Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la baleine à bec de Sowerby (Mesoplodon bidens) au Canada – Mise à jour

COSEPAC Résumé

Baleine à bec de Sowerby
Mesoplodon bidens

Information sur l’espèce

La baleine à bec de Sowerby est une baleine à bec (famille des Ziphiidés) de taille moyenne (de 4,5 à 5,5 m). Elle est gris foncé et légèrement mouchetée.

Répartition

Les baleines à bec de Sowerby se rencontrent uniquement dans l’Atlantique Nord. Leur aire de répartition est méconnue, seuls quelques individus ayant été observés en mer. Selon ce nombre limité d’observations et les lieux d’échouage, on estime que la baleine à bec de Sowerby est l’espèce du genre Mesoplodon la plus septentrionale dans l’Atlantique Nord, son aire de répartition s’étendant du cap Cod au détroit de Davis, dans l’ouest de l’Atlantique, et de la Norvège à l’Espagne, dans l’est de l’Atlantique. Au centre de l’Atlantique, on observe l’espèce depuis l’Islande jusqu’aux Açores et à Madère. L’individu échoué dans le golfe du Mexique se trouvait sans doute à l’extérieur de son aire de répartition.

Habitat

L’espèce est le plus souvent observée en eaux profondes, le long de la bordure et du talus du plateau continental.

Biologie

On en sait peu sur la biologie de la baleine à bec de Sowerby. L’espèce semble se nourrir principalement de poissons des eaux profondes et de calmars. Bien que les données ne soient pas concluantes, on estime que la longueur à maturité pour les deux sexes est d’environ 4,7 m. Les baleines à bec de Sowerby semblent être sociales : on a souvent observé des groupes de deux à six individus, et des échouages massifs se sont déjà produits.

Taille et tendances des populations

Il n’y a aucune estimation de la taille des populations. La rareté des observations porte à croire que l’espèce est peu commune. En revanche, l’espèce peut paraître rare parce qu’elle est exceptionnellement difficile à observer et à identifier et que peu d’efforts de recherche ont été déployés dans les secteurs pertinents.

Facteurs limitatifs et menaces

Les baleines à bec de Sowerby sont probablement menacées par les sons sous‑marins intenses, plus particulièrement ceux associés aux sonars de fréquence moyenne et aux levés sismiques. Elles sont également vulnérables aux collisions avec les bateaux et aux enchevêtrements dans les engins de pêche.

Importance de l’espèce

La baleine à bec de Sowerby fait partie d’un des groupes les moins connus de gros mammifères (les Ziphiidés) et, au même titre que la baleine à bec commune, occupe probablement parmi les Ziphiidés une des plus grandes aires de répartition dans les eaux canadiennes de l’Atlantique.

Protection existante ou autres désignations de statut

La baleine à bec de Sowerby a été évaluée comme « espèce préoccupante » par le COSEPAC en 1989 et comme espèce faisant l’objet de « données insuffisantes » par l’Union mondiale pour la nature (UICN) en 1996.

Historique du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le Comité a été créé pour satisfaire au besoin d’une classification nationale des espèces sauvages en péril qui soit unique et officielle et qui repose sur un fondement scientifique solide. En 1978, le COSEPAC (alors appelé Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) promulguée le 5 juin 2003, le COSEPAC est un comité consultatif qui doit faire en sorte que les espèces continuent d’être évaluées selon un processus scientifique rigoureux et indépendant.

Mandat du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) évalue la situation, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés ou d’autres unités désignables qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées aux espèces indigènes comprises dans les groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, arthropodes, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.

Composition du COSEPAC

Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes responsable des espèces sauvages des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (le Service canadien de la faune, l’Agence Parcs Canada, le ministère des Pêches et des Océans et le Partenariat fédéral d’information sur la biodiversité, lequel est présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres scientifiques non gouvernementaux et des coprésidents des sous-comités de spécialistes des espèces et du sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit au moins une fois par année pour étudier les rapports de situation des espèces candidates.

Définitions

Espèce sauvage
Espèce, sous-espèce, variété ou population géographiquement ou génétiquement distincte d’animal, de plante ou d’une autre organisme d’origine sauvage (sauf une bactérie ou un virus) qui est soit indigène du Canada ou qui s’est propagée au Canada sans intervention humaine et y est présente depuis au moins cinquante ans.

Disparue (D)
Espèce sauvage qui n’existe plus.

Disparue du pays (DP)
Espèce sauvage qui n’existe plus à l’état sauvage au Canada, mais qui est présente ailleurs.

En voie de disparition (VD)Note de bas de pagea
Espèce sauvage exposée à une disparition de la planète ou à une disparition du pays imminente.

Menacée (M)
Espèce sauvage susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitants ne sont pas renversés.

Préoccupante (P)Note de bas de pageb
Espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou en voie de disparition en raison de l'effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces reconnues qui pèsent sur elle.

Non en péril (NEP)Note de bas de pagec
Espèce sauvage qui a été évaluée et jugée comme ne risquant pas de disparaître étant donné les circonstances actuelles.

Données insuffisantes (DI)Note de bas de paged,Note de bas de pagee
Une catégorie qui s’applique lorsque l’information disponible est insuffisante (a) pour déterminer l’admissibilité d’une espèce à l’évaluation ou (b) pour permettre une évaluation du risque de disparition de l’espèce.

 

Service canadien de la faune

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.

 

Note de bas de page a

Appelée « espèce disparue du Canada » jusqu’en 2003.

Retour à la référence de la note de bas de pagea

Note de bas de page b

Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.

Retour à la référence de la note de bas de pageb

Note de bas de page c

Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.

Retour à la référence de la note de bas de pagec

Note de bas de page d

Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».

Retour à la référence de la note de bas de paged

Note de bas de page e

Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999. Définition de la catégorie (DI) révisée en 2006.

Retour à la référence de la note de bas de pagee