Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la platanthère blanchâtre de l’Ouest (Platanthera praeclara) au Canada

Rétablissement

Caractère réalisable du rétablissement

Le rétablissement de la platanthère blanchâtre de l’Ouest est considéré comme réalisable parce que : 1) il existe des individus capables de se reproduire; 2) il existe suffisamment d’habitat convenable, ou celui-ci pourrait être créé par une gestion de l’habitat; 3) les menaces les plus importantes pour l’espèce peuvent être atténuées; 4) des mesures efficaces de rétablissement semblent réalisables.

 

But du rétablissement

La platanthère blanchâtre de l’Ouest a toujours été rare au Canada. La seule population connue au pays occupe un petit territoire dans le sud-est du Manitoba. La possibilité que l’espèce puisse être éventuellement classée dans une catégorie de risque inférieure à « en voie de disparition » est mince, compte tenu de sa répartition limitée. Néanmoins, il semble possible de conserver cette espèce dans la région du Manitoba qu’elle occupe actuellement.

Le but du rétablissement pour la platanthère blanchâtre de l’Ouest consiste à maintenir la pérennité et la viabilité de la seule métapopulation du Canada.

Objectifs en matière de population et de répartition

Il est extrêmement difficile d’établir des objectifs quantitatifs de rétablissement de la platanthère blanchâtre de l’Ouest fondés sur la conservation d’un nombre absolu ou d’un pourcentage d’individus, car le nombre total de plantes existantes est difficile à évaluer. La plante passe par plusieurs stades avant la floraison, partant d’un très petit protocorme au cours de l’année ou des années suivant immédiatement la germination jusqu’à un individu végétatif portant de une à trois feuilles. Les plantes peuvent passer par une croissance végétative de plusieurs années avant de fleurir, et revenir à un état végétatif au cours de l’année suivante. Les activités de suivi dans la Réserve de prairie d’herbes longues ont révélé que de 40 à 95 % des plantes étaient à l’état végétatif (Punter, sous presse). Les individus végétatifs sont plus courts que les plantes en floraison et beaucoup plus difficiles à dénombrer. La meilleure façon de dénombrer la population d’une année à l’autre est donc de compter les plantes en floraison. Cependant, le nombre de plantes en floraison peut varier d’un ordre de grandeur d’une année à l’autre (figure 4). Il est donc difficile d’établir des objectifs en matière de population en termes de nombre de plantes. De plus, comme les décomptes des plantes en floraison remontent à 1992 seulement, il est impossible de savoir si les dénombrements de plantes en floraison effectués à ce jour reflètent la pleine mesure de la variabilité naturelle de la population canadienne. Le suivi de parcelles dans lesquelles les plantes florifères et végétatives sont dénombrées pourrait se révéler la seule méthode permettant de détecter une croissance ou un déclin de la population.

Par conséquent, l’objectif en matière de population et de répartition pour le rétablissement de la platanthère blanchâtre de l’Ouest est le suivant :

·       assurer la survie à long terme de la platanthère blanchâtre de l’Ouest en maintenant la population à sa taille actuelle (à l’intérieur de ses limites de variabilité naturelle observées entre 1992 et 2005) et en maintenant l’aire de répartition et la zone d’occupation actuelles de la population.

 

Objectifs du rétablissement

Objectif 1 :      Effectuer un suivi permanent des tendances démographiques de la platanthère blanchâtre de l’Ouest, en établissant des protocoles additionnels de suivi au besoin.

La population doit être suivie pour dégager les tendances démographiques – les décomptes de plantes en floraison peuvent continuer à servir d’indicateur de la taille de la population. En outre, un protocole standardisé de suivi d’autres paramètres, comme la production de graines et le recrutement, pourrait être requis. Le protocole de suivi doit être conçu de manière à détecter les variations démographiques résultant de facteurs comme les changements du régime hydrologique, la succession végétale, l’envahissement des espèces exotiques ou la gestion de l’habitat.

Objectif 2 :      Déterminer et mettre en œuvre en permanence des pratiques de gestion capables de réduire les menaces et de maintenir ou accroître la population de platanthère blanchâtre de l’Ouest.

Les nouveaux renseignements sur les pratiques de gestion bénéfiques pour la platanthère blanchâtre de l’Ouest seront intégrés au fur et à mesure dans la planification de la gestion de la Réserve de prairie d’herbes longues du Manitoba, et transmis aux autres propriétaires fonciers et parties intéressées conformément à l’objectif 4.

Objectif 3 :      D’ici 2007, élaborer une stratégie détaillée de recherche appliquée visant à combler les lacunes dans les connaissances.

Les caractéristiques biologiques fondamentales de la platanthère blanchâtre de l’Ouest doivent être étudiées davantage pour orienter les initiatives de protection et de remise en état. Ces recherches doivent porter sur la démographie de la population, les facteurs affectant la production de graines comme ceux liés à la biologie de la pollinisation, les techniques de gestion de la végétation et les impacts de menaces comme les changements dans le régime hydrologique et la charge en nutriments sur l’espèce et son habitat. Une liste exhaustive des études requises pourrait orienter les chercheurs et les organismes de financement pour combler les lacunes dans les connaissances.

Objectif 4 :     D’ici décembre 2009, sensibiliser les propriétaires fonciers et les principales parties intéressées au sujet de la platanthère blanchâtre de l’Ouest et de ses besoins, dans le but d’en arriver à la mise en oeuvre de mesures d’intendance et de pratiques de gestion bénéfiques.

Des initiatives d'éducation et de communication sont requises pour que les populations de platanthère blanchâtre de l’Ouest soient reconnues durant le processus de planification de l’utilisation des terres. Des activités d’intendance menées en collaboration avec les propriétaires fonciers privés, le gouvernement provincial et les administrations municipales sont également requises.

 

Stratégies générales pour aborder les menaces

En général, les menaces seront abordées par la protection de l’habitat, la gestion de l’habitat, la recherche et les initiatives pour accroître la sensibilisation de la population générale (tableau 2). Le sommaire des stratégies visant les menaces décrites à la section 1.5 est présenté ci-dessous.

Perte et dégradation de l’habitat

Ces menaces seront abordées directement par la protection de l’habitat au moyen d’activités d’intendance et d’accords de conservation. En outre, des documents d'éducation et de communication sur la platanthère blanchâtre de l’Ouest et ses besoins en matière d’habitat seront produits et distribués aux municipalités, aux propriétaires fonciers et à la population générale.

Exclusion par d’autres plantes

Cette menace sera abordée par la mise en oeuvre ou le maintien de pratiques de gestion bénéfiques, qui pourraient comprendre le brûlage dirigé, l’épandage ciblé d’herbicides et un régime contrôlé de broutage et/ou de fauchage. Des recherches additionnelles pourraient être nécessaires pour déterminer la fréquence, l’intensité et le moment d’exécution le plus opportun de ces pratiques.

Faible succès de la reproduction

Des recherches sur les questions liées à la reproduction (pollinisation, production de graines et taux de germination) et à la génétique des populations sont requises pour déterminer dans quelle mesure cette menace peut limiter la croissance de la population. Les résultats de ces recherches pourraient orienter les mesures de rétablissement au besoin.

Cueillette illégale

Une campagne de communication auprès des associations d’amateurs d’orchidées, des propriétaires fonciers et de la population générale permettra de faire circuler de l’information au sujet de la menace que représente la cueillette illégale pour la platanthère blanchâtre de l’Ouest. La campagne inclura de l'information sur les peines imposées pour la cueillette et la possession illégales.

Activités de recherche et de gestion recommandées

Le tableau 2 présente une description générale des activités de recherche et de gestion recommandées pour atteindre les objectifs et aborder les menaces. Le plan d’action contiendra de l’information plus détaillée sur ces mesures et sur leur calendrier de mise en œuvre.

 

Tableau 2. Activités de recherche et de gestion recommandées pour le rétablissement de la platanthère blanchâtre de l’Ouest au Canada.
PrioritéObjectifs de rétablissementStratégie généraleMenace(s)visée(s)Activités recommandéesRéalisations
Élevée2Protection de l’habitat

·   Perte et dégradation de l’habitat

·   Cueillette illégale

·    Maintenir la protection aux sites actuellement protégés.

·    Prioriser la protection de sites additionnels selon le niveau de menace et la taille de la population.

·    Élaborer des stratégies de protection.

·    Mettre en œuvre les stratégies de protection par ordre d’urgence.

·      De l’habitat additionnel est considéré comme à l’abri de toute perte future.

·      Les risques pour l’espèce sont réduits.

Urgente2Gestion de l’habitat

·   Perte et dégradation de l’habitat

·   Exclusion par d’autres plantes

·    Mettre en œuvre des stratégies efficaces de gestion de l’habitat aux sites identifiés.

·    Prioriser les sites en fonction de l’urgence des mesures de gestion.

·    Élaborer une stratégie de gestion convenable pour chaque site et mettre en œuvre les stratégies de gestion par ordre d’urgence.

·      L’habitat est géré de manière à conserver et/ou à améliorer les populations de platanthère blanchâtre de l’Ouest.

·      Les risques pour l’espèce sont réduits.

Urgente2 et 3Recherche

·   Perte et dégradation de l’habitat

·   Exclusion par d’autres plantes

·   Faible succès de la reproduction

·    Prioriser les lacunes dans les connaissances et appuyer/mener des recherches selon l’ordre d’urgence.

·    Déterminer la viabilité de la population.

·    Élaborer des pratiques de gestion bénéfiques.

·    Évaluer la mesure dans laquelle divers facteurs influencent la viabilité ou la croissance de la population.

·      Une liste des projets de recherche prioritaires peut être utilisée pour attirer des chercheurs et obtenir du financement.

·      La biologie de l’espèce est mieux connue, ce qui permet d’élaborer des pratiques de gestion bénéfiques pour orienter l’intendance.

·      La définition de ce que constituent l’habitat essentiel et sa destruction est raffinée.

Élevée1Suivi de la population

·   Perte et dégradation de l’habitat

·   Exclusion par d’autres plantes

·   Faible succès de la reproduction

·   Cueillette illégale

·    Élaborer et mettre en œuvre des protocoles standardisés de suivi.

·    Effectuer le suivi des populations connues.

·    Mener des relevés dans de nouveaux secteurs pour découvrir de nouvelles populations.

·    Concurremment, effectuer le suivi des facteurs qui peuvent influencer la taille de la population.

·      Des données sur la situation de l’espèce sont recueillies.

·      Il est possible d’évaluer les variations de l’abondance de l’espèce résultant de facteurs externes (menaces).

Nécessaire2 et 4Sensibilisation

·   Perte et dégradation de l’habitat

·   Exclusion par d’autres plantes

·   Cueillette illégale

·    Identifier et prioriser des groupes cibles (p. ex. propriétaires fonciers, municipalités, équipes d’entretien, sociétés d’amateurs d’orchidées, etc.).

·    Élaborer un plan de communications qui transmet efficacement l’information aux groupes ciblés (p. ex. pages Web, programmes d’interprétation, fiches d’information, etc.).

·      Une meilleure communication accroît la sensibilisation, la bonne volonté et la coopération.

·      Il y a accroissement des avantages de l’écotourisme pour les collectivités de la région.

·      Les risques pour l’espèce sont réduits.

Habitat essentiel

Au sens de la Loi sur les espèces en péril, l’habitat essentiel s’entend de l’« habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement d’une espèce sauvage inscrite, qui est désigné comme tel dans un programme de rétablissement ou un plan d’action élaboré à l’égard de l’espèce » (Groupe de travail national sur le rétablissement, 2005). En d’autres termes, l’habitat essentiel est la quantité d’habitat requise pour atteindre le but du rétablissement. La désignation de l’habitat essentiel est le fruit d’un processus analytique qui tient compte de l’habitat convenable existant et de l’habitat potentiel ou susceptible d’être rétabli, du but du rétablissement à long terme et de l’objectif en matière de population.

Désignation de l’habitat essentiel (proposition)

Le présent programme propose une désignation partielle de l’habitat essentiel. De l’information additionnelle sur la biologie de l’espèce, sa démographie, la viabilité de sa population et les menaces pesant sur elle est nécessaire pour prendre d’autres décisions de nature biologique en vue de la finalisation de la désignation de l’habitat essentiel de la platanthère blanchâtre de l’Ouest. La désignation de l’habitat essentiel de la platanthère blanchâtre de l’Ouest sera complétée d’ici décembre 2009 dans le cadre d’un plan d’action (voir la section 2.6.3 Calendrier des études et des mesures à prendre pour la désignation de l’habitat essentiel).

L’habitat essentiel de la platanthère blanchâtre de l’Ouest proposé au Canada consiste en des parties des 24 quarts de section [1] suivants situés dans la Réserve de prairie d’herbes longues du Manitoba qui sont présentement occupées par la platanthère blanchâtre de l’Ouest : NW-36-002-06 E, NE-36-002-06 E, SW-36-002-06 E, NE-35-002-06 E, SE-35-002-06 E, NW-31-002-07 E, NE-27-002-06 E, SE-27-002-06 E, NE-26-002-06 E, NW-26-002-06 E, SE-26-002-06 E, SW-25-002-06 E, SE-24-002-06 E, SW-24-002-06 E, NE-23-002-06 E, NW-22-002-06 E, NE-22-002-06 E, SE-18-002-07 E, SW-18-002-07 E, NW-14-002-06 E, NE-13-002-06 E, NW-13-002-06 E, NW-07-002-07 E, et SE-02-003-06 E. Environ 73 % de la zone d’occupation au Canada se trouve sur ces terres proposées comme habitat essentiel (d’après les colonies de platanthère blanchâtre de l’Ouest cartographiées). Selon les observations de 2005, 83 % des plantes en floraison se trouvent dans l’habitat essentiel proposé. De l’information supplémentaire est requise sur la taille des populations et la survie de la platanthère blanchâtre de l’Ouest à d’autres emplacements avant que ces derniers soient considérés pour la désignation en tant qu’habitat essentiel dans un programme de rétablissement révisé ou un plan d’action subséquent.

Activités susceptibles de détruire l’habitat essentiel

On entend par destruction de l’habitat essentiel de la platanthère blanchâtre de l’Ouest toute altération de la topographie, de la géologie, des conditions du sol, de la végétation, de la composition chimique de l’air ou de l’eau, du régime hydrologique des eaux de surface et souterraines ou du microclimat d’une magnitude, d’une intensité ou d’une durée telle qu’elle diminue de manière importante la capacité de l’habitat essentiel à contribuer à la survie ou au rétablissement de cette espèce en péril.

Voici une liste non exhaustive d’activités susceptibles de détruire l’habitat essentiel : agriculture, régimes de pâturage destructeurs, activités d’aménagement, incluant des routes ou des bâtiments, épandage d’herbicides nuisibles, altération nuisible des régimes hydrologiques, actions réduisant à long terme l’exposition au soleil telles que l’ombrage causés par des arbres ou des bâtiments, et facilitation de l’envahissement par des espèces ligneuses et des espèces exotiques envahissantes (voir la section 1.5 Menaces). Par contre, des régimes de brûlage, de broutage et/ou de fauchage appropriés et la lutte contre les espèces exotiques peuvent être nécessaires et bénéfiques pour la pérennité de l’espèce.

Calendrier des études et des mesures à prendre pour la désignation de l’habitat essentiel

Toutes les terres abritant des platanthères blanchâtres de l’Ouest qui ne sont pas déjà désignées comme étant un habitat essentiel seront considérées pour désignation comme habitat essentiel. Cela comprend des terresprivées ainsi que des fossés et des emprises routières appartenant à la Couronne.

Les études et les mesures énumérées ci-dessous aideront à repérer de nouveaux secteurs candidats à la désignation en tant qu’habitat essentiel, ou elles fourniront de l’information additionnelle sur l’espèce et son habitat pour orienter les décisions concernant l’habitat essentiel.

  • Chercher en permanence de nouveaux sites de platanthère blanchâtre de l’Ouest sur des terres renfermant des milieux semblables à ceux des sites connus.
  • D’ici décembre 2009, déterminer si les activités en cours dans les terres adjacentes à l’habitat occupé par la platanthère blanchâtre de l’Ouest ont des impacts positifs ou négatifs mesurables sur l’espèce. Le cas échéant, évaluer si ces terres peuvent être incluses dans l’habitat essentiel.
  • D’ici décembre 2009, déterminer si les milieux créés par l’homme (p. ex. emprises routières et fossés non entretenus) qui abritent des platanthères blanchâtres de l’Ouest sont essentiels à la survie de l’espèce et correspondent ainsi à la définition de l’habitat essentiel.
  • Il est possible que des études ou des mesures additionnelles soient considérées comme utiles pendant l’élaboration du plan d’action.

 

Approches existantes en matière de protection de l’habitat

L’habitat accueillant les populations canadiennes de platanthère blanchâtre de l’Ouest est considéré comme le meilleur habitat résiduel de prairie à herbes hautes du Manitoba. Il fait donc l’objet d’une attention particulière de la part des organismes de conservation, qui ont joint leurs efforts pour créer et gérer la Réserve de prairie d’herbes longues du Manitoba. L’organisation et les fonctions de la Réserve sont résumées à l’annexe A.

Les terres de la Réserve de prairie d’herbes longues sont gérées de manière à conserver l’habitat de prairie à herbes hautes par une variété de mesures, dont le brûlage dirigé, le broutage, le fauchage et la lutte contre les espèces exotiques. Ces mesures entretiennent l’habitat de prairie à herbes hautes et jugulent l’envahissement des espèces ligneuses, mais ne visent pas nécessairement une seule espèce comme la platanthère blanchâtre de l’Ouest ou d’autres espèces en péril associées (voir la section 2.10.2).

 

Effets sur les espèces non ciblées

Les pratiques de gestion des terres qui prévoient des perturbations comme le feu, le fauchage et/ou le broutage, qui sont des facteurs naturels dans les écosystèmes des prairies, tendent à favoriser une diversité de plantes et d’animaux (Samson et Knopf, 1994). En général, ces mesures tendent à réduire l’abondance d’espèces compétitrices dominantes tout en favorisant la persistance d’espèces tolérantes à ce genre de perturbations. Cependant, on doit choisir le moment d’application et la fréquence de ces pratiques en tenant compte de leurs impacts sur les populations d’autres espèces en péril. La section 2.10.2 propose des suggestions pour répondre aux besoins des nombreuses espèces en péril de la région.

Les mesures de réduction ou d’élimination des espèces ligneuses envahissantes - par exemple la lutte contre l’envahissement de végétaux arbustifs comme le bouleau nain, la potentille frutescente et les saules par le brûlage ou le fauchage - auront des impacts directs sur les populations de ces arbustes et des impacts indirects sur toute espèce dont la survie dépend de ces plantes ligneuses. Dans la mesure du possible, le processus décisionnel de gestion des terres devrait tenir compte du bien-être de toutes les espèces. Les mesures de réduction ou d’élimination des espèces exotiques envahissantes auront également des impacts directs sur ces espèces, mais ceux-ci sont généralement souhaitables et bénéfiques pour l’écosystème.

 

Évaluation des progrès

La mise en œuvre des activités décrites dans le présent programme de rétablissement pour maintenir la répartition et l’abondance de la platanthère blanchâtre de l’Ouest sera considérée comme réussie si les critères d’évaluation suivants sont satisfaits :

  • Le suivi des sites de platanthère blanchâtre de l’Ouest démontre que les populations sont stables ou en croissance.
  • Des sites de platanthère blanchâtre de l’Ouest ont été répertoriés, et les organismes et les propriétaires fonciers concernés ont été informés, avec pour résultat soit un accroissement direct (par des acquisitions ou des accords de conservation) ou indirect (intendance) de la proportion de l’habitat de la platanthère blanchâtre de l’Ouest qui est conservé.
  • L’identification des menaces à la pérennité des populations de platanthère blanchâtre de l’Ouest et de leur habitat (à l’échelle des sites individuels) s’est soldée par l’élaboration et la mise en œuvre de mesures visant à éliminer, à réduire ou à atténuer les menaces, et ces mesures assurent la pérennité des populations de platanthère blanchâtre de l’Ouest et de leur habitat.
  • Une stratégie détaillée de communications a été élaborée, et celle-ci comprend des critères d’évaluation des progrès en matière de sensibilisation au sujet de la platanthère blanchâtre de l’Ouest.
  • Les recherches considérées comme hautement prioritaires ont été entreprises, et les connaissances acquises ont été incorporées à un programme de gestion adaptative.

 

Élaboration d’un plan d’action pour le rétablissement

Structure proposée du groupe d’action pour le rétablissement

À l’heure actuelle, aucune équipe de rétablissement et aucun groupe d’action pour le rétablissement n’a été créé de manière officielle. Cependant, des activités de conservation importantes ont déjà été entreprises dans la Réserve de prairie d’herbes longues pour préserver la platanthère blanchâtre de l’Ouest et d’autres espèces indigènes de prairie. Les mesures de rétablissement sont bien avancées, même si elles n’ont pas été reconnues officiellement comme telles à ce jour.

Il est donc recommandé de formaliser une collaboration étroite entre la Réserve de prairie d’herbes longues du Manitoba, y compris ses propriétaires fonciers non gouvernementaux, le personnel de terrain, le comité de gestion et le comité consultatif local. Cette structure comprendra probablement une représentation, au sein de l’équipe de rétablissement et du groupe d’action pour le rétablissement, d’une partie ou de l’ensemble des particuliers et organismes intéressés.

Parmi les autres parties intéressées qui pourraient être invitées à participer et à contribuer aux mesures de rétablissement, on compte des représentants des administrations locales, des propriétaires fonciers, des représentants des groupes de producteurs locaux, des groupes de conservation des orchidées et des botanistes.

Il existe une bonne collaboration entre le personnel de Manitoba Conservation et le personnel des organismes apparentés des États-Unis, comme le Department of Natural Resources du Minnesota, qui dispose d’une excellente expertise sur cette espèce. La participation des partenaires américains en conservation sera sollicitée.

Approche plurispécifique pour le rétablissement

Un certain nombre d’espèces en péril inscrites sur la liste fédérale et la liste provinciale se trouvent également dans la région occupée par l’espèce au Manitoba, entre autres le cypripède blanc (Cypripedium candidum),l’aster soyeux (Symphyotrichum sericeum), l’hespérie du Dakota (Hesperia dacotae)et l’hespérie de Powesheik (Oarisma powesheik) (annexe B). La plupart de ces espèces ne sont pas confinées au Manitoba, comme l’est la platanthère blanchâtre de l’Ouest, mais une approche de rétablissement plurispécifique est recommandée pour les populations de ces espèces en péril se trouvant à l’intérieur et à proximité des municipalités rurales de Stuartburn et de Franklin, afin de s’assurer que les mesures de gestion de l’ensemble des espèces en péril soient prises en considération et, au besoin, pesées les unes par rapport aux autres.

Échéance pour le plan d’action

Un plan d’action pour la platanthère blanchâtre de l’Ouest et/ou un plan d’action plurispécifique pour toutes les espèces en péril inscrites de la région seront achevés d’ici décembre 2009. Le ou les plans d’action seront préparés par le Manitoba, avec l’orientation fournie par le présent programme de rétablissement. Les mesures visant la réalisation des objectifs du rétablissement seront entreprises dans l’intervalle.



[1] Les descriptions de quarts de section se fondent sur le Système d'arpentage des terres du Canada, par lequel la plupart des terres de l'ouest du Canada sont légalement divisées en townships à partir des méridiens, au niveau longitudinal, et de lignes de base au niveau latitudinal; chaque township possède un numéro de township et un numéro de rangée. Les townships ont une superficie approximative de 9,7 km sur 9,7 km (6 milles sur 6 milles) et sont divisés en 36 sections, chacune d’environ 1,6 km sur 1,6 km (1 mille sur 1 mille) Chaque section est à son tour divisée en quatre quarts de section: sud-est, sud-ouest, nord-ouest et nord-est ayant chacun 0,8 km sur 0,8 km (un demi-mille sur un demi-mille). A titre d'exemple, la description légale complète du quart de section NW-36-002-06-E est la suivante: il s'agit du quart nord-ouest de la section 36, township 002, rangée 06, à l'est du premier méridien (pour de l'information supplémentaire, voir McKercher et Wolf, 1986 ou Wikipedia, 2006).