Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la chauve-souris à queue frangée (Myotis thysanodes) au Canada – Mise à jour

Annexe 1.Occurrence de la chauve-souris à queue frangée (Myotis thysanodes) sur le littoral du Washington

Contexte

La plupart des cartes de répartition (p. ex. O’Farrell et Studier, 1980; Hall, 1981) indiquent que la chauve-souris à queue frangée est présente à l’est de la chaîne des Cascades au nord du fleuve Columbia, les populations du Washington et de la Colombie-Britannique étant confinées aux prairies inter­monta­gnardes arides. Les mentions du Washington résumées par Johnson et Cassidy (1997) ne font état d’aucune occurrence sur les côtes. Toutefois, Barbour et Davis (1969) ainsi que Manning (1993) mentionnent la présence de l’espèce sur le littoral de l’État, mais sans préciser l’emplacement. La seule mention connue sur le littoral du Washington est un spécimen recueilli en 1940 près du lac Quinault, dans le parc national Olympic sur la presqu’île Olympic, censé avoir été identifié comme M. thysanodes par Scheffer (1995). L’emplacement sur la presqu’île Olympic se trouve dans la région des forêts ombrophiles du Washington. Bien que Scheffer (1995) prétende que le spécimen a été déposé au musée du parc, celui-ci ne possède aucun spécimen de chauve-souris. Une recherche dans les collections des musées d’Amérique du Nord a révélé que le spécimen en question avait été déposé dans les collections du Museum of Vertebrate Zoology (MVZ) de l’Université de Californie, à Berkeley. Il a été identifié comme une petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus) et catalogué MVZ 181447. J’ai obtenu un prêt par l’intermédiaire du MVZ et du Royal British Columbia Museum.

Identification

MVZ 181447 consiste en un crâne et une peau dont il manque une partie des avant-bras. Les mesures corporelles (consignées sur l’étiquette du spécimen) sont : longueur totale = 75, vertèbres caudales = 35, pied arrière = 6 mm, oreille =15 mm, tragus =10 m et longueur de l’avant-bras = 36 mm. En se fondant sur la longueur des oreilles, la présence d’une frange de poils apparente sur la bordure de la membrane interfémorale, la forte inclinaison de la région frontale et le ratio de la largeur interorbitale et de la longueur des rangées de dents maxillaires de 0,66, le spécimen appartient clairement au groupe des chauves-souris à longues oreilles et n’est pas un Myotis lucifugus. À part la longueur, les mesures crâniennes correspondent à la fourchette de tailles de la petite sous-espèce côtière M. t. vespertinus qu’on trouve en Oregon et en Californie. Certaines des mesures dentaires, de même que la longueur moindre du crâne correspondent aux mesures données par van Zyll de Jong et Nagorsen (1994) pour le vespertilion à longues oreilles (Myotis evotis) et la chauve-souris de Keen (Myotis keenii). Sur le plan des caractéristiques externes, le spécimen a de plus petites oreilles que le Mkeenii et le Mevotis, et présente une frange proéminente de poils raides (1,5 mm de longueur) à la bordure de la membrane interfémorale, qui s’étend depuis la queue jusqu’à une zone située au milieu du pied arrière, une caractéristique de la forme côtière du M. t. vespertinus décrite par Manning et Jones (1988). Bien que le Mevotis et le Mkeenii aient des poils sur la membrane interfémorale, ces poils sont peu nombreux et courts (~1 mm).

IdentificationM. t. vespertinusNote de tableauaMVZ 181447
Mesures : Longueur de l’avant-bras38,4 (37,5-39,6) n=736
Mesures : Longueur du crâne15,5 (15,1-15,9) n=814,7
Mesures : Largeur séparant M3-M35,9 (5,6-6,1) n=85,8
Mesures : Rangée de dents maxillaires5,9 (5,7-6,1) n=85,9
Mesures : Rangée de dents mandibulaires6,3 (5,9-6,5) n=86,1
Note de tableau a

d’après Manning et Jones (1988)

Retour à la référence de la note de tableaua

Conclusions 

Mal identifié comme un Myotis lucifugus, MVZ 181447 est un spécimen particulier qui présente les caractéristiques de la petite sous-espèce côtière du M. thysanodes (M. t. vespertinus) et du Mkeenii. La frange proéminente de poils ornant la membrane interfémorale correspond à une caractéristique du M. thysanodes. J’ai provisoirement identifié le spécimen comme un M. thysanodes. Un échantillon de tissu prélevé d’une membrane alaire devrait être analysé pour savoir s’il est possible d’obtenir une séquence d’ADNmt à des fins de validation de l’identification.

L’occurrence du M. thysanodes sur la côte ouest de la presqu’île Olympic dans la forêt ombrophile tempérée évoque la présence possible d’une population côtière dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique.