Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la couleuvre d'eau du lac Érié (Nerodiasipedon insularum) au Canada - Mise à jour

Taille et tendances des populations

Prospection et abondance

Les dossiers révèlent qu’on trouvait de fortes concentrations de couleuvres d’eau du lac Érié dans les îles de l’extrémité ouest du lac, aux États-Unis comme au Canada (Ballou 1878; McDermott, 1947; Wright et Wright, 1957; Langlois, 1964). Entre 2001 et 2005, 25 visites de prospection ont été réalisées sur l’île Middle (D. Jacobs, comm. pers., juillet 2005), et 17, par le personnel du MRNO, sur l’île Sister East, à la recherche de l’espèce (D. Jacobs, comm. pers., juillet 2005). De son côté, King a concentré ses activités sur les îles étatsuniennes, mais il a aussi prélevé des échantillons sur les îles canadiennes au cours de certaines années (King, 1986; idem, 1987a; idem, 1987b; idem, 1989; idem, 2002).

Île Pelée

Les relevés effectués sur l’île Pelée au milieu du XXe siècle ont permis de trouver de nombreuses couleuvres d’eau du lac Érié (Fetherston, 1949; Watts, 1951). Fetherston (1949) en a récolté 27 en un après-midi sur la rive est de la pointe Fish. Toutefois, dès les années 1970, le nombre de spécimens récoltés avait diminué. Campbell (1977) (cité dans Campbell et al., 1991), pour qui l’espèce n’était pas en danger au début des années 1970, est par la suite revenu sur ses positions et a jugé qu’elle était en déclin et probablement en voie de disparition. King (1986) a estimé la population d’un segment de rivage de 4,8 km sur l’île Pelée à 489 couleuvres adultes (intervalles de confiance à 95 p. 100, entre 205 et 1 547 adultes), le taux de capture, à 0,87 adulte par heure, et la densité, à 102 couleuvres par km. Selon des études de marquage-recapture réalisées sur un segment de rivage de 4,65 km entre 1988 et 1992, la population serait passée de 467 adultes (estimation établie entre 1980 et 1985) à 391 adultes (King, 2002) pendant la période. Comme ces segments échantillonnés (de 4,6 et 4,8 km) se trouvaient dans des aires protégées, les densités y étaient donc vraisemblablement plus élevées que sur la majorité des rivages de l’île. L’échantillonnage est devenu plus difficile dans de nombreux secteurs de l’île, car il faut aujourd’hui obtenir une autorisation pour avoir accès à un grand nombre de rivages (D. Jacobs, comm. pers., juillet 2005).

Île Middle

Selon Thomas (1949), le grand nombre d’individus matures observés sur l’île Middle en 1945 représente la taille que peut atteindre la population lorsque les couleuvres ne sont pas perturbées, aucun humain n’ayant habité l’île depuis 1933. Sept membres de la Ohio Herpetological Society y ont récolté plusieurs centaines de spécimens, dont 254 adultes, en avril 1949 (Camin et al., 1954). En 1957, Camin et Ehrlich (1958) ont trouvé seulement 21 nouveaux spécimens adultes. Dans le cadre d’une prospection réalisée au début de juin 1958, quatre personnes ont pu capturer 84 adultes en deux jours, mais l’abattage des couleuvres a encore commencé lorsque les humains ont recommencé à fréquenter l’île pendant les mois d’été (Ehrlich et Camin, 1960). Entre 2001 et 2005, au cours de prospections visant à trouver des couleuvres se prêtant à l’installation de transpondeurs, on a trouvé au total 54 couleuvres adultes sur l’île (D. Jacobs, données inédites; D. Jacobs, comm. pers., septembre 2005). En 2002, le nombre minimum d’adultes recensés sur l’île s’élevait à 43 (en supposant l’absence d’immigration) (D. Jacobs, comm. pers., septembre 2005).

Île Sister East

En 1980 et en 1983, l’île Sister East a fait l’objet de quatre relevés. King (1986) y a trouvé 0,21 couleuvre adulte par heure sur un segment de rivage de 1 km et a estimé la population moyenne à 25 adultes pour l’ensemble de l’île. Entre 1988 et 1992, la densité estimative de la population s’élevait à 52 adultes par km, et King (2002) estimait la population totale à 109 adultes. La recherche de couleuvres en vue d’études de télémétrie au cours de la période de 2001 à 2005 n’a permis de trouver que 30 adultes sur l’île (D. Jacobs, données inédites; D. Jacobs, comm. pers., novembre 2004). En 2002, le nombre minimum d’adultes recensés sur l’île s’élevait à 19 (en supposant l’absence d’immigration) (D. Jacobs, comm. pers., septembre 2005).

Île Hen

Aucun nouveau rapport sur les effectifs de la couleuvre d’eau du lac Érié sur l’île Hen n’a été publié depuis le rapport de situation du COSEPAC (Campbell et al., 1991). Le rapport de 1991 note que, en mai 1990, 10 à 15 couleuvres d’eau ont été observées sur le rivage en 35 minutes. Des scientifiques du MRNO ont bien tenté de retourner sur l’île, mais se sont vu refuser l’accès aux lieux par le propriétaire; on pense toutefois que l’espèce est toujours présente sur l’île (D. Jacobs, comm. pers., juillet 2005).

Fluctuations et tendances

Du fait de son aire de répartition restreinte sur les îles de l’ouest du lac, la population de couleuvres d’eau du lac Érié est vulnérable aux phénomènes stochastiques et aux activités humaines. La persécution par les humains est vraisemblablement devenue une importante cause du déclin de la population à mesure que le nombre de personnes habitant l’aire de répartition de l’espèce sur les îles a augmenté. L’abondance totale de l’espèce, sa taille modérément grande et sa propension à mordre en ont fait une cible d’extermination. Par le passé, on trouvait la couleuvre d’eau du lac Érié sur 22 îles et affleurements rocheux éloignés des rivages dans la partie ouest du lac, entre les portions continentales de l’Ohio et de l’Ontario. On ne la trouve plus aujourd’hui que sur 11 îles étatsuniennes et quatre îles canadiennes. Les humains continuent toujours à persécuter l’espèce, ce qui pourrait être la principale cause de son déclin (USFWS, 2003). Les populations diminuent toutefois aussi à cause de l’aménagement résidentiel et commercial, qui détruit l’habitat convenable et accroît la mortalité routière (Willson et al., 2002). D’autres phénomènes, comme le changement du niveau des eaux (et la mortalité qui s’ensuit à cause de l’inondation des hibernacula communautaires), la disponibilité des proies (si un événement venait à influer sur cette disponibilité), la prédation et une éventuelle dépression de consanguinité (Frankham, 1998; Madsen et al., 1996), sont également préoccupants vu la nature fragmentée de l’aire géographique de la couleuvre d’eau du lac Érié et la faiblesse de ses effectifs.

King (2002) a fait une synthèse de ses recherches et de ses relevés couvrant 36 sites sur neuf îles des États-Unis et trois îles du Canada (Sister East, Middle et Pelée) pour une ou plusieurs périodes entre les années 1980 et 2002. Pour les populations étatsuniennes, entre la période de 1980 à 1985 et la période de 1988 à 1992, il estime que les populations de couleuvres d’eau ont diminué à raison de 33 adultes par km de rivage dans trois sites. Entre la période de 1988 à 1992 et la période de 1996 à 1998, elles ont diminué encore de 13 adultes par km de rivage dans quatre sites (voir les tableaux 3 et 4 dans King, 2002). Toutefois, entre la période de 1988 à 1992 et la période de 2000 à 2002, les effectifs ont augmenté de 23 à 88 adultes par km de rivage, selon le site et la période. Ces hausses coïncident avec les interventions de la division de la faune de l’Ohio et du USFWS visant à stopper la persécution des couleuvres et à accroître la densité des gobies arrondis (King, 2002).

Entre la période de 1980 à 1985 et la période de 1988 à 1992, la densité moyenne des adultes dans les trois îles canadiennes a diminué de 48,6 couleuvres par km de rivage (sur un total de 8,7 km échantillonnés). Cette diminution reflète toutefois en grande partie la situation régnant dans un seul site (le sud de la pointe Fish) sur l’île Pelée; les deux autres sont demeurés plus ou moins stables (voir le tableau 4 dans King, 2002). Le déclin observé à la pointe Fish pourrait être dû à la destruction accidentelle d’un hibernaculum communautaire connu situé immédiatement à côté de la pointe (D. Jacobs, comm. pers., juin 2005).

Effet d’une immigration de source externe

Les données indiquent que les couleuvres d’eau se déplacent à l'occasion entre les îles, de même qu’entre les îles et la terre ferme. Une immigration est donc possible, bien que les déplacements sur de longues distance soient rares (King, 2001; Bishop et Rouse, données inédites, 1999). En 2002, on a trouvé une couleuvre d’eau du lac Érié munie d’un transpondeur passif intégré (PIT) dans le cadre de relevés effectués sur l’île Middle; on a par la suite établi que l’animal avait été capturé et marqué à l’origine sur la rive sud de l’île Kelleys en Ohio. L’animal avait donc parcouru une distance de 11 km en ligne droite (Jacobs, données inédites, 2002-2003). King (1987b) souligne toutefois que les déplacements entre les îles sont très rares. Une immigration d’individus entre les îles étatsuniennes et canadiennes est donc possible, mais on ignore si cela aurait un effet positif sur le maintien du seuil de viabilité d’une population pour la survie de l’espèce au Canada.