Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la physe d'eau chaude

Effets, évaluation et approche

2.5  Effets sur d’autres espèces

Les activités de rétablissement qui protègeront la physe d’eau chaude pourraient également protéger d’autres espèces de plantes et d’invertébrés en péril dans le parc.Les sources thermales de la rivière Liard représentent le seul endroit en C.-B. où l’on trouve Ischnura damula (ordre des odonates), une libellule des Plaines. L’éphémère commune Caenis youngi, présente au Yukon, dans les territoires du Nord-Ouest et en Alaska, a été trouvée dans le complexe des sources thermales de la rivière Liard, dans le parc (Salter, 2003). La physe d’eau chaude est une espèce rare dans le monde (cote G1) et est classée comme gravement en péril en raison de son extrême rareté en C.-B. (cote S1).

Le méné de lac, Couesius plumbeus, présent dans le Parc provincial Liard River Hot Springs, a reçu une attention spéciale. Bien qu’il ne constitue pas une espèce distincte, le méné de la rivière Liard est physiquement isolé et adapté à son environnement amélioré par la présence des sources thermales. Il a été examiné par le COSEPAC qui a conclu à l’insuffisance de données le concernant (COSEPAC, 2004). Les habitats de la physe d’eau chaude et du méné de lac se chevauchent dans nombre de secteurs du complexe des sources thermales.

Parmi les plantes recensées dans le Parc provincial Liard River Hot Springs se trouvent Carex heleonastes (carex de la baie d’Hudson), Carex tenera (carex tendre), Malaxis brachypoda (malaxis à pédicelles courts) et Lupinis kuschei (lupin du Yukon), qui figurent sur la liste bleue de la province. On trouve également Sanicula marilandica (origan des marais), Urtica dioca ssp. Lyallii(grande ortie) et Mimulus guttatus (mimule ponctué), qui ne sont présents à cette latitude que grâce aux sources thermales.

2.6  Évaluation

Les buts, les objectifs et les stratégies qui sont énoncés dans le présent rapport seront réexaminés dans les cinq années suivant l’acceptation du programme de rétablissement par le ministre. Les mesures de rendement suivantes seront utilisées pour évaluer l’efficacité des objectifs et des stratégies et pour déterminer si le rétablissement demeure réalisable. Des mesures de rendement plus détaillées seront établies au moment d’élaborer le plan d’action.

Voici les critères d’évaluation fondés sur les objectifs qui seront utilisés pour mesurer si le statut de l’espèce s’améliore en regard du but du rétablissement :

  • la répartition actuelle de la physe d’eau chaude dans les complexes des bassins Alpha et Bêta et dans les ruisseaux de déversement s’est-elle maintenue jusqu’en 2011? A-t-on acquis une meilleure compréhension de façon à être en mesure de quantifier cet objectif d’ici 2011?
  • l’abondance relative actuelle de la physe d’eau chaude s’est-elle maintenue jusqu’en 2011? A-t-on élaboré une méthodologie pour accroître la précision des relevés d’ici 2011?
  • Voici les critères d’évaluation fondés sur les stratégies qui seront utilisés pour évaluer les progrès accomplis en regard du but du rétablissement :
  • a-t-on effectué un suivi de la population? A-t-on mise au point un protocole standard pour le suivi de la population et l’évaluation de l’habitat?
  • a-t-on passé en revue le plan directeur du parc Liard River Hotsprings? A-t-on envisagé des options supplémentaires pour protéger l’habitat à l’intérieur du parc?
  • la compréhension des menaces qui pèsent sur la physe d’eau chaude s’est-elle améliorée? De quelle manière?
  • a-t-on mené des études génétiques et, dans ce cas, le statut d’espèce distincte de la physe d’eau chaude a-t-il été modifié? De quelle manière? Ces connaissances facilitent-elles l’élaboration du programme de rétablissement de la physe d’eau chaude? A-t-on observé un déclin de la population qui exigerait que l’on identifie de nouvelles études à mener? Quelles études sont nécessaires ou ont été menées à bien?
  • la sensibilisation sur la physe d’eau chaude et sur son habitat a-t-elle amélioré la protection?

2.7  Énoncé sur le plan d’action

Un plan d’action contient les détails particuliers de la mise en œuvre du rétablissement, notamment les mesures permettant de surveiller et de mettre en œuvre le rétablissement, de contrer les menaces et d’atteindre les objectifs du rétablissement ainsi que le moment où ces mesures doivent être mises en place.Le plan d’action comprend également la définition de l’habitat essentiel, dans la mesure du possible, et des exemples d’activités qui sont susceptibles de mener à sa destruction. Il recommande également des mesures pour protéger l’habitat essentiel et pour identifier toute partie de cet habitat qui n’a pas été protégée. Enfin, il comporte une évaluation des coûts et des avantages socio-économiques qui devraient découler de sa mise en œuvre. Un plan d’action sera parachevé d’ici 2011.

2.8  Approche recommandée pour la mise en œuvre du rétablissement

À l’heure actuelle, on a adopté une approche monospécifique. Toutefois, une approche fondée sur l’écosystème pourrait être nécessaire pour protéger l’ensemble de la zone des sources thermales. L’écosystème des sources thermales de la rivière Liard possède une flore et une faune uniques aux échelons régional et national, et il est possible que d’autres espèces de cet écosystème soient désignées comme en péril par le COSEPAC. Lorsque les espèces occupent un habitat similaire et font face aux mêmes menaces, les activités requises pour leur rétablissement sont communes. L’intégration des activités de recherche fera en sorte que les efforts consentis seront plus efficaces.

La physe d’eau chaude est actuellement couverte par le plan directeur du Parc provincial Liard River Hot Springs.Ce plan comporte des dispositions pour la protection et la gestion de cette espèce et la possibilité d’adapter les objectifs de gestion en fonction de nouveaux renseignements.