Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Gentiane de Victorin (Gentianopsis procera macounii var. victorinii) au Canada

Protection actuelle ou autre désignations

En 1987, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a attribué le statut d’« espèce préoccupante » à la gentiane de Victorin. L’organisme NatureServe a attribué à la gentiane de Victorin la cote mondiale G2, la cote canadienne N2 et la cote québécoise S2 (NatureServe, 2001). Argus et Pryer (1990) la considèrent rare au Canada et lui attribuent une priorité canadienne de 1.

À l’heure actuelle, deux localités (anse Saint-Vallier et Grosse-Île) sont situées dans les limites d’aires protégées : le refuge d’oiseaux migrateurs de Saint-Vallier et le lieu historique national du Canada de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais. D’autres populations historiques imprécises peuvent se retrouver dans les limites d’autres territoires protégés : les refuges d’oiseaux migrateurs de L'Islet, de Cap-Saint-Ignace et de Trois-Saumons. En outre, l’organisme Conservation de la nature Québec est propriétaire d’une partie du site sur lequel se trouve la population de la pointe Saint-Vallier à Saint-Vallier.

Au Québec, la gentiane de Victorin a été désignée « espèce menacée » en février 2001 et elle est maintenant protégée en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables du Québec.

Le Règlement sur la circulation de véhicules motorisés dans certains milieux fragiles (L.R.Q., c. Q-2, r.2.2) protège son habitat contre les impacts de la principale menace à sa survie. De plus, la politique du Québec concernant la protection des rives, du littoral et des plaines inondables vise à maintenir et à améliorer la qualité de l’eau en accordant une protection minimale adéquate au littoral.