Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’éperlan nain du lac Utopia (Osmerus sp.) au Canada

Importance des éperlans sympatriques

L’importance des populations d’éperlans du lac Utopia repose notamment sur deux aspects de la problématique de reconnaissance la biodiversité. Premièrement, les éperlans du lac Utopia s’inscrivent dans un phénomène général qui caractérise de nombreux poissons dulcicoles de la zone tempérée nord, chez lesquels des populations génétiquement distinctes et isolées au plan de la reproduction sont sympatriques et différenciées par leurs caractéristiques morphologiques et écologiques (p. ex., Svardson, 1961; McPhail, 1984, 1992; Hindar et al., 1986; Foote et al., 1989; Verspoor et Cole, 1989; Bernatchez et Dodson, 1990; Ferguson et Taggart, 1991; Taylor et al., 1996; Taylor et al., 1997). Puisque les formes naine et normale du lac Utopia sont isolées au plan de la reproduction et écologiquement distinctes tout en étant sympatriques, Taylor et Bentzen (1993a, b) ont soutenu qu’elles répondaient aux critères pour une reconnaissance en tant qu’espèces biologiques (au sens de Mayr, 1963).

La connaissance des processus de spéciation, ou division d’une lignée unique en deux ou plusieurs lignées isolées au plan de la reproduction, est un thème fondamental de la biologie de l’évolution. Il est difficile d’obtenir directement cette connaissance, car si l’on peut observer les produits de la spéciation (les espèces elles‑mêmes), les processus en cause sont historiques et, bien entendu, impossibles à observer. Quoi qu’il en soit, selon le principal modèle de spéciation, les divergences génétiques apparaissent sur de longues périodes de séparation géographique au sein des lignées, c.‑à‑d. en situation d’allopatrie. Par contre, les populations d’éperlans du lac Utopia constituent un exemple éloquent d’isolement reproductif s’étant développé après la glaciation (en moins de quelque 12 000 ans – voir Hughes et al., 1985) et en l’absence d’une séparation géographique évidente (Taylor et Bentzen, 1993a, b). Les données et les arguments qui accréditent ce genre de divergence relativement rapide et sympatrique dans le lac Utopia ont contribué à une reconnaissance accrue de la spéciation sympatrique en tant que mécanisme de spéciation possible et peut‑être commun (Bush, 1994). L’idée que la spéciation sympatrique, bien que possible, est un mécanisme mineur ou rare par rapport à la spéciation allopatrique (voir Gibbons, 1996, p. 1499) ne fait que donner de l’importance aux populations du lac Utopia, dans lequel on postule une divergence sympatrique. On peut mieux comprendre l’importance scientifique des éperlans du lac Utopia si on considère que des arguments semblables à ceux invoqués pour leur divergence sympatrique ont été avancés pour expliquer la spéciation explosive des Cichlidés dans les lacs du Grand Rift et les lacs de cratère d’Afrique (Meyer et al., 1990; Schliewen et al., 1994). De plus, comme la divergence des populations d’éperlans du lac Utopia semble s’être produite indépendamment de celle des populations d’éperlans d’autres lacs (voir Taylor et Bentzen, 1993a), ces populations constituent un exemple d’évolution parallèle et indiquent l’importance possible de processus déterministes, comme la sélection naturelle, dans la spéciation (Schluter, 1996).

Deuxièmement, les formes naine et normale du lac Utopia ne sont pas actuellement distinguées l’une de l’autre sur le plan taxinomique, distinction qui constitue un problème difficile (voir l’analyse de Taylor et Bentzen, 1993b). En revanche, l’incertitude quant à leur reconnaissance taxinomique ne peut gommer leurs différences évolutionnaires et écologiques; elle montre plutôt qu’une diversité biologique considérable peut être « cachée » et taxinomiquement non reconnue, et que notre nomenclature actuelle par binômes latins ne permet peut‑être pas d’en rendre compte (Lindsey, 1988). Ainsi, des situations comme celle de l’éperlan du lac Utopia constituent un défi pour les approches et les programmes de conservation fondés sur les méthodes taxinomiques actuelles.