Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Rat kangourou d'Ord au Canada

logo du COSEPAC

COSEPAC
Résumé

Rat kangourou d'Ord
Dipodomys ordii

Information sur l’espèce

Petit rongeur nocturne, le rat kangourou d’Ord (Dipodomys ordii; Woodhouse, 1853) est la seule espèce de Dipodomys trouvée au Canada. Il a de longues pattes de derrière et de grands pieds, un pelage dorsal surtout orange-brun rehaussé de marques blanches caractéristiques et une queue parcourue de bandes latérales. Sa queue touffue représente plus de la moitié de sa longueur totale (260 mm). Le poids moyen d’un adulte est de 69 g.

 

Répartition

On trouve le rat kangourou d’Ord dans les terres herbeuses intérieures arides et les déserts de l’ouest de l’Amérique du Nord, depuis le sud des Prairies du Canada jusqu’au centre du Mexique. Au Canada, l’espèce occupe une petite zone de dunes dans le sud-ouest de la Saskatchewan et le sud-est de l’Alberta et constitue une population isolée à la périphérie extrême-nord de la répartition de l’espèce.

La zone d’occurrence totale des rats kangourous au Canada est de 6 030 km², la zone d’occupation représentant entre 10 km² et 53 km². La zone d’occurrence et la zone d’occupation ont probablement diminué au cours des dernières décennies. La population canadienne de rats kangourous d’Ord forme une métapopulation, en raison de la dispersion et du morcellement importants de son habitat et de son taux élevé de rotation dans l’occupation des parcelles.

 

Habitat

Le rat kangourou d’Ord préfère les habitats sablonneux dégagés où la végétation est peu abondante, ce qui lui permet de se déplacer par bonds et de s’adonner à une intense activité de creusage de terriers. Son habitat naturel se compose de dunes actives en érosion, de bancs de sable et de pentes sablonneuses de vallées situées dans des zones dunaires. Le rat kangourou utilise également les zones sablonneuses où le sol est perturbé par une utilisation humaine des terres (p. ex. des routes). Ces habitats façonnés par l’humain sont souvent de piètre qualité, d’où un taux de mortalité dépassant le repeuplement.

Les habitats sablonneux naturels sont en déclin en raison de l’empiétement de la végétation. Les conditions climatiques contribuent certes à la stabilisation des dunes, mais on pense également que la gestion des terres, comme la suppression des feux et la modification des régimes de pâturage, nuit au maintien de l’habitat. La zone de sable exposée dans les Middle Sand Hills a diminué en moyenne de 40 p. 100 par décennie depuis 1949. Pendant la même période, le nombre de dunes exposées a baissé au rythme de 7 par décennie, ce qui représente une perte de 53 p. 100 pour la période s’étalant entre 1995 et 2005. À ce rythme, toutes les dunes actives auront disparu des Middle Sand Hills d’ici 2014. Cette perte de l’habitat naturel coïncide avec une augmentation substantielle des habitats façonnés par l’humain créés par l’utilisation des terres, comme les routes, qui sont apparemment moins adéquats et que l’on suppose agir comme des puits de population. Le taux de perte et la dégradation de l’habitat semblent représentatifs de ce qui se passe dans d’autres parties de l’aire de répartition canadienne de l’espèce.

La majeure partie de l’habitat du rat kangourou au Canada se trouve sur des terres provinciales louées pour le pâturage des bovins. Environ 12 p. 100 se trouvent dans des aires protégées provinciales et fédérales. La base des Forces canadiennes Suffield compte environ pour 13 p. 100 de l’aire de répartition canadienne de l’espèce.

 

Biologie

La plupart des rats kangourous au Canada vivent moins d’une année, la survie annuelle dépassant rarement 10 p. 100. La population atteint habituellement son niveau le plus bas au début du printemps. La reproduction est limitée à la période sans neige, en général du début du printemps au début de l’automne. La taille moyenne de la portée est de 3 rejetons, et les femelles adultes peuvent avoir jusqu’à 4 portées par année. L’âge moyen des femelles à la première reproduction est d’environ 47 jours. Le temps de génération est inférieur à un an.

Les rats kangourous d’Ord canadiens vivent dans des conditions froides et humides qui ne sont pas caractéristiques de ce genre. Ils sont les seuls rats kangourous qui tombent en léthargie pour conserver leur énergie durant l’hiver.

Les rats kangourous sont des êtres territoriaux qui défendent leurs terriers et leurs caches de nourriture souterraines. Leur domaine vital couvre en général moins de un hectare. La plupart des individus qui se dispersent s’éloignent de moins de 500 m, bien qu’on ait observé une distance de dispersion maximale de 10 km. Les rats kangourous d’Ord mangent surtout des graines, mais aussi d’autres parties de plantes, de même que des insectes.

 

Taille et tendances des populations

On estime que la population canadienne de rats kangourous d’Ord au Canada compte entre 545 à 1 040 individus pendant le creux saisonnier (au début du printemps). La population subit des fluctuations saisonnières extrêmes en raison de l’efficacité de la reproduction estivale et de la faible survie hivernale. En plus des fluctuations pendant l’année, on suppose l’existence de fluctuations interannuelles, mais qui sont difficiles à quantifier. On ne dispose d’aucune donnée qui permette une évaluation des variations interannuelles ou des tendances des populations. Toutefois, les changements subis par l’habitat disponible laissent supposer une baisse à long terme de la population.

 

Facteurs limitatifs et menaces

Le principal facteur limitatif à la persistance à long terme du rat kangourou d’Ord au Canada est la perte et la dégradation de l’habitat naturel. Les fluctuations saisonnières extrêmes de la taille de la population représentent également un risque d’extinction imminent pour la population canadienne. La tendance vers une utilisation accrue d’habitats façonnés par l’humain semble être une menace pour les rats kangourous canadiens et fait actuellement l’objet d’une évaluation directe. Le développement industriel (en particulier l’exploitation pétrolière et gazière) et les pratiques agricoles sont d’autres facteurs anthropiques qui pourraient limiter la population.

 

Importance de l’espèce

Les rats kangourous du Canada possèdent un cycle de vie et des caractéristiques physiologiques uniques, et l’espèce pourrait être une espèce indicatrice utile pour la conservation des dunes des prairies, un habitat rare et en déclin dont dépendent de nombreuses espèces.

 

Protection actuelle ou autres désignations de statut

Le COSEPAC a accordé au rat kangourou d’Ord le statut d’« espèce préoccupante » en 1995 (appelé auparavant « vulnérable »). La cote mondiale de l’espèce est « G5 » (non en péril, ou secure), et la cote provinciale, « S2 » (pourrait être particulièrement vulnérable à la disparition en raison de certains facteurs biologiques) en Alberta et en Saskatchewan. En Alberta, les rats kangourous sont considérés en voie de disparition en vertu de la Alberta Wildlife Act. En Saskatchewan, une partie de l’aire de répartition de l’espèce bénéficie depuis peu d’une protection dans les Great Sand Hills en vertu de la Representative Areas Ecological Reserves Act. Un peu moins de la moitié de l’aire de répartition de l’espèce à la BFC Suffield est protégée en tant que réserve nationale de faune (RNF) en vertu de la Loi sur les espèces sauvages du Canada.