Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la physe d'eau chaude

Rétablissement : Objectifs et faisabilité

2. Rétablissement

Sur le plan biologique, l’espèce s’est probablement maintenue dans ce complexe de sources thermales depuis le retrait des glaciers, il y a à peu près 8 000 ans, et pourrait avoir survécu aux événements glaciaires (Section 1.2).L’espèce a continué de se perpétuer dans cet écosystème depuis son observation initiale en 1973. Toutefois, sa population faible et spatialement isolée, la faible superficie de la zone occupée et les spécificités de l’habitat la rendent vulnérable aux événements stochastiques.

2.1 But du rétablissement

Le but du rétablissement de la physe d’eau chaude est de maintenir et de protéger la ou les populations de ce gastéropode dans son aire de répartition géographique naturelle et dans les limites de ses variations actuelles d’abondance dans le complexe des sources thermales de la rivière Liard.

Comme il n’y a pas de preuves actuelles ou historiques d’un déclin de la population, le but du rétablissement est de maintenir la population actuelle. Comme on présume que l’espèce s’est installée à dans les sources thermales de la rivière Liard depuis le dernier événement glaciaire, elle est probablement capable de maintenir sa population actuelle du moment que les menaces sont réduites au minimum.

2.2  Justification de la faisabilité du rétablissement

Le rétablissement de la physe d’eau chaude est considéré comme réalisable. Les critères suivants (résumés au tableau 2) ont été utilisés pour mener cette évaluation.

Tableau 1.Critères utilisés pour évaluer la faisabilité technique et biologique du rétablissement de la physe d’eau chaude.

Critères de rétablissementPhyse d’eau chaude
1.  Des individus capables de reproduction sont-ils actuellement disponibles pour améliorer le taux de croissance de la population ou son abondance?Oui. Voir ci-après.
2.  Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible pour soutenir l’espèce ou, encore, cet habitat peut-il être rendu disponible par sa gestion ou sa restauration?Oui.Voir ci-après.
3.  Les menaces importantes qui pèsent sur l’espèce ou son habitat peuvent-elles être évitées ou atténuées par des mesures de rétablissement?Oui. Voir ci-après.
4.  Les techniques de rétablissement requises existent-elles et sait-on si elles sont efficaces?Oui.Voir ci-après.
  1. 1. Des individus capables de reproduction sont-ils actuellement disponibles pour améliorer le taux de croissance de la population ou son abondance?
  2. La ou les populations qui se situent dans le parc semblent se renouveler par elles-mêmes, car l’effectif est stable ou en augmentation (section 1.3); il n’est donc pas nécessaire, à l’heure actuelle, d’introduire de nouveaux individus.

  3. 2. Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible pour soutenir l’espèce ou, encore, cet habitat peut-il être rendu disponible par sa gestion ou sa restauration?
  4. Le gastéropode survit et semble être stable dans son habitat actuel. Ce dernier est en grande partie intact, au moins depuis la construction du barrage dans le bassin Alpha avant 1973. Il n’est pas certain si des modifications ou des activités de restauration de l’habitat associées au barrage ou au déversoir seraient nettement bénéfiques pour la physe d’eau chaude, car l’habitat connu dépend de l’intégrité de ces structures artificielles. Il n’y a pas de plan d’aménagement plus poussé du complexe des sources thermales, et des efforts visant à protéger l’écosystème fragile, le marais des sources thermales et l’habitat aquatique sont en cours. Parmi les mesures permettant d’éviter la destruction de l’habitat, mentionnons la construction de promenades de bois surélevées pour relier les habitats de sources thermales, la limitation de l’accès aux eaux des sources et l’absence d’expansion des installations du camping dans le parc.

  5. 3. Les menaces importantes qui pèsent sur l’espèce ou son habitat peuvent-elles être évitées ou atténuées par des mesures de rétablissement?
  6. Il est très possible d’atténuer les principales menaces qui pèsent sur les gastéropodes. L’espèce est protégée par les lois actuelles et des changements aux activités de gestion sont possibles, bien que certaines stratégies pourraient être controversées, car le complexe des sources thermales constitue l’une des destinations les plus prisées dans le nord de la C.-B.

  7. 4. Les techniques de rétablissement requises existent-elles et sait-on si elles sont efficaces?
  8. Les techniques de rétablissement qui existent actuellement sont probablement efficaces. Les techniques utilisées pour le rétablissement de cette espèce sont similaires à celles figurant dans les plans de rétablissement mis en œuvre pour des espèces faisant face à des menaces similaires, affichant des besoins semblables et soumises aux mêmes enjeux, d’une perspective tant écologique que sociale. Aucune technique de rétablissement hautement expérimentale n’est proposée. À l’heure actuelle, la reproduction en captivité visant à introduire des individus supplémentaires dans les populations sauvages et dans d’autres emplacements n’est pas jugée nécessaire pour le rétablissement de la physe d’eau chaude, bien que l’on puisse utiliser des populations produites en captivité pour acquérir des connaissances concernant le cycle biologique de l’espèce et ses capacités reproductrices, au besoin.

2.3 Objectifs du rétablissement

Notre compréhension actuelle de l’abondance de la physe d’eau chaude et de sa répartition dans Liard River Hotsprings est limitée, et la quantification de l’abondance de la population ou l’établissement d’objectifs concernant sa répartition n’est pas possible à l’heure actuelle. Les estimations de la population qui ont été établies (COSEPAC, 2000) ne sont pas suffisantes pour que l’on puisse s’en servir pour établir des objectifs mesurables à l’heure actuelle en raison des incertitudes entourant la répétabilité de la méthode d’échantillonnage.Des études plus poussées et la mise au point d’un protocole d’échantillonnage standard nous permettront de mieux estimer la population (section 2.4).

Les objectifs à court terme qui seront utilisés pour suivre le rétablissement de la physe d’eau chaude dans les cinq prochaines années sont les suivants :

  1. observer si la répartition actuelle de l’espèce dans les bassins et les ruisseaux Alpha et Bêta se maintient et raffiner notre compréhension de la répartition actuelle pour mieux quantifier cet objectif d’ici 2011;
  2. observer si l’abondance relative actuelle de l’espèce se maintient et élaborer une méthodologie pour accroître la précision des relevés d’ici 2011.

2.4  Stratégies visant à contrer les menaces et à permettre le rétablissement

La physe d’eau chaude et son habitat sont présents et protégés dans le Parc provincial Liard River Hot Springs et sont également protégés en vertu de la LEP. Toutefois, il faut s’assurer que la population demeure stable (ou s’accroît) et ne décline pas en raison des menaces relevées ou de nouvelles menaces. Les grandes stratégies adoptées pour contrer les menaces qui pèsent sur la physe d’eau chaude et permettre son rétablissement sont énumérées ci-après.

  1. Surveillance – mettre au point des protocoles d’évaluation de la population et de l’habitat standard pour surveiller la population.
  2. Protection – passer en revue le plan directeur du parc Liard River Hotsprings et étudier des options supplémentaires pour protéger l’habitat dans le parc, élaborer des plans de restauration de l’habitat, au besoin, ainsi que des lignes directrices pour protéger l’eau chauffée géothermiquement depuis sa source jusqu’aux endroits où elle fait surface dans le parc.
  3. Surveillance des menaces – surveiller les menaces qui pèsent sur la physe d’eau chaude.
  4. Lacunes dans les connaissances – déterminer, au moyen d’études génétiques, s’il y a d’autres populations de P. wrighti à l’extérieur du complexe de sources thermales de la rivière Liard qui pourraient augmenter les effectifs.Appuyer l’identification de nouvelles menaces dans le cas où l’on observerait un déclin de la population en raison de causes inconnues.
  5. Éducation des visiteurs – réduire au minimum les impacts sur la physe d’eau chaude et son habitat liés aux activités récréatives dans le parc.

Le tableau 3 énumère les types d’activités de rétablissement qui devront être prises en considération au moment d’élaborer le plan d’action (section 2.7).

Tableau 2.Résumé des grandes approches/stratégies, des activités particulières et des résultats ou produits à livrer qui doivent être pris en considération pour le rétablissement de la physe d’eau chaude.

Grande stratégieNuméro de l’objectif de rétablissementMenace PrioritéActivités particulièresRésultats ou réalisations attendues
1. Surveillance1, 2ToutesÉlevée

Mettre au point un protocole standard pour la surveillance de la population et les relevés sur l’occupation de l’habitat et la répartition. Le protocole doit couvrir des habitats que, à ce que l’on sait, le gastéropode n’occupe pas.

Cartographier la répartition de la population et l’information sur celle-ci dans l’ensemble du complexe des sources thermales.

Possibilité pour le personnel du parc de prendre des décisions éclairées sur les endroits où limiter l’accès aux sources thermales (p. ex., placement stratégique de promenades de bois, de barrières et de panneaux d’interprétation) de façon à prévenir la destruction de l’habitat aquatique et riverain des sources thermales par le public, là où les densités de gastéropodes sont les plus élevées. Identifier des sites à haute priorité requérant davantage de protection.

Évaluation et surveillance de l’état de la population et du rétablissement.

Cartographie de la densité de la population et de l’information sur la spécificité de l’habitat (habitat essentiel).

2. Protection1, 2ToutesMoyenne

Mettre à jour le plan directeur du Parc provincial Liard River Hot Springs et inclure des dispositions pour la construction de promenades de bois, au besoin.

Élaborer un plan d’intervention rapide pour extraire les gastéropodes en cas d’événement naturel catastrophique.

Enregistrer et évaluer l’impact des changements physiques de l’habitat dus aux humains (destruction physique de l’habitat, piétinement, etc.).

Faire une demande de permis concernant l’eau à des fins de conservation pour le débit des sources thermales.

Dans le cas où un intérêt dans l’exploration pétrolière, gazière ou géothermique se manifesterait, élaborer et mettre en oeuvre des lignes directrices pour atténuer les impacts potentiels sur les sources géothermiques.

Mettre au point un protocole d’entretien du déversoir à l’intention du personnel du parc.

Évaluer la nécessité et les moyens de limiter l’accès du public à l’habitat essentiel.

Documentation de la mortalité des gastéropodes et de Chara et de la destruction du tuf causés directement par l’homme (p. ex., piétinement).

Observations documentées concernant les effets des barrières naturelles, les modifications de la structure du chenal, la végétation riveraine, etc., et la manière dont ceux-ci affectent le régime d’écoulement.

Le personnel du parc et les parties concernées par des changements à la hauteur du déversoir peuvent prendre des décisions éclairées concernant les changements aux structures internes du cours d’eau.

Protection du réseau d’eau de source.

Protection de l’habitat essentiel dans le parc.

3. Surveillance des menaces1, 21, 2, 3, 4Moyenne

Évaluer l’efficacité des mesures utilisées pour prévenir l’introduction de substances nocives dans les eaux de source (p. ex., échantillonnage de l’eau ou surveillance des habitudes des usagers du parc).

Dans le cas où les concentrations de substances nocives se révèlent préoccupants, évaluer les effets sur les gastéropodes.

Surveiller l’introduction de sédiments naturels et les changements à la structure riveraine dans le complexe des sources thermales.

Documenter l’introduction d’espèces envahissantes et, si de telles espèces sont introduites, élaborer un programme de gestion des espèces envahissantes.

Dans le cas où il y aurait un intérêt pour la mise en valeur (p. ex., exploration pétrolière et gazière ou hydroélectricité), définir les risques que présenteraient les activités industrielles menées à l’extérieur des limites du parc sur l’eau de source.

Documentation des infractions à la politique sur les substances nocives commises par les usagers du parc.

Documentation des effets des baigneurs sur l’habitat et de la manière dont l’infrastructure pourrait être améliorée pour atténuer la destruction directement causée par l’homme.

Information permettant d’établir un programme de gestion des espèces envahissantes dans le parc.

Lutte contre la végétation et les plantes introduites dans le parc.

Documentation du taux de colonisation, d’expansion ou d’occupation des espèces introduites et des effets probables sur les gastéropodes.

4. Lacunes dans les connaissances1, 2ToutesFaible - Moyenne

Entreprendre des études génétiques pour confirmer que P. wrighti est une espèce distincte.

Dans le cas où les relevés de la population indiqueraient un déclin dont la cause n’a pu être identifiée, élaborer un plan de recherche pour déterminer la cause du déclin.

Dans le cas où P. wrighti ne serait pas une espèce distincte, on pourrait compter sur l’existence d’un bassin d’individus pour le réétablissement de la population des sources thermales de la rivière Liard en cas d’événement catastrophique transitoire.

Clarification des menaces qui pèsent sur l’espèce et de leur gravité lorsqu’elles sont combinées à des facteurs limitatifs sur le plan biologique.

Information sur les facteurs limitatifs sur le plan biologique.

5. Éducation des visiteurs1, 2ToutesMoyenneÉlaborer un programme de communication, au besoin, pour réduire au minimum l’impact des activités récréatives.

Panneaux à l’intention des usagers du parc placés à des endroits stratégiques.

Information et signalisation à l’intention des visiteurs concernant l’introduction intentionnelle ou non d’espèces dans le complexe des sources thermales.

Information précise à l’intention des baigneurs.

Appui au plan directeur du parc.