Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la tête carminée (Notropis percobromus) au Canada [Projet] 2007

Annexe A – Évaluation des menaces

La connaissance des menaces pour l’espèce et les possibilités d’atténuation de ces menaces sont des aspects fondamentaux du rétablissement d’une espèce. Pour la présente évaluation, l’Équipe de rétablissement de la tête carminée a identifié les menaces suivantes pour examen :

  • Surexploitation
    • Pêche aux poissons-appâts
  • Introduction d’espèces
    • Prédation
    • Compétition
    • Perturbation de la chaîne alimentaire
  • Dégradation et perte de l’habitat
    • Altération du débit
    • Aménagement des berges et du milieu riverain
    • Modification du paysage
    • Changement climatique
  • Pollution
    • Sources ponctuelles
    • Sources diffuses
  • Autre
    • Échantillonnage scientifique
    • Hybridation

Comme on en sait si peu sur le cycle biologique et les exigences en matière d’habitat de l’espèce, on a évalué chaque menace potentielle en fonction de facteurs qualitatifs plutôt que quantitatifs. Chaque facteur a été évalué comme étant « faible », « modéré » ou « élevé ». Ces évaluations sont basées sur le meilleur jugement professionnel de l’Équipe de rétablissement, et elles sont issues d’un consensus obtenu à la suite de discussions. Pour chaque menace potentielle à chacun des endroits que fréquente l’espèce, les facteurs suivants ont été évalués.

  • Probabilité d’occurrence –Probabilité qu’une menace se concrétise. La probabilité d’une menace qui affecte actuellement l’espèce a été évaluée comme étant « élevée ».
  • Superficie de la zone d’occurrence – Étendue spatiale de chaque menace identifiée. La superficie de la zone d’occurrence d’une menace qui affecte la presque totalité ou la totalité de la superficie occupée par l’espèce a été évaluée comme étant « élevée ».
  • Gravité de l’impact – La gravité de l’impact direct ou indirect d’une menace sur la survie ou le rétablissement de l’espèce. La gravité des impacts susceptibles d’entraîner la disparition de l’espèce a été évaluée comme étant « élevée ».
  • Imminence de l’impact – L’imminence de l’impact anticipé de la menace. L’imminence des menaces qui affectent actuellement l’espèce a été évaluée comme étant « élevée ».
  • Importance de la menace – Risque de dommages pour la population de têtes carminées causées par une menace particulière, selon sa probabilité d’occurrence et la superficie de sa zone d’occurrence, de même que la gravité et l’imminence de ses impacts. L’importance de la menace a été évaluée comme étant « faible » lorsque la gravité de la menace avait elle-même été évaluée comme étant « faible »; autrement, ce facteur a été difficile à prévoir en raison des lacunes dans les connaissances actuelles.
  • Possibilités d’atténuation – Faisabilité biologique et technique des mesures d’atténuation de la menace. Lorsqu’il n’y a pas de contraintes biologiques et qu’une technologie éprouvée permet d’atténuer une menace avec succès, la faisabilité des mesures d’atténuation a été évaluée comme étant « élevée ».

Les résultats de ces évaluations sont présentés sur les tableaux 6 à 8, résumés au tableau 1 et examinés dans la section 3. Dans ces tableaux, les (?) points d’interrogation reflètent une incertitude et le besoin d’effectuer des recherches additionnelles. Les commentaires fournissent des renseignements de base sur la menace ou son évaluation.


Tableau 6. Évaluation des menaces potentielles* pour la tête carminée et son habitat, dans le réseau hydrographique de la rivière Whitemouth et dans la rivière Winnipeg, à proximité de la décharge de la rivière Whitemouth, au Manitoba.

Menace identifiéeMécanisme / SourceProbabilité d’occurrence*Superficie de la zone d’occurrence*Gravité de l’impact*Imminence de l’impact*Importance de la menace*Possibilités d’atténuation*Commentaires
SurexploitationPêche aux poissons-appâtsFFFFFÉDes allocations ont été attribuées pour la pêche commerciale aux poissons-appâts dans la rivière Whitemouth, le lac Whitemouth et la rivière Birch. La capture de ménés destinés à servir d’appâts vivants n’est pas approuvée , et les ménés ne sont pas suffisamment abondants pour permettre une pêche aux poissons destinés à servir d’appâts congelés dans ces eaux. Les pêcheurs à la ligne peuvent prélever certains ménés destinés à servir d’appâts.
Introduction d’espècesPrédation, compétition, perturbation de la chaîne alimentaireMÉÉFMFL’achigan à petite bouche et l’éperlan sont présents dans la rivière Winnipeg, mais les chutes Whitemouth les empêchent d’entrer sans interventions humaines dans la rivière Whitemouth. Le doré noir est également absent de la rivière Whitemouth, mais le doré jaune et la truite ont été introduits dans le lac Whitemouth et la rivière Birch respectivement. Il existe des possibilités limitées de transfert du biote à partir du réseau hydrographique du lac des Bois. Les effets potentiels de ces introductions d’espèces sont inconnus. L’achigan à petite bouche et la tête carminée coexistent dans d’autres eaux.
Dégradation et perte de l’habitatAltération du débitÉÉ?É?ÉIl n’y a pas eu d’aménagements hydroélectriques sur la rivière Whitemouth. Un déversoir à crête fixe régularise le débit du lac Whitemouth, et il y a un petit déversoir de pierre en travers du chenal de la rivière, à Elma. L’agriculture, la construction de routes et l’extraction de la tourbe ont modifié les profils de ruissellement du bassin versant. Les obstacles le long de la rivière sont plus nombreux pendant les années de sécheresse. Autrefois, on endiguait la rivière à Whitemouth pendant les années de sécheresse de manière à capter l’eau pour l’usage de la collectivité, et plusieurs vieux passages de cours d’eau n’ont pas encore complètement enlevés. Des passages et des déversoirs de pierre ont également modifié le débit de la rivière Birch (Schneider-Vieira et MacDonell, 1993; Clarke, 1998).
Aménagement des berges et du milieu riverainÉM?ÉMMIl y a eu d’importants travaux d’aménagement des berges le long des tronçons de la rivière Whitemouth, au nord de la route 1; ces travaux sont associés aux collectivités, à l’agriculture, aux résidences secondaires et aux chalets.
Modification du paysageÉM?É?MLa foresterie et l’extraction de la tourbe sont les principaux travaux d’aménagement qui ont été effectués dans le bassin fluvial, au sud de la route 1. Au Nord, les travaux effectués près de la rivière sont associés aux exploitations agricoles, aux collectivités, aux chalets, aux résidences permanentes et à une opération d’extraction de la tourbe.
Changement climatique?????FLes effets potentiels du changement climatique sont imprévisibles à une échelle locale et ne peuvent pas être facilement atténués.
PollutionSources ponctuellesÉM?É?MLes opérations d’extraction de la tourbe peuvent être une source ponctuelle de sédiments. Les parcs d’engraissement agricoles, les fossés de drainage le long de la route et l’émissaire d’évacuation du bassin de stabilisation des eaux usées de Whitemouth peuvent tous être des sources ponctuelles d’éléments nutritifs, de sédiments et d’autres substances chimiques. Clarke (1998) a identifié 12 sources ponctuelles importantes qui affectent la rivière Birch, affluent de la rivière Whitemouth.
Sources diffusesÉM?É?MEn aval de la route 1, le réseau hydrographique de la rivière Whitemouth est sujet à une dégradation de l’eau causée par une augmentation de la charge en sédiments et en éléments nutritifs découlant des pratiques agricoles modernes. Cette menace est étendue et immédiate, mais elle est associée à de bonnes possibilités d’atténuation et de remise en état. Il y a déjà eu des déversements d’eau chlorée provenant de l’aqueduc de Winnipeg dans la rivière Birch dans le passé (Clarke 1998). Il y a vraisemblablement des polluants transportés sur de grandes distances qui se déposent dans ce secteur, vu l’ubiquité de ces substances.
AutreÉchantillonnage scientifiqueÉÉFÉFÉDe petits échantillons de têtes carminées ont été prélevés dans le réseau hydrographique de la rivière Whitemouth à des fins scientifiques. La menace associée à d’autres échantillonnages est vraisemblablement faible et peut être maîtrisée.
HybridationFFFFFFLes têtes carminées s’hybrident avec plusieurs autres espèces de ménés. Il n’y a aucune preuve d’une incidence anthropique favorable à l’hybridation dans la rivière Whitemouth.

*É = élevé, M = modéré, F = faible.


Tableau 7. Évaluation des menaces potentielles* pour la tête carminée et son habitat, dans la rivière Bird, au Manitoba.
Menace identifiéeMécanisme/ SourceProbabilité d’occurrence*Superficie de la zone d’occurrence*Gravité de l’impact*Imminence de l’impact*Importance de la menace*Possibilités d’atténuation*Commentaires
SurexploitationPêche aux poissons-appâtsFFFFFÉLa capture de poissons destinés à servir d’appâts vivants n’est pas approuvée dans la rivière Bird, dans la zone fréquentée par la tête carminée. Il existe néanmoins des possibilités de pêche commerciale aux ménés destinés à servir d’appâts congelés. Les pêcheurs à la ligne peuvent également prélever dans la rivière des ménés destinés à servir d’appâts.
Introduction d’espècesPrédation, compétition, perturbation de la chaîne alimentaireÉÉ?É?FL’éperlan est présent dans la rivière Winnipeg depuis le début des années 1990. Son impact sur la tête carminée est inconnu, mais ce poisson se nourrit du méné émeraude, un proche parent de la tête carminée. L’incidence sur la tête carminée de l’achigan à petite bouche introduite n’est pas connu non plus, mais les deux espèces coexistent ailleurs.
Dégradation et perte de l’habitatAltération du débitÉÉ?É?FLe cours inférieur de la rivière Bird jusqu’aux premières chutes, incluant un habitat connu de la tête carminée, a été endigué aux fins d’un aménagement hydroélectrique sur la rivière Winnipeg.
 Aménagement des berges et du milieu riverainÉÉ?É?MDe nombreux chalets ont été construits le long du réseau hydrographique de la rivière Bird, tout particulièrement autour du lac Bird, et un nouveau lotissement a été proposé pour la construction de chalets. Des activités forestières sont proposées pour le cours supérieur. Dans le cadre de ces activités, on propose d’enlever la bande tampon riveraine pour éviter que les maladies touchant les arbres poussant dans cette zone ne se propage à d’autres peuplements exploitables.
 Modification du paysageÉÉ?É?M

La construction de chalets et la foresterie sont les principales activités susceptibles de modifier le paysage le long de la rivière Bird. L’étendue et la proximité des exploitations forestières sont contrôlées de manière que leurs impacts sur la rivière n’entraînent pas une menace importante. Il existe également des possibilités d’exploitation minière dans le bassin hydrographique.

http://www.gov.mb.ca/itm/mrd/busdev/properties/birdsill.html

 Changement climatique?????FLes effets potentiels du changement climatique sont imprévisibles à une échelle locale et ne peuvent pas être facilement atténués.
PollutionSources ponctuellesMM?É?ÉCertains chalets, passages à niveau et fossés de drainage peuvent être des sources ponctuelles de polluants. La plupart des chalets dans la région font appel à des services de vidage de fosses septiques parce qu’ils n’ont pas de champs d’épuration.
 Sources diffusesÉÉ?É?MLes chalets construits en amont peuvent accroître la charge d’éléments nutritifs et de sédiments. Il y a également des aménagements forestiers et miniers en amont. Il y a vraisemblablement des polluants transportés sur de grandes distances qui se déposent dans ce secteur, vu l’ubiquité de ces substances.
AutreÉchantillonnage scientifiqueÉÉFÉFÉDe petits échantillons de têtes carminées ont été prélevés dans le réseau hydrographique de la rivière Bird à des fins scientifiques. La menace associée à d’autres échantillonnages est vraisemblablement faible et peut être maîtrisée.
 HybridationFFFFFFLes têtes carminées s’hybrident avec plusieurs autres espèces de ménés. Il n’y a aucune preuve d’une incidence anthropique favorable à l’hybridation dans la rivière Bird.

*É = élevé, M = modéré, F = faible.


Tableau 8. Évaluation des menaces potentielles* pour la tête carminée et son habitat, dans le chenal Pinawa, au Manitoba.
Menace identifiéeMécanisme / SourceProbabilité d’occurrence*Superficie de la zone d’occurrence*Gravité de l’impact*Imminence de l’impact*Importance de la menace*Possibilités d’atténuation*Commentaires
SurexploitationPêche aux poissons-appâtsFFFFFÉDes allocations ont été attribuées pour la pêche commerciale aux poissons-appâts dans ce secteur. Il n’y a pas de capture de poissons destinés à servir d’appâts vivants, mais il existe des possibilités de pêche commerciale aux ménés destinés à servir d’appâts congelés.
Introduction d’espècesPrédation, compétition, perturbation de la chaîne alimentaireÉÉ?É?FLa truite est introduite dans le chenal Pinawa depuis les années 1970, mais il n’y a pas encore de populations capables de se reproduire. La truite de mer y a été introduite pour la dernière fois en 2002. On trouve des populations d’achigan à petite bouche capables de se reproduire dans la rivière de Winnipeg, et l’éperlan est présent dans la rivière Winnipeg depuis le début des années 1990. Les impacts de ces poissons introduits sur la tête carminée ne sont pas connus.
Dégradation et perte de l’habitatAltération du débitÉÉ?É?MLe débit du chenal Pinawa a été modifié en 1906 par la construction de la centrale Pinawa. Parmi les travaux effectués, mentionnons un dynamitage important pour creuser le chenal Pinawa, un endiguement pour retenir les eaux en amont de la centrale et un barrage équipé de turbines au vieux barrage Pinawa. Quand la centrale a été désaffectée en 1951, un barrage a été construit à l’embouchure du chenal Pinawa pour dévier l’écoulement vers la centrale hydroélectrique Seven Sisters. Suivant leur désaffectation, le barrage et le déversoir du vieux barrage Pinawa ont été partiellement rasés et font toujours obstacle à l’écoulement. Les effets séquentiels de ces altérations sur l’habitat et les populations de têtes carminées ne sont pas connus.
Aménagement des berges et du milieu riverainÉÉ?É?MParmi les principaux aménagements riverains le long du chenal Pinawa, en amont du vieux barrage Pinawa, mentionnons des amoncellements de roches résultant de l’élargissement du chenal, un terrain de golf en aval de l’embouchure du chenal, des digues près de la décharge du chenal et des terres agricoles déchiffrées ainsi qu’un petit parc historique provincial à la décharge du chenal. Il n’y a pas chalets en amont du barrage, mais on a exprimé de l’intérêt à cet égard. On a réalisé, en aval du barrage, d’importants aménagements riverains associés à la construction de chalets et de résidences principales ainsi qu’à l’agriculture.
Modification du paysageÉÉ?É?MLa forêt longeant le chenal Pinawa a été abattue durant les années 1900 pendant et/ou après la construction de la centrale Pinawa, mais cette forêt a repoussée depuis. L’ampleur et la proximité des activités de récolte de bois sont contrôlées et leurs effets sur le chenal ne devraient pas être une menace importante. On a construit énormément de chalets et aménagé beaucoup de terres agricoles à l’intérieur des terres, en aval du vieux barrage Pinawa.
Changement climatique?????FLes effets potentiels du changement climatique sont imprévisibles à une échelle locale et ne peuvent pas être facilement atténués.
PollutionSources ponctuellesÉF?É?ÉDes chalets, résidences et exploitations agricoles peuvent être des sources ponctuelles de polluants, en aval du vieux barrage Pinawa.
Sources diffusesÉÉ?É?MDes chalets et des barrages réservoirs peuvent accroître la charge d’éléments nutritifs et de sédiments dans le lac des Bois et l’axe fluvial de la rivière Winnipeg, en amont. Il y a vraisemblablement des polluants transportés sur de grandes distances qui se déposent dans ce secteur, vu l’ubiquité de ces substances
AutreÉchantillonnage scientifiqueÉÉFÉFÉDe petits échantillons de têtes carminées ont été prélevés en aval du vieux barrage Pinawa à des fins scientifiques. La menace associée à d’autres échantillonnages est vraisemblablement faible et peut être maîtrisée
HybridationFFFFFFLes têtes carminées s’hybrident avec plusieurs autres espèces de ménés. Il n’y a aucune preuve d’une incidence anthropique favorable à l’hybridation dans le chenal Pinawa.

*É = élevé, M = modéré, F = faible.