accru de couples nicheurs.

Disponibilité de l’habitat,

engagement du public

6.Désigner et protéger l’habitat essentiel et effectuer le suivi de son état (aucune désignation pour le moment).Désignation de l’habitat essentiel, efficacité de la protection et de la surveillance.

Protection/intendance de l’habitat,

engagement du public

7. Établir un dialogue et des relations avec les organismes et les associations intéressés aux efforts de rétablissement dans les États américains concernés.Nombre de nouveaux projets de rétablissement créés aux États-Unis et nombre de réunions et visites de site conjointes des collaborateurs canadiens et américains.Protection de l’habitat
8. Établir un dialogue et des relations avec les propriétaires fonciers intéressés aux efforts de rétablissement en Ontario.Nombre de propriétaires fonciers associés à l’habitat essentiel du Bruant de Henslow qui utilisent des techniques compatibles de gestion des terres.

Protection/intendance de l’habitat,

engagement du public

9.Repérer l’habitat de migration et d’hivernage et en évaluer le degré de protection.Définition des caractéristiques essentielles de l’habitat; cartographie générale des aires d’hivernage; évaluation des menaces et rapport sur la question.Recherche

 

2.7   Effets sur les espèces non ciblées

Les efforts de rétablissement axés sur le Bruant de Henslow, en particulier ceux visant à protéger, à remettre en état ou à créer des habitats de prairie, seront bénéfiques pour de nombreuses espèces. La protection, la remise en état et la création de prairies indigènes seront particulièrement bénéfiques. La création d’habitats de prairie adjacents à des zones humides, à des prairies à hautes herbes ou à des aires actuellement protégées sera particulièrement fructueuse. Les espèces en péril répertoriées au tableau 5 utilisent des prairies ou des zones humides, et tireraient profit de la création d’habitat du Bruant de Henslow. Aucune espèce préoccupante sur le plan de la conservation ne devrait être affectée négativement.

Tableau 5. Liste d’espèces en péril qui devraient bénéficier des activités de rétablissement visant le Bruant de Henslow
Nom communNom latinDésignation du COSEPAC
Arnoglosse plantainArnoglossumplantagineumPréoccupante
Aster très élevéSymphyotrichum praealtumMenacée
Blaireau d’AmériqueTaxidea taxusEn voie de disparition
Colin de VirginieColinusvirginianusEn voie de disparition
Couleuvre à petite têteThamnophis butleriMenacée
Couleuvre fauve de l’EstElaphe vulpina gloydiMenacée
Couleuvre tachetéeLampropeltistriangulumPréoccupante
Cypripède blancCypripedium candidum En voie de disparition
Gentiane blancheGentiana albaEn voie de disparition
Gérardie de GattingerAgalinis gattingeriEn voie de disparition
Gérardie de SkinnerAgalinis skinnerianaEn voie de disparition
Hibou des maraisAsioflammeusPréoccupante
Lespédèze de VirginieLespedeza virginicaEn voie de disparition
Liatris à épiLiatris spicataMenacée
Liparis à feuilles de lisLiparis liliifoliaEn voie de disparition
MonarqueDanausplexippusPréoccupante
Pie-grièche migratriceLaniusludovicianus migransEn voie de disparition
Platanthère blanchâtre de l’EstPlatantheraleucophaeaEn voie de disparition
Polygale incarnatPolygala incarnataEn voie de disparition
Rosier sétigèreRosa setigeraPréoccupante
Verge d’or de RiddellSolidago riddelliiPréoccupante
Verge d’or voyanteSolidago speciosa var. rigidiusculaEn voie de disparition
Violette pédaléeViola pedataEn voie de disparition

 

2.8   Exposé de l’échéancier prévu pour l’élaboration d’un ou de plusieurs plans d’action liés au présent programme de rétablissement

Un plan d’action visant le Bruant de Henslow devrait être achevé d’ici le 31 août 2010. Nous envisageons l’élaboration d’un seul plan d’action global afin de traiter la plupart des menaces et de mieux définir l’habitat essentiel. La stratégie sera plurispécifique dans sa portée, et on examinera la possibilité de créer un habitat de prairie qui sera favorable à toute une gamme d’espèces en péril. Des plans de gestion distincts devraient être élaborés pour chaque habitat de prairie désigné, en consultation avec d’autres équipes de rétablissement concernées, telles que celles des communautés d’herbes hautes du sud de l’Ontario et de l’écosystème de l'île Walpole. Dans le plan d’action global, la nécessité et le rôle des groupes de mise en œuvre du rétablissement seront définis.