Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’éperlan nain du lac Utopia (Osmerus sp.) au Canada

Protection

L’exploitation des populations d’éperlans du lac Utopia se résume à une pêche locale à l’épuisette pendant les frayes printanières (avril et mai). Il semble que la pêche se concentre sur les éperlans normaux frayant dans les décharges du lac Mill et du lac Trout (figure 2), le public ayant facilement accès à ces lieux et les éperlans y étant plus abondants (E.B. Taylor, obs. pers.). Les engins de pêche autorisées sont le filet maillant, le filet à poche, le parc fermé, l’épuisette et la ligne; toutefois, les trois premiers engins sont interdits du 1er avril au 14 octobre. Il faut un permis du ministère fédéral des Pêches et des Océans pour utiliser le filet maillant, le parc fermé ou le filet à poche, mais aucun permis de ce genre n’a été délivré depuis le début des années 1960 (P. Cronin, ministère des Ressources naturelles et de l’Énergie, R.R. No. 6, Fredericton, Nouveau‑Brunswick, comm. pers.). La pêche à l’épuisette dans le lac Utopia et ses tributaires est ouverte du 15 avril au 31 mai, la limite quotidienne de prise et de possession étant de 60 poissons. Aucune limite de taille n’est en vigueur. La possession est autorisée à des fins de consommation domestique uniquement et la pêche sur la glace est interdite sur le lac Utopia (Anonyme, 1996). Un élevage privé de saumoneaux (saumon atlantique, Salmo salar) est présent à l’extrémité nord‑est du lac. Bien que cet élevage soit implanté à terre et que les saumons d’eau douce qui y sont élevés soient indigènes du lac Utopia (T. Vickers, ministère des Ressources naturelles et de l’Énergie, R.R. No. 6, Fredericton, Nouveau‑Brunswick, comm. pers.), toute introduction accidentelle de saumoneaux dans le lac Utopia pourrait accroître la prédation des éperlans nains et des jeunes des deux formes. Par ailleurs, une usine de pâtes et papiers avoisine la partie sud‑est du lac, mais ses effluents n’entrent pas dans le lac Utopia (Vickers, comm. pers.). Enfin, une certaine protection de la fraye est indirectement assurée par la présence, au nord‑est du lac, d’un refuge de gibier englobant le lac Mill et sa décharge.

Carte du bassin du lac Utopia avec les cours d’eau où frayent l’éperlan nain (« A ») et l’éperlan normal (« B »)

 

Figure 2.    Carte du bassin du lac Utopia avec les cours d’eau où frayent l’éperlan nain (« A ») et l’éperlan normal (« B »).