Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’éperlan nain du lac Utopia (Osmerus sp.) au Canada

Sommaire

Le lac Utopia, dans le sud‑ouest du Nouveau-Brunswick, contient deux populations phénotypiquement et génétiquement distinctes d’éperlans (genre Osmerus). La première forme, l’« éperlan nain », arrive à maturité à une longueur totale de 100 à 120 mm, possède 35 ou 36 branchicténies et fraye en mai dans de petits cours d’eau. L’autre forme, l’« éperlan normal », atteint la maturité à 150 à 250 mm, possède de 30 à 32 branchicténies et fraye au début d’avril dans des cours d’eau plus grands, de source lacustre. Les deux formes sont génétiquement distinctes comme en font foi les différences dans les fréquences des polymorphismes de longueur de fragments de restriction de l’ADN mitochondrial et minisatellite. Des différences génétiques quantitatives entre les formes sont suggérées par des différences interannuellement stables dans la morphologie et les lieux et époques de fraye. Les deux formes du lac Utopia : (i) reproduisent isolément en sympatrie et se comportent comme des espèces distinctes; (ii) seraient séparément issues de formes sympatriques vivant dans d’autres lacs; (iii)  pourraient être le résultat d’un processus de spéciation s’étant déroulé à l’intérieur du lac Utopia. Les deux formes sont sujettes à des pêches récréatives annuelles à l’épuisette. L’éperlan normal ne semble pas en péril dans l’immédiat, mais l’éperlan nain pourrait être particulièrement vulnérable à cause de son effectif plus faible et de son aire de fraye restreinte limitée à seulement quelques petits cours d’eau, facilement perturbés.