Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’éperlan nain du lac Utopia (Osmerus sp.) au Canada

Taille et tendances des populations

Aucun relevé démographique formel n’a été effectué dans le lac Utopia, ni pour l’éperlan nain, ni pour l’éperlan normal. En revanche, l’auteur a fait des observations personnelles pendant plusieurs nuits durant la fraye en 1991. Dans les décharges des lacs Mill et Trout, les éperlans normaux semblaient se compter par des milliers. Par contre, la quantité d’éperlans nains frayant dans deux ruisseaux se jetant dans l’extrémité nord‑ouest du lac semblait beaucoup moindre; en effet, moins de deux cents individus ont été observés en train de frayer en deux nuits. Ces observations ne donnent qu’une indication qualitative, mais elles laissent penser que l’éperlan nain est la forme qui risque le plus de disparaître du lac Utopia. L’exploitation de l’éperlan normal dans le lac Utopia, dans le cadre de la pêche printanière à l’épuisette, est considérée comme faible à modérée (Vickers, comm. pers.). Quant à la pêche à l’épuisette de l’éperlan nain, son ampleur est moins bien connue à cause, notamment, de l’isolement relatif des cours d’eau de fraye de cette forme.