Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’isopyre à feuilles biternées au Canada

Répartition

Aire de répartition mondiale

On trouve l’Enemion biternatum au Canada et aux États-Unis. L’espèce est courante dans la plus grande partie de son aire de répartition. Elle est toutefois rare dans les États et la province qui englobent la périphérie de son aire de répartition, notamment l’Ontario, la Floride, la Caroline du Sud, la Virginie, la Virginie-Occidentale, l’Alabama et la Caroline du Nord. L’espèce est probablement disparue des États de New York et du Dakota du Sud (figure 2). Les mentions de l’Enemion biternatum ne sont pas fréquentes à l’est des Appalaches, mais des observations en Virginie, en Caroline du Nord et en Caroline du Sud laissent croire que l’espèce pourrait être plus répandue qu’on ne le croyait auparavant (Boufford et Massey, 1976). Selon ces derniers auteurs (1976), l’Enemion biternatum pourrait facilement passer inaperçu en raison de sa floraison précoce et de sa ressemblance avec le Thalictrum thalictroides, espèce plus répandue. Ce dernier problème est moins probable en Ontario, puisque le Thalictrum thalictroides y est également rare et ne serait donc pas fréquemment observé.

Figure 2. Répartition de l’Enemion biternatum en Amérique du Nord (tirée d’une carte de Canadian Biodiversity accessible à l’adresse : http://www.canadianbiodiversity.mcgill.ca/english/species/plants/plantpages/ene_bit.htm.

Figure 2. Répartition de l’Enemion biternatum en Amérique du Nord (tirée d’une carte de Canadian Biodiversity accessible à l’adresse : http://www.canadianbiodiversity.mcgill.ca/english/species/plants/plantpages/ene_bit.htm

Aire de répartition canadienne

Au Canada, on signale l’espèce depuis environ 1897 (tableau 1). On la trouve uniquement dans le sud-ouest de l’Ontario dans cinq bassins versants différents (figure 3). Certaines populations comptent un grand nombre de plantes (des dizaines de milliers), mais les colonies étant souvent très denses, il arrive qu’elles n’occupent qu’une petite superficie. Les populations se trouvent dans les plaines inondables du ruisseau Medway, de la rivière Thames, du ruisseau Kettle, du ruisseau Mud (population de Parkhill) et de la rivière Ausable.

Figure 3. Répartition de l’Enemion biternatum en Ontario. Les carrés noirs représentent un site disparu (7 = vallée Lynn, 6 = forêt Middlemarch). 1 = ruisseau Kettle, nord du port Stanley, 2 = ruisseau Medway, 3 = Parkhill, 4 = rivière Ausable, 5 = rivière Thames, 17 = ruisseau Kettle.). Certaines populations comptent un grand nombre de plantes (des dizaines de milliers), mais les colonies étant souvent très denses, il arrive qu’elles n’occupent qu’une petite superficie. Les populations se trouvent dans les plaines inondables du ruisseau Medway, de la rivière Thames, du ruisseau Kettle, du ruisseau Mud (population de Parkhill) et de la rivière Ausable.

Figure 3. Répartition de l’Enemion biternatum en Ontario.