Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’éperlan nain du lac Utopia (Osmerus sp.) au Canada

Facteurs limitatifs

La production d’éperlans dans le lac Utopia serait régulée jusqu’à un certain point par le niveau de productivité primaire du lac. Par ailleurs, le lac Utopia contient des populations de saumon atlantique et d’omble de fontaine (Salvelinus fontinalis), espèces qui ont toutes deux été rapportées comme étant des prédateurs des éperlans dans le lac Utopia et ailleurs (Nellbring, 1989; Sayers et al., 1989). Parmi cinq ombles de fontaine échantillonnés dans le lac Utopia en 1996, les trois dont on a examiné le contenu stomacal renfermaient de l’éperlan. La longueur totale de ces ombles variait de 38,2 à 42,6 cm, alors que celle des éperlans allait de 18,0 à 21,9 cm (Vickers, comm. pers.). La production d’éperlans nains et d’éperlans normaux dans le lac Utopia pourrait être limitée par la prédation due aux Salmonidés, qui touche surtout les juvéniles de petite taille et les éperlans nains. En outre, les gros éperlans sont souvent piscivores et peuvent consommer de petits éperlans (E.B. Taylor, observations personnelles). Il existe probablement entre l’éperlan et ses prédateurs un équilibre qui constituerait un facteur limitant la production d’éperlans dans le lac Utopia. Il est possible aussi que les efforts de mise en valeur des Salmonidés dans le lac puissent perturber cet équilibre et réduire la production de juvéniles des deux formes et d’éperlans nains adultes. En ce moment, la mise en valeur des Salmonidés du lac Utopia est très limitée; tous les deux ans, des saumons atlantiques sont ensemencés à raison de 1 poisson par 2 ha de surface lacustre (Vickers, comm. pers.).

La taille et le nombre des cours d’eau de fraye constituent probablement les plus importants facteurs limitatifs pour les populations d’éperlans du lac Utopia. Nous manquons de données précises, mais on sait que la fraye de l’éperlan normal se déroule surtout dans deux cours d’eau situés au nord‑est du lac (figure 2) et que celle de l’éperlan nain semble largement limitée à deux cours d’eau beaucoup plus petits, situés à l’extrémité nord‑ouest du lac. Les décharges des lacs Mill et Trout, étant alimentées par un lac, semblent durables, mais les cours d’eau de fraye de l’éperlan nain semblent plus éphémères et vulnérables à la dégradation en tant qu’habitats à cause de leur petite taille.