Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Rat kangourou d'Ord au Canada

Protection actuelle ou autres désignations de statut

Le rat kangourou d’Ord a été désigné comme une espèce préoccupante par le COSEPAC en 1995 (l’espèce était alors qualifiée de vulnérable; Gummer, 1995) en raison de sa distribution éparse, de son isolement par rapport aux populations les plus près au Montana et de la rareté des habitats dunaires. La cote mondiale de l’espèce est G5 (manifestement non en péril). Le Alberta Natural Heritage Information Centre (ANHIC) (Centre d’information sur le patrimoine naturel de l’Alberta) et le Saskatchewan Conservation Data Centre (SCDC) ont tous deux accordé au rat kangourou d’Ord la cote provinciale S2 (pourrait être particulièrement vulnérable à la disparition en raison de facteurs biologiques). Les conspécifiques les plus près au sud figurent sur la liste du Montana Natural Heritage Program avec la cote S4 (peu commun, mais non rare).

Depuis mai 2002, le rat kangourou d’Ord apparaît sur la liste des espèces en voie de disparition de l’Alberta en vertu de la Wildlife Act de la province. Un plan de rétablissement provincial (Équipe de rétablissement du rat kangourou d’Ord de l’Alberta, 2005) a été approuvé par un comité d’intervenants et par le ministre du Développement durable des ressources en 2005.

En Saskatchewan, la Wildlife Habitat Protection Act protège l’habitat du rat kangourou en interdisant la fragmentation des terres de la Couronne et l’élimination de la végétation sur celles-ci. En vertu de la Representative Areas Ecological Reserves Act (Saskatchewan Environment, 2005), 366 km2 de l’aire de répartition du rat kangourou dans les Great Sand Hills bénéficient depuis peu d’une protection, interdisant l’agriculture et de nouveaux développements industriels.

Une grande partie (811 km2) de l’aire de répartition canadienne du rat kangourou d’Ord se trouve dans la BFC Suffield. Le grand public n’a pas accès à cette zone, et le ministère de la Défense nationale s’est engagé à mener des activités militaires durables et respectueuses de l’environnement (MDN, 2003). Les Ordres permanents de la Base interdisent actuellement toute activité à moins de 250 m des terriers des rats kangourous, conformément aux recommandations de Scobie et Faminow (2000). Un peu moins de la moitié de l’aire de répartition du rat kangourou dans la BFC Suffield (376 km2) se trouve sur des terres désignées « réserve nationale de faune » (RNF) en vertu de la Loi sur les espèces sauvages du Canada en 2003. Tous les aménagements proposés à la RNF doivent faire l’objet d’évaluations environnementales en vertu des dispositions de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale.